Autoentrepreneur, RCS, SARL, particulier, qui serez-vous ?

Le statut juridique est une question de plus en plus importante pour un propriétaire de chambres d’hôtes à laquelle il n’y a pas une réponse type. Non immatriculé, immatriculé au RCS, auto-entrepreneur, en société, tous ces choix sont possibles. Pendant longtemps, les propriétaires de chambres d’hôtes sont restés de simples particuliers avec une activité complémentaire. Mais de plus en plus de loueurs en font une activité dynamique avec recherche de rentabilité et ne nous voilons pas la face, l’Etat a besoin d’argent et regarde où il peut trouver des cotisations supplémentaires.

Tout dépend qui vous êtes, retraité, conjoint d’un salarié, rentier…, si vous avez besoin de cotiser pour votre retraite, la sécurité sociale…, quelle est la part de revenus qui découle de votre activité de chambres d’hôtes…

Cette fin d’année 2008 est à regarder avec attention. Entre l’apparition de l’auto-entrepreneur dont on attend les décrets, le projet de loi de finances en cours de discussion au Parlement et qui pourrait remettre en cause les modalités du régime micro-BIC auquel sont assujettis de nombreux propriétaires de chambres d’hôtes, la situation est confuse. A surveiller avec attention mais pour un créateur, il est, me semble-t-il, urgent d’attendre quelques semaines avant de faire une démarche officielle. L’enjeu, choisir avec la réflexion et le recul nécessaire la solution qui sera la meilleure.

NB la réflexion se poursuit sur le blog

Précision, depuis l’écriture de ce texte de blog fin 2008, de nombreux textes de loi sont passés et les conditions d’immatriculation des loueurs au RCS ont été définies. 

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

83 réflexions au sujet de « Autoentrepreneur, RCS, SARL, particulier, qui serez-vous ? »

  1. Bonjour, félicitations pour votre projet qui a l’air de bien marcher.
    Je comprends que vous ayez attendu de voir quel statut juridique prendre, mais vous allez probablement être obligé de faire un choix rapide. Au vu de votre chiffre d’affaires, vous allez être de facto considéré comme professionnel.
    Il y a plein de questions à se poser, est-ce à vous d’être auto-entrepreneur si vous travaillez – et est-ce compatible avec votre travail – alors que votre compagne est à la recherche d’un emploi ? Envisagez-vous le statut de conjoint-collaborateur ? A qui est la maison, vous n’êtes pas marié donc si vous créez votre activité et que vous vous séparez – désolée, mais cela fait partie des questions à se poser – votre activité ne sera pas protégée ? Comptez-vous rester longtemps chez vous, parfois, on se dit que dans quelques années on ira vers un autre projet et cela modifie la donne.
    Vous voulez en faire une activité principale, n’y a t-il pas de sens à croire que vous allez développer d’autres activités autour, en vrac, des séjours thématiques, un petit salon de thé, un espace bien-être, de l’insolite, des réceptions… Et dans ce cas, ne faut-il pas réfléchir à constituer une société ou à être au RCS qui permette de déduire les frais ou de récupérer la TVA ? Chaque cas est différent et très personnel, je sais que ce n’est pas facile de s’y retrouver, mais il y a des implications juridiques, fiscales et sociales, la retraite à prendre en compte, la protection du patrimoine… Cela vaut la peine de s’y plonger.
    Pour la question de la table d’hôtes, c’est plus facile. C’est un plus évident, pour séduire les hôtes. Mais attention, c’est plus de chiffre d’affaire mais pas toujours de marge, ce n’est pas rentable ou rarement si on impacte le temps passé en cuisine et cela demande de bien penser ses menus. Cela demande d’avoir la passion de la cuisine et d’être compétent. C’est prenant sur la vie de famille surtout si vous avez des enfants qui ont besoin de vous et c’est fatigant, on se couche tard. Il faut que la table d’hôtes soit cohérente avec les chambres, on ne servira pas un jambon purée si on a des chambres haut de gamme et il sera difficile de trouver des hôtes susceptibles de payer plusieurs dizaines d’euros si on a des chambres d’hôtes petit prix. Maintenant, on n’est pas obligé de faire table d’hôtes tous les soirs, cela peut-être un plaisir partagé avec ses hôtes de temps en temps.

  2. Bien le bonjour,
    Nous avons ouvert une maison d’hotes depuis le debut d’année. 4 chambres exactement. Nous souhaitons faire aussi de la location saisonniere. Pour l instant nous n avons pas encore choisi notre statut, nous attendions de voir si l activité demarrait rapidement ou pas.
    Les donnees sont les suivantes :
    Je suis salarié d une compagnie. En CDI mais non imposable par rapport a mon activité professionnelle.
    Mon Amie (nous sommes pacsés et nous marrions en fin d’année)est en recherche d’emploi
    Nous souhaitons que cette activité devienne notre revenue principal. Nous tablons sur 45000 euros de CA. Nous nous trouvons dans une region tres touristique.
    Nous ne savons pas sur quel statut nous tourner. Pour l instant je me tourne sur le statut d’auto entrepreneur.
    Pouvez vous me donner votre avis ?
    Autre question : devons nous nous lancer sur le creneau des tables d hote
    Merci beaucoup
    Martin

