Accueillir Magazine, les articles à la une du numéro 84

Le numéro 84 novembre/décembre 2019 vient de sortir.

La rédaction d’Accueillir Magazine vous présente les quatre sujets qu’elle a mis à la une de ce nouveau numéro.

Un dossier complet sur les difficultés de trésorerie

Chaque année, des loueurs de chambres d’hôtes, gîtes ou meublés de tourisme se retrouvent en difficultés. Une baisse d’activité, des dépenses imprévues ou un litige peuvent conduire à une situation délicate. Quelles sont les règles à respecter ? Quels sont les recours possibles ? Comment préserver son patrimoine et son conjoint ? Notre dossier fait le point sur ces sujets qu’il faut mieux connaître lorsque tout va bien pour se protéger et savoir réagir à temps

L’année du risque fiscal 2019 est une année particulière sur le plan fiscal

Les centrales de réservation ont désormais l’obligation de transmettre de nombreuses données à l’administration fiscale qui pourra cibler ses contrôles de façon bien plus précise. Nous avons choisi de faire un point précis sur le sujet pour vous aider à bien en comprendre les enjeux.

Faire appel au financement participatif

Que ce soit pour financer des travaux, installer des hébergements complémentaires ou développer d’autres activités, loueurs et créateurs peuvent faire appel au financement participatif.
Vous retrouverez une fiche pratique sur le sujet dans ce nouveau numéro.

Des solutions de paiement en ligne

Le paiement numérique gagne du terrain chaque année aux dépens des chèques et des espèces. S’y adapter, faire évoluer son site pour encaisser acomptes, arrhes ou séjours en ligne devient décisif. Nous avons choisi d’y consacrer un article complet.

Vous pouvez retrouver le sommaire détaillé du numéro 84 novembre/décembre 2019 sur le site du magazine et vous abonner en ligne.

Le drame du Cuba Libre, avertissement pour les porteurs de projet

  • Un bar est un établissement recevant du public (ERP)
  • Les ERP sont classifiés sous 2 groupes et 5 catégories selon leur capacité d’accueil et sous plusieurs types selon la nature de leur activité, par exemple N = Restaurants et débits de boissons, O = Hôtels et pensions de famille…
  • Un ERP est soumis à des règles de sécurité incendie et accessibilité
  • Le classement en ERP entraîne donc des travaux de mise en sécurité : les matériaux doivent avoir une résistance au feu, les sorties signalées, etc.
  • Le personnel doit être formé pour évacuer…

Le Cuba Libre était un bar à Rouen qui a brûlé avec 14 victimes piégées dans un sous-sol dont la porte de secours était verrouillée. Ce sous-sol avait été aménagé sans autorisation, ce qui augmentait la capacité d’accueil. Les travaux avaient été faits en dépit du bon sens avec notamment une mousse isolante en polyuréthane hautement inflammable. De nombreuses règles de sécurité ont été violées, absence d’issues de secours, de balisage, pas d’extincteurs en nombre suffisant, pas de système de désenfumage, pas d’alarme… Reprendre le procès n’est pas le but de ce billet, la presse régionale en a fait de très bons compte-rendus (cherchez procès Cuba Libre Rouen).

En quoi cela concerne-t-il les loueurs de gîtes et chambres d’hôtes ?

Si je rebondis sur ce procès, c’est que toutes les semaines depuis que j’ai co-créé Accueillir Magazine, je découvre des hébergements qui sont probablement/certainement ERP de 5e catégorie avec locaux à sommeil mais qui ne respectent pas les règles de sécurité.
A chaque formation, je rencontre des porteurs de projet qui ignorent la notion d’ERP, me disent qu’ils vont accueillir 30 personnes dans le bâtiment et construisent le business plan sur une exploitation illégale.

Quelques exemples

  • On ajoute des meublés de tourisme aux chambres d’hôtes dans le même bâtiment pour améliorer la rentabilité et la capacité d’accueil de la maison dépasse les 15 personnes.
  • On ouvre un restaurant ou une boutique dans la même maison, ce commerce est nécessairement ERP et peut requalifier l’ensemble de la maison y compris les chambres d’hôtes.
  • On veut organiser des mariages ou autres réceptions ce qui aboutit à ouvrir la maison à du public extérieur et à devenir ERP.