  3. Bonjour
    première réflexion, on peut faire évoluer un statut juridique, mais ce n’est pas toujours très facile, donc vous avez raison de vous poser la question et de vous la poser rapidement, car si ce n’est pas l’urgence, vous pouvez même commencer des dépenses que vous pourrez réaffecter à l’activité si vous optez pour une comptabilité au réel, il y a des solutions qui interagissent avec l’achat de la maison comme le fait de créer une SCI qui louera ses murs à l’activité chambres d’hôtes et des options fiscales de récupération de TVA qui peuvent être intéressantes quand on a plein de travaux et d’aménagements.
    Il faut prendre un avis autorisé car chaque situation est unique, âge, situation familiale, patrimoniale, revenus…, Vous pouvez vous rapprocher des CCI, chambres de commerce et d’édition qui organisent des formations pour la création d’entreprise, ce n’est pas centré sur la chambre d’hôtes mais sur les possibilités en France quand on devient entrepreneur, les notaires ont aussi un rôle à jouer, car cela concilie protection du patrimoine et de la famille avec statut juridique, régime fiscal et comme vous le faites remarquer, protection sociale.
    A Accueillir Magazine, nous éditons un cahier pratique : Chambres d’hôtes, Panorama des solutions juridiques et fiscales qui recense toutes les solutions existantes pour créer ou gérer ses chambres d’hôtes, les régimes juridiques, fiscaux et conséquences ces sociales.
    Pour commencer un projet de création de chambres d’hôtes, il faut trouver le bout de la ficelle pour tout dérouler, ce n’est pas linéaire et il est logique que au début tout vous paraisse confus.
    Si c’était moi, je commencerai par une étude de marché, car c’est la seule façon de savoir si économiquement le projet est cohérent, si l’achat immobilier est bien situé pour une activité touristique et quels aménagements je vais pouvoir faire en fonction des prix que je pourrai proposer et des hôtes que je recevrai. Parallèlement il faut faire un budget, coût de création des chambres d’hôtes et coût de fonctionnement des premières années. Et comme je pense marketing, avant même d’avoir la maison, je me demande comment je ferai connaître mes chambres d’hôtes.

  4. Bonjour,
    à mon tour de me lancer je souhaite ouvrir une chambre d’hôte pour commencer, et suis sur le point d’acheter ma maison avec mon mari. Nous sommes tous les deux salariés et je voudrais profiter d’un congé de création d’entreprise à temps partiel pour débuter et bénéficier d’une aide de mon employeur. Je précise que c’est par mon biais que la famille (3 enfants) bénéficie d’une couverture santé. D’où le temps partiel dans un premier temps avant d’étoffer le nombre de chambres et avoir le retour d’expérience. Je suis preplexe quant au choix du statut juridique. Je souhaite que cette activité d’abord occasionnelle et complémentaire devienne une activité à part entière. D’où le bon choix du statut juridique dès le départ. A moins que l’on puisse le modifier en cour de route? Quels sont les points nécessaires à ma réflexion (business plan, cotisation retraite?) Je suis noyée. Merci de m’indiquer quelques pistes. Bien cordialement – Anna

  5. Bonjour Vickie
    Ces dispositifs, je pense que vous faites référence au Complément de libre choix d’activité ou au Complément optionnel de libre choix d’activité, ont des règles très précises qui autorisent ou pas une activité complémentaire et selon celle-ci diminuent les indemnités et honnêtement je ne les connais pas en détail. Il faut voir avec votre CAF si ce schéma rentre dans les possibilités, y compris si c’est compatible avec le fait de rester simple particulier ou de mettre l’activité au nom de votre mari.

  6. Bonjour,
    Je viens de lire tous les commentaires très intéressants mais forcément chaque situation est différente,je vais donc me permettre de vous demander également conseil pour ma situation.
    Voila,j’ai été salarié pendant 6 ans d’une entreprise et licencié en aout 2010. Aujourd’hui je suis en congé maternité jusqu’au mois de mai 2011 et j’ai acquis le droit a un congé parental de 3 ans a compté de juin 2011. Nous sommes en pleins travaux pour la création de 2 chambres d’hôtes et l’aménagement d’une yourte pour une ouverture en juin 2012.Mon mari est salarié de son entreprise.voila ma situation personnelle.
    Ma question se porte sur mon statut et la déclaration des revenus des chambres. Revenus complémentaires d’un congé parental? statut auto entrepreneur? se declarer au RCS?
    Moi je pensais prendre mon congé parental+ les revenus de chambres d’hotes pendant 2ANS comme ca a la fin de mon congé j’aurais un peu de recul sur l’activité pour choisir le statut adapté car vu mon age (27ANS)je souhaiterais un statut avec un peu de sécurité (retraite,sante…) Quand pensez vous? Merci d’avance pour votre réponse

  7. Merci c’est ce que nous allons faire c’est pour ça que nous commençons a nous renseigner. Au niveau de notre patrimoine nous comptons nous marié ce qui prévue depuis un bout de temps.Mais une formation sur la création d’entreprise peut apporter beaucoup et je vous remercie de m’avoir répondu
    lydia

  8. Bonjour Lydia
    Je ne peux que vous recommander de faire un business plan, de toutes les façons les banques vous le demanderont si vous avez besoin d’un prêt. Et pour vivre d’une activité touristique il faut avoir bien préparé son projet et connaître les différentes réglementations. En ce qui concerne le statut juridique, il vous faudra à un moment prendre une consultation, chaque situation est unique. Vous parlez de copain, donc vous n’êtes pas mariée, peut-être pacsée, mais cela nécessite de vous protéger : votre patrimoine va être investi dans votre activité professionnelle, que se passerait-il en cas de séparation ? je sais ce n’est pas sympathique, mais les bons contrats sont ceux qui prévoient les clauses de sortie. Autre chose, le montage juridique avant l’achat peut être important, SCI ou pas, qui relouerait à l’activité d’hébergement ? Et vous y travaillerez tous les deux, donc on s’oriente vers la création d’une entreprise ou un commerçant et conjoint collaborateur. Vous devriez faire un passage par la chambre de commerce et d’industrie pour demander une formation à la création d’entreprise, cela vous aiderait à voir les différentes options qui s’ouvrent à vous.
    Caroline

  9. bonjour,
    je viens de regarder sur ce site et je m’aperçois qu’il est compliquer d’acheter un gîte.
    Nous avons l’intention mon ami et moi soit d’acheter un gîte ou un hotel à la rèunion afin que mon ami soit plus près de sa famille. Mon ami devra quitter son travaille et moi je n’en ai pas. Nous avons deux enfants donc il faudra que l’on compte sur les revenus que l’on aura.Nous avons deux maison ici que l’on vendrait pour notre apport qui serait d’environ 120000 euro environ. Le statut juridique est pour moi un casse tête. Si vous pouviez m’aider car avant de sauter le pas nous préferons se renseigner déjà sur tout ce qui faut savoir.Merci d’avance

  10. Bonjour Brigitte
    Bien sûr les propriétaires de chambres d’hôtes peuvent et même parfois doivent choisir un statut juridique pour cotiser, auto-entrepreneur, commerçant (inscrit au RCS), en société..., ce sont des sujets que nous traitons dans chaque numéro d’Accueillir Magazine Vous réfléchissez à cette option pour cotiser à des trimestres complémentaires de retraite. Schématiquement, il faut 5000 euros de chiffre d’affaire en régime auto-entrepreneur pour valider 1 trimestre. Attention, je parle bien de chiffres d’affaires pas de revenus imposables. On peut aussi faire d’autres choix que l’autoentrepreneur, choix qui permettent de valider tous ses trimestres, évidemment avec des cotisations sociales plus importantes.
    Maintenant, vous dire si cela a du sens pour vous, il vous faut un renseignement adapté, personne n’a le même schéma de carrière et selon que vous avez été salariée, profession libérale, commerçante ou une carrière mixte, avec un ou plusieurs enfants, des retraites complémentaires, le calcul ne sera pas le même pour décider de récupérer des trimestres ou mettre de l’argent de côté. Il faut commencer par reconstituer sa carrière et demander combien de trimestres manquent et ce qu’en avoir plus apportera comme revenu supplémentaire le jour venu.

  11. bonjour
    est il possible d’avoir une reponse sur mon commentaire du 28 fevrier
    Merci
    B cholet

  12. Bonjour, je tiens deux chambres d’hotes depuis juillet 2009, declarees en micro entreprise, nous avons declare 2015euros de revenus 2010 pour nos chambres, pour cette annee la saison commence plus tot donc je declarerai plus cette annee
    Mon mari est fonctionnaire est gagne 2300euros par moi,je cotise donc ma securite social et ma mutuelle dans son entreprise, pour ma part j’ai travaille 30ans en milieu hospitalier et je toucherai ma retraite en 2017 de 990euros
    Pouvez vous me dire, si je peux cotiser pour une retraite en etant proprietaire de chambres d’hotes et ou je dois me renseigner, ou bien est-il preferable de rester en particulier et faire une retraite moi meme (placement d’argent)
    je vous remercie à l’avance pour votre reponse
    Cordialement
    Mme Cholet Brigitte

  13. Bonjour,
    Je suis surprise de votre remarque concernant les gîtes qui, selon vous, ne pourraient relever du statut d’auto-entrepreneur.
    Or, même si louer un gîte est moins prenant que de gérer des chambres d’hôtes, il s’agit néanmoins d’une activité de location meublée et, a fortiori, saisonnière.
    Et, à ce titre, elle ouvre droit au statut d’AE, apparemment dans la catégorie “vente de marchandises”, en l’occurrence ici, fourniture de logement

  14. Bonjour Patrick
    ce n’est pas le schéma le plus classique pour gérer des chambres d’hôtes et il aura des implications fiscales, juridiques et sociales, comme d’ailleurs tout schéma que vous pourrez choisir. Choisir son montage juridique pour gérer ses chambres d’hôtes, c’est une partie importante du projet de création de chambres d’hôtes, il ne faut pas hésiter à se faire conseiller personnellement, parce qu’en fait il faut savoir le bon statut qui vous est adapté selon votre âge, situation familiale, patrimoniale, fiscale, situation du conjoint, qui est avec vous dans la SCI, dimension du projet chambres d’hôtes, etc.

  15. Bonjour,

    Je suis en amont de mon projet, à savoir: “est-ce possible.”

    Je suis au sein d’une sci, je ne suis pas le principal actionnaire. En tant qu’actionnaire de cette SCI puis-je exploiter une maison d’hôtes ?
    Merci

  16. Bonjour
    rien ne vous empêche de proposer des chambres d’hôtes. En tant que taxi, vous êtes probablement artisan ou salarié et votre amie est étudiante, rien d’incompatible. Vous semblez avoir résolu les problèmes d’horaires d’accueil et de partage avec vos hôtes, vos chambres d’hôtes seront une activité complémentaire, rien que de très classique. La question qui peut se poser c’est le nombre de chambres d’hôtes que vous comptez ouvrir, parce que une partie du travail de ménage, lavage de draps et repassage se multiplie d’autant.

  17. moi et ma copine nous ne pouvant pas nous en occuper a plein temps elle est etudiante et moi taxi merci

  18. bonjour je voudrai savoir si l on peut continuer d exercer le mettier de taxi parisien et ouvrir une maison d hote. je partirai travailler apres leur petit dej et apres avoir fais le menage et le changement de draps , ma copine les attendra vers 17h et s occupera d eux . le linge sera laver le week end lors de mes repos

  19. Bonjour Pascal
    cumuler chambres d’hôtes et activité bien-être avec sauna hammam dans une SARL, aucun problème. Il suffit d’indiquer de façon assez large les différentes activités et de choisir en principale, celle qui va être la partie la plus importante de l’entreprise. Si votre sauna hammam est une option réservée à vos hôtes dormant chez vous, dans ce cas, la partie principale de votre activité sera certainement la chambre d’hôtes.
    En revanche, attention, si votre projet de sauna/hammam est ouvert vers l’extérieur de la maison, autrement dit si vous comptez accueillir des personnes de l’extérieur pour la journée dans le même bâtiment que vos chambres d’hôtes, vous courrez le risque de voir le bâtiment entier considéré comme un ERP établissement recevant du public avec comme conséquences les mises aux normes incendie et accessibilité au personnes handicapées de vos chambres d’hôtes et il vous faut bien sûr respecter toutes les réglementations liées à l’ouverture d’un institut de bien-être.

  20. Bonjour caroline
    Je desirerais savoir si l’on peut associer les chambres d’hotes avec une autre activité dans le même batiment pour notre cas un sauna hammam si c’est le cas quel statut adopter dans le cadre d’une sarl quelle activité doit etre la principale?
    Merci beaucoup,
    Pascal.

  21. Bonjour Caroline

    Effectivement je ne compte pas ouvrir toute l’année et je n’envisage pas de créer d’autres chambres d’hôtes même quand mon époux sera retraité. Quand à mes enfants, d’autres projets professionnels les concernent et ils ne reprendront pas mon activité.
    En tout cas, un grand merci pour vos conseils : je vais effectivement attendre l’an prochain pour savoir vers quel statut me diriger.

  22. Bonjour Christelle
    si je comprends bien, vous serez retraitée, vous ouvrez une seule chambre d’hôtes et vous n’avez pas à acheter la maison. Mais je ne sais pas si vous avez besoin de cotiser pour votre caisse de retraite pour des trimestres complémentaires, si vous allez proposer la table d’hôtes tous les soirs, quel niveau de confort et donc de prix vous allez proposer votre chambre d’hôtes, si vous n’avez pas déjà en tête d’ouvrir une ou deux autres chambres d’hôtes à la retraite de votre mari ou que l’un de vos enfants s’installe à côté ou dans la maison et reprenne l’activité d’ici quelques années…
    Tout cela pour expliquer pourquoi je ne peux pas vous dire de façon formelle quel statut vous correspond et quels sont les meilleurs choix pour vous.

    D’après votre descriptif, je me poserai la question de rester en régime micro pour me simplifier la vie et selon les revenus attendus, après tout, vous n’allez peut-être pas ouvrir toute l’année, de rester simple particulier ou de m’orienter vers le statut d’auto-entrepreneur. Si j’étais vous, comme cela semble être réellement une activité complémentaire et que vous n’avez probablement pas besoin de convaincre un banquier de vous prêter des sommes importantes, j’attendrai 2011, l’ouverture réelle de ma chambre d’hôtes – conseil que je ne donne pas aux porteurs de projet qui attendent des revenus importants pour eux – et je verrai alors les évolutions juridiques et fiscales de cette fin d’année. On se rend bien compte que cela bouge tous les jours et qu’il y a dans ces domaines une véritable incertitude.

  23. Bonjour Caroline,

    A mon tour je viens vous questionner. Propriétaires de notre maison depuis de nombreuses années, il se trouve que je serais en retraite en 2011- mon mari travaillera toujours- et que j’envisage d’ouvrir une chambre d’hôtes avec table d’hôtes pour l’été prochain. Les revenus de cette activité ne vont pas être une part importante de nos revenus; uniquement un petit complément. En effet cette activité est plus pour moi le moyen de recevoir nos invités et de leur faire découvrir notre région et sa gastronomie. Néanmoins j’envisage de faire de la publicité bien sûr.
    Quel statut juridique me conviendrait le mieux à votre avis? J’avoue être un peu perdue…

  24. Bonjour Alain
    chaque projet est différent. Vous pouvez acheter une maison à usage d’habitation pour créer vos chambres d’hôtes, c’est le cas le plus classique. Certains propriétaires choisissent toutefois de créer une société et de considérer leur maison comme un bien professionnel. Ce sont des choix, notamment fiscaux, qui ont des conséquences importantes surtout quand on souhaite revendre sa maison.
    Quant à votre statut juridique, je ne peux que vous conseiller de vous renseigner. Créer une société, s’inscrire au RCS, être auto-entrepreneur ont des conséquences sur la fiscalité, les frais que vous pouvez déduire, les trimestres complémentaires de retraite, cela dépend aussi si vous êtes seul ou en couple, si votre conjoint, marié, pacsé ou pas a besoin de cotiser.
    Quant à l’achat de la maison, je dirai que sauf à présenter un business plan extrêmement costaud, les banques ont tendance à faire un prêt immobilier sans prendre aucun risque et donc à demander un apport personnel de 20 à 25 %, mais tout est négociable. Le budget à investir dépend du prix de l’immobilier, de la région où vous vous installez, des travaux à faire, du niveau de confort que vous souhaitez proposer dans votre maison à vos hôtes…

  25. Bonjour,je desire creer une chambre d’hote 3/4 chambres pour compenser un manque de revenu lors de la prise de la retraite cepandant j’aurais besoin de savoir si je dois acheter un bien immobilier dédié à cet effet, ouvrir en statut d’auto-entrepreneur quel budget personnel dois-je investir
    merci de votre reponse

  26. Bonjour
    en fait je ne vois pas comment prendre un statut d’auto-entrepreneur avec une location meublée sans prestations de service. De mon point de vue, cela serait probablement refusé, mais les services concernés ont une latitude, par exemple si c’est l’essentiel des revenus. Ce n’est pas en tout cas un cas classique.

  27. Bonjour Caroline,
    Merci pour votre reponse. Je loue en location saisonniere meublee jusqu’a present. J’hesite a me declarer “Meubles de tourisme” a partir de 2010. Je cherche en fait un statut me permettant de valider ma retraite avec cette activite.
    Cette location ne represente pas la majorite de nos revenus du foyer fiscal, mais devenant non residents fiscaux francais en 2010, je suis a nouveau a la recherche d’un statut me validant ma retraite francaise. Pensez-vous cela possible ?
    Bien cordialement
    Tea

  28. Bonjour
    Vous ne précisez pas si vous louez bien votre maison en location touristique ou en meublé classique. Le législateur cherche depuis quelques années à distinguer meublés de tourisme et chambres d’hôtes. Ce qui pouvait être amalgamé il y a encore quelques années, l’est de moins en moins. Dans tous les cas, la majorité des meublés ne relèvent pas du statut d’auto-entrepreneur.

  29. Bonjour,
    Nous louons notre maison en France en LMNP.
    Nous serons fiscalement rattaches a l’etranger a partir de 2010. Je cherche a valider des trimestres de retraite grace a cette activite de location.
    Est-ce possible ?
    Si oui, sous quelle forme ?
    (CA environ 20K)
    Le meuble de tourisme est-il concerne par tous les articles et dispositions que vous indiquez sur les chambres d’hotes ?
    Cordialement
    Tea

  30. Bonjour Manu
    a priori une SARL peut acheter un bien, en l’occurrence ses locaux professionnels. C’est un schéma moins classique.
    A regarder, les conditions d’octroi de prêt sont différentes, la banque peut peut-être vous demander moins d’apport mais les prêts hypothécaires aux particuliers sont parfois plus avantageux que ceux aux professionnels et je crois, que les banques sont plus sourcilleuses sur les durées du prêt. Cela change aussi les règles de la plus-value si vous revendez.
    Si vous arrêtez l’activité, cela peut vouloir dire que pour rester dans la maison il faudrait conserver la SARL “à vide” ou lui racheter la propriété, honnêtement par rapport à la question que vous me posez, je ne sais pas si il y a possibilité de transmission du patrimoine aux actionnaires.
    Les deux montages sont à discuter et comparer.

  31. Petites questions :

    Savez vous s’ils ont peu acheter une maison par le biais d’une SARL et si a la fin de l’emprunt et dissolution de la SARL, le bien reviens aux actionnaires ou pas?

    Je ne sais pas si je suis trés clair. Mais en faite nous serions un peu juste pour acheter le bien en SCI (car prise en comptes uniquement des revenus personnel et de 70% du CA) alors qu’en entreprise je pense que nous pourrions emprunter plus…

    Merci d’avance

  32. Bonjour Manu
    votre projet semble bien avancer, je m’en réjouis.

    Quelques pistes de réflexion sur votre budget. Il vous faut pour commencer un budget avec des ordres de grandeur corrects.
    Nous avons mis en ligne dans la boîte à outils du site Accueillir Magazine un canevas de budget avec les différents postes pour ne rien oublier https://www.accueillir-magazine.com/
    Le coût du petit déjeuner est important. Mais puisque vous rachetez une maison d’hôtes en activité, je demanderai à ceux à qui vous achetez leurs postes de dépense (impôts, eau, électricité, chauffage…) et sur votre question précise ce qu’ils proposent en petit déjeuner et combien cela leur coûte. Sinon, j’établirai “mon petit déjeuner type” tel que je le rêve aujourd’hui et je regarderai à combien il me revient si j’achète tout ou si je fais moi-même mes confitures, mon pain, mes gâteaux… En début de projet, on met des ordres de grandeur cohérents, ensuite une fois installé sur place et avec les commerçants locaux, on affine.
    Il y a des postes de dépenses qui me semblent très importants dès ce début de projet, le chauffage, l’eau et l’électricité notamment car s’il coute plus cher de chauffer les chambres d’hôtes en hiver que de rester ouvert, cela pose un problème de rentabilité. L’entretien du jardin aussi car c’est un gouffre financier dès lors que vous faites appel à des entreprises extérieures et votre mère et soeur ne pourront peut-être pas faite tout toutes seules.

    Pour les statuts de société et SCI, il vous faut consulter quelqu’un de compétent qui a une vision aussi bien juridique que comptable et fiscale. Et vous êtes quatre, ce qui m’amène à dire qu’il faut prévoir dès maintenant les clauses de sortie des associés de façon à ne pas mettre en péril votre projet si l’un d’entre vous veut récupérer son capital pour investir ailleurs, vous partez quand même dans une aventure de longue durée et on ne sait jamais ce que la vie réserve.

    Quelles charges déduire ? Quand on est auto-entrepreneur ou au RCS, on peut adopter le régime micro et payer un prorata de son chiffre d’affaires, en échange on a une comptabilité simplifiée et on ne déduit pas ses charges. En société, on a une comptabilité de société et on déduit ses charges, coûts, travaux, achats de nourriture, eau, entretien de la maison en ayant quand même établi préalablement une répartition de surface entre la partie de la maison destinée aux chambres d’hôtes et la maison occupée à titre personnel.

    Votre soeur peut sûrement demander un stage de création d’entreprise au Pôle Emploi ou à la Chambre de commerce et d’industrie et demander un accompagnement souvent fait par une boutique de gestion. Sinon les CER (centres d’économie rurales) sont d’excellents interlocuteurs qui connaîssent ces problématiques. Les labels aussi organisent des formations aux créateurs.

  33. Merci Caroline de votre réponse.

    Alors petite précisions. La maison nous est en faite proposer entiérement meublé pour 900000€. Nous n’aurions comme travaux que la réalisation de deux salle d’eau avec WC indépendant.

    Ma soeur doit se renseigner cette semaine pour savoir a quoi elle peut prétendre pour le démarage de cette ativité en tant que demandeur d’emploi.

    Finalement nous pensons passer par la création d’une SCI dans laquelle nous aménerions un apport personnel de 200000€ (sous forme d’un emprunt personnel) ma soeur quand a elle compte soit louer son appartement à bordeaux (900€) ou bien le vendre et en apporter 230000€ supplémentaire. Ce qui voudrait dire que nous aurions soit 25% d’apport soit 45%.

    Pour ce qui est de la fréquentation de la région je me table sur les autres chambres d’hôtes, qui réalisent un excellent taux d’occupation en Juillet et Aout. Et un bon remplissage sur les autres périodes de vacances et week end hors saison.

    Le projet me semble viable mais j’ai du mal à déterminer les coûts variable tels que ce que coute la préparation d’un petit déj? la préparation d’un repas?

    Quel statut prendre pour l’exploitation de la société sachant que nous sommes 4 associés? Quelles chargent déduires?

    Tout ca n’est pas simple et demande bcp de recherche.

    Merci en tout cas de votre aide.

  34. Bonjour Manu

    Voici les questions que je me suis immédiatement posées en lisant votre commentaire. Déjà vos calculs d’occupation et de prix semblent cohérents, dans la moyenne.

    Maintenant, avez-vous fait une étude de marché pour annoncer ce chiffre de 70 € et de 16 semaines d’occupation ?
    Vous parlez de la Dordogne et une heure de Bordeaux, ce qui semble très prometteur mais c’est aussi à 10 kilomètres prêts que peut se jouer le remplissage d’une maison d’hôtes, selon l’accessibilité, les centres d’intérêt de la région et la capacité d’hébergement autour qui peut être saturée.

    Les 800 000 euros comprennent-ils les éventuels travaux, achats de fournitures, de la literie, la création du site internet, les premières inscriptions à des annuaires… ? Et avez-vous prévu un fond de roulement pour démarrer ? Votre soeur est-elle obligée de se payer tout de suite ou va-t-elle pouvoir bénéficier d’accompagnement à la création d’entreprise en gardant pendant un temps ses allocations chômage ?

    Maintenant votre question était, les banques prêtent-elles sur ce schéma ? Peu en ce moment malheureusement et la règle assez générale est d’avoir un apport de 25 % de la valeur du bien. Donc votre montage financier semble difficile. Mais pas forcément impossible. Vous êtes deux à travailler, cela vous donne peut-être une capacité de remboursement complémentaire ou au moins pour la première année, vous avez peut-être d’autres biens à côté à mettre en garantie.
    Le raisonnement de la banque est simple, elle prête si elle a des garanties et qu’elle est sûre de rentrer dans ses fonds.
    Caroline

  35. Bonjour,

    Nous avons pour projet mon ami et moi (pacsé) ainsi que ma soeur et ma mére d’ouvrir des chambres d’hôtes en dordogne. Nous avons repérer une demeure superbe qui a 5 grandes chambres de plus de 30m² et un gîte de 120m² indépendant. J’aimerais connaitre votre avis sur la faisabilité du projet. Mon ami et moi même vivons sur Paris et travaillons tous les 2. Ma soeur est en recherche d’emploi (aprés vente d’une torréfaction de café en île de france) et vit maintenant sur Bordeaux à 1 heure de l’endroit ou nous voulons investir. Ma mére est à la retraite. Ce serait elles deux qui s’occuperait à plein temps des chambres. Le dilem, et bien c’est le nerf de la guerre, nous pensons monté une société pour pouvoir emprunter la somme qui est de 800000€. Nous avons évalué les revenus entre les chambres d’hôtes, le gite et la table d’hôtes à 60000€ par an en tenant compte de 16 semaines d’exploitation pour chaque chambre avec un prix moyen de la chambre aux alentour de 70€. Nous aimerions que ma soeur en retire un petit salaire. Nous n’avons pas de liquidité supérieur à 50000€
    La maison est une demeure de maitre sur 2 hectares de terrain avec piscine.
    Qu’en pensez vous? J’aimerais l’avis de pro dans le domaine. Est ce qu’une banque peut prêter autant d’argent aux vue d’un prévisionnel comme le notre?

  36. Je ne sais pas qui vous devez être car je ne connais pas votre situation juridique actuelle, votre vie privée, votre niveau de revenus, vos attentes financières, votre situation fiscale actuelle… et je ne sais pas d’où vient cette estimation de sept années.
    Ce que je veux dire, c’est qu’il va vous falloir étudier avec un peu plus d’attention vos situations juridique, sociale et fiscale, cela semble encore flou.
    Vous avez une approche fiscale, payer le moins d’impôt possible ou, ce qui dit de façon plus sympathique et tout à fait légitime, déduire vos charges réelles. Pour cela, il n’y a qu’une seule approche, la comptabilité au réel (réel réel ou réel simplifié).
    C’est en revanche incompatible avec le statut d’auto-entrepreneur ou le régime micro-BIC. Dans les deux cas, on vous prélève une somme forfaitaire de votre chiffre d’affaires mais vous ne pouvez pas déduire vos frais.
    Prenez aussi en compte dans vos calculs les frais de fonctionnement, coût de l’eau, de l’électricité, du petit déjeuner…
    Je vous recommande la lecture de Chambres d’hôtes, Panorama des solutions juridiques et fiscales, vous y trouverez détaillées toutes les solutions possibles pour faire votre meilleur choix. Attention, vos choix vous engagent pour longtemps, il est toujours difficile de changer en cours de route.

  37. Bonjour,

    Je vais ouvrir des chambres d’hote et un gite, le cout de la création s’estime à 140.000 €. J’avais pensé opter pour le statut auto entrepreneur mais on me parle aussi de BIC pour ainsi déduire toutes mes charges des impots, on me dit que ainsi je ne paierai pas d’impot pendant 7 ans. Quel est la meilleure solution ?

  38. Bonjour Jocelyne
    je ne suis pas juriste, donc je ne peux pas donner un conseil juridique adapté à une personne précis. Une activité de type patrimonial destiné à permettre de conserver sa maison peut probablement rester hors champ commercial. Il va falloir suivre cela avec attention. N’hésitez pas non plus à solliciter un conseil juridique.

  39. suite (appuyé sur la mauvaise touche) a été de 3400 €. Le peu que nous “gagnons” est entièrement consacré à la réparation de notre vieille maison, nous avons un crédit sur 30 ans et une charge ‘ ledit crédit) mensuelle de 700 €
    merci de votre aide, je suis un peu perdue au milieu de tous ces forums qui se contredisent

  40. merci, Caroline, d’avoir aussi vite répondu; je n’ai rien à cacher et cela ne me gêne pas de mettre des détails sur ce blog, ceci pouvant être utile à d’autres personnes dans mon cas…
    Nous sommes mariés, mon mari gagne 1800 euros mensuels, nous sommes inscrits à l’office de tourisme, et avons un site internet. Pour vous donner un ordre d’idées, notre C.A l’an dernier

  41. Bonjour
    chaque situation est différente. Pour prendre une décision, il faut examiner chaque paramètre et je vous renvoie à ce que j’ai écrit pour Emmanuel juste au dessus : pouvez-vous être considéré comme commerçant ?

    Dans l’état actuel de l’auto-entrepreneur, il reste beaucoup d’imprécisions. Mais en créant ce nouveau statut d’auto-entrepreneur qui est une dispense d’inscription au RCS, le ministre n’a pas changé les règles précédentes car il n’a pas amendé les grands principes du code du commerce. Votre statut actuel devrait donc pouvoir être conservé.
    Je réponds au conditionnel, car je ne connais de votre situation que ce que vous m’en avez dit. J’ignore et je ne vous demande surtout pas de le dire sur ce blog votre situation matrimoniale, votre âge, les revenus de votre mari, l’énergie que vous consacrez à faire connaître vos chambres…
    Ceci dit, il reste important de suivre l’évolution. Cette définition de commerçant passe aujourd’hui par la jurisprudence, il reste possible que le gouvernement décide de légiférer dessus ou que la jurisprudence évolue. Ma réponse d’aujourd’hui pourrait ne plus être valable dans les mois à venir, mais à chaque année suffit sa peine.
    Si vous voulez discuter plus avant de votre situation personnelle, contactez-moi.

  42. bonjour! nous avons ouvert il y a 2 ans, 2 chambres d’hôtes; notre activité a été déclarée en mairie, et aux impôts, nous sommes donc considérés comme lmnp en micro bic.
    Mon mari seul travaille à l’extérieur, nous ne tirons qu’un tout petit complément de nos chambres d’hôtes(moins de 5000€ de C.A). Sommes nous tenus d’opter pour un autre statut et de payer des cotisations sociales? merci d’avance

  43. Bonjour Caroline,

    merci pour votre réponse j’avais également des questions + précises, je vous laisse mon mail (emmanuel.krutten@wanadoo.fr)

    merci beaucoup
    Emmanuel

  44. Bonjour Emmanuel

    bonne question et vous n’êtes pas le seul créateur ou propriétaire de chambres d’hôtes à vous la poser en ce moment. Il y a plusieurs façons d’aborder ce problème. La première, en ouvrant cette chambre d’hôtes, votre femme va-t-elle être considérée comme commerçante ?
    C’est une notion qui n’est pas définie en France de façon précise. Le Code de Commerce définit le commerçant par le fait qu’il effectue des actes de commerce et en fait son métier. La jurisprudence a un peu précisé les choses.

    Votre épouse va-t-elle en faire sa profession habituelle, mettre en oeuvre des moyens de publicité pour faire connaître sa chambre, les revenus dégagés par cette chambre d’hôtes vont-ils représenter une part importante de vos revenus, va-t-elle faire table d’hôtes de façon soutenue ?
    D’un autre côté, votre épouse a-t-elle besoin de cotiser par exemple, pour compléter des trimestres de retraite ?

    Jusqu’à la fin de l’année dernière, le choix se faisait globalement entre l’inscription au RCS (registre du commerce et des sociétés), la création d’une entreprise ou, rester un simple particulier avec une activité de type patrimonial. Beaucoup de propriétaires de chambres d’hôtes avaient fait ce choix.

    Le statut d’auto-entrepreneur vient d’être créé. Il a aussi pour objet de récupérer des prélèvements sociaux et donc de pousser des propriétaires de chambres d’hôtes à l’adopter et à payer des cotisations.
    Quelques calculs de cotisations sur cette page

    Par rapport à mon premier paragraphe ci-dessus sur “quand devient-on commerçant” la règle n’a pas changé, le code du commerce n’a pas été réécrit. On peut toutefois présumer que la pression va être forte et qu’il y aura dans les mois à venir quelques poursuites contre des personnes restées particuliers qui seront jugées limites par l’administration fiscale, cela devrait redéfinir la jurisprudence mais ça ça prend du temps.

    Si quelqu’un décide d’adopter un statut, il doit réfléchir à ce qui est le mieux pour lui et là il ne faut pas penser que fiscalité, surtout dans notre pays qui change les règles en permanence. Il faut penser aussi juridique.

    En attendant, votre femme est créatrice. Elle a trois mois une fois sa chambre d’hôtes ouverte pour opter pour le statut d’auto-entrepreneur si c’est sa décision immédiate. Elle pourra le faire ensuite à tout moment si elle décide dans un premier temps de rester particulier le temps de voir comment se développe son activité.
    Elle a aussi le temps, puisqu’elle n’a qu’une seule chambre d’hôte, de regarder ce qui se passe dans les prochains mois, de suivre ce blog notamment car je reparlerai régulièrement de l’actualité et de ce sujet et de prendre une décision en toute sérénité.

    Si vous avez besoin de discuter plus en direct, contactez-moi en direct si besoin.
    Caroline

  45. Bonjour Caroline,

    j’aurais une question, je suis salarié et mon épouse souhaiterais ouvrir une chambre d’hote en complement de revenus nous n’avons qu’une chambre à louer représentant un chiffre d affaires de 7 à 8 000 € par an
    quel serait le statut le moins onéreux sachant que nous avons une couverture sociale par mon travail.

    merci d’avance pour votre réponse.
    Emmanuel

  46. Bonjour Michaël
    votre situation est complexe et je ne suis pas juriste. Si vous avez besoin de cotiser un minimum en France comme résident français, le statut d’auto-entrepreneur peut être bien adapté puisque c’est le seul où vous ne cotisez que sur le chiffre d’affaire effectué donc pas pendant les mois où vous ne serez pas en France. D’un autre côté, vous avez peut-être besoin de cotiser toute l’année pour bénéficier des protections sociales, cotisations retraite en attendant de vous installer définitivement si tel est votre souhait. Cela dépend aussi de votre situation patrimoniale, de la part que les chambres d’hôtes vont représenter dans vos revenus globaux et en France et de tellement de paramètres, qu’une consultation juridique peut être un bon investissement.
    Caroline

  47. Et si vous pensez que votre cas est compliqué… je suis étranger, je ne suis que partiellement propriétaire du bien, on reprends d’un couple qui a travaillé des années au noir, ce n’est pas mon revenu principal mais mes ressources proviennent de l’étranger, je dois rester résident français pour exercer l’activité 4 ou 5 mois par année en restant le reste dans mon pays ou mes enfants doivent “rentrer” avec ma fiancée car l’école (ou les couches ne sont pas permis, M. le Ministre) ou ils sont inscrits en France fermera ses portes. S’il y’a une chose qui est certain c’est que plus personne en France ne sait ou tout ça mênera, le danger étant que il n’éxiste aucun plan B.

  48. Il n’y a pas une réponse type, c’est vraiment du cas par cas. Plein de questions à se poser, notamment la part que va représenter la chambre d’hôtes dans vos revenus.
    En ce qui vous concerne, vous y répondez implicitement. Si vous avez besoin de cotiser pour compléter votre retraite, il va vous falloir adopter un statut, celui d’auto-entrepreneur, une inscription au RCS, voire une création d’EURL ou SARL… Cela dépend aussi de votre imposition fiscale, si vos enfants comptent reprendre dans quelques années…
    C’est quelque chose à bien réfléchir car une fois fait, il est difficile de changer de statut et de revenir en arrière.

  49. Comment savoir quel est le bon choix, j’ouvre des chambres d’hôtes au printemps prochain, mon mari est à la retraite mais moi il me manque quelques trimestres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.