Involontaire ? Pas toujours !

L’activité de chambres d’hôtes est exemptée de mise en sécurité incendie jusqu’à une capacité de 15 personnes. Il en va de même pour les gîtes et les meublés de tourisme. Parfois, le loueur ou le créateur ajoute une activité sans réfléchir aux conséquences et devient ERP.
La plupart du temps, c’est organisé et le loueur sait parfaitement qu’il enfreint les règles avec le silence des édiles locaux, mais je ne veux pas jeter la pierre aux maires, leur hotte est déjà trop pleine de problèmes. C’est à la préfecture et au SDIS (service départemental d’incendie et de secours) de procéder aux vérifications.

Si je suis sévère, c’est que depuis plus de 10 ans que j’anime ce blog, et particulièrement depuis ce billet datant de 2017, Créer ou reprendre un gîte de grande capacité, attention aux normes ! de nombreuses questions auxquelles j’ai répondu me demandent comment échapper aux règles ERP mais jamais en quoi elles ont du sens et pourquoi elles sont là.

Les normes sont lourdes, trop lourdes et complexes à comprendre. Deux préventionnistes n’auront pas la même position sur la nature des travaux à entreprendre. C’est un gros problème, notamment quand on reprend une de ces grandes propriétés rurales et on sait que gîtes et chambres d’hôtes permettent à ces propriétés de ne pas tomber en ruines et à des territoires de conserver de l’hébergement marchand et une activité économique.
C’est aussi le poids de ces normes qui font que de nombreux hôtels ruraux ferment, le coût des travaux étant trop lourd financièrement. Je suis la première à militer pour revenir à du bon sens pour les petits établissements, il est question que cela se fasse, espérons.

Mais en attendant, le drame du Cuba Libre me permet de rappeler qu’enfreindre les règles de mise en sécurité incendie, c’est du pénal. En l’occurrence, les deux gérants ont été condamnés, à des amendes et 5 ans de prison dont 2 avec sursis plus une interdiction d’exercer une profession en lien avec l’infraction. Avant même le drame, cela aurait pu être un contrôle et une fermeture administrative. Comment dormir sereinement quand son activité peut s’interrompre à tout moment, inutile de penser cacher quoi que ce soit, les photos des clients sur les réseaux sociaux sont là pour témoigner.
N’oublions pas le plus important, depuis le 5 août 2016 et l’incendie du Cuba Libre, ce sont 14 familles plongées dans le deuil qui elles ont pris perpétuité pour la douleur. Celles des gérants sont aussi définitivement affectées. Plus jamais cela ! La sécurité incendie, ce n’est pas qu’une contrainte, cela sauve des vies.

Meublés de tourisme et chambres d’hôtes, vers une réforme de l’aide à la création d’entreprise

Le gouvernement aurait l’intention de réformer l’Aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ACRE). Les réductions de cotisations sociales dont peuvent bénéficier les micro-entrepreneurs seraient fortement limitées. Et les créateurs de chambres d’hôtes et de gîtes qui en bénéficient déjà verraient leurs cotisations sociales augmenter.

Les avantages de l’ACRE

L’ACRE est un dispositif d’exonération de charges sociales destiné à faciliter la création ou la reprise d’entreprises. Il peut prendre la forme d’une exonération de charges quasi totale la première année ou d’une exonération partielle sur trois ans dans le cas des micro-entrepreneurs. Les cotisations sociales non versées sont prises en charge par l’Etat.

Dans le cas des micro-entrepreneurs, le dispositif actuel est un véritable soutien qui permet de démarrer son activité progressivement. Il laisse trois années complètes pour atteindre un rythme de croisière, puisque c’est uniquement au cours de la quatrième année que le créateur ou le repreneur de gîtes ou chambres d’hôtes doit payer les cotisations sociales au taux normal, à savoir un peu plus de 6% du chiffre d’affaires pour les meublés de tourisme classés et 13% du CA pour les chambres d’hôtes.

Des micro-entrepreneurs moins soutenus

La réforme conduit à mettre de la pression sur le créateur de chambres d’hôtes ou de gîtes qui opte pour le régime du micro-entrepreneur. Il sera moins soutenu et n’aura pas d’autre choix que d’atteindre un chiffre d’affaires élevé rapidement. Il devra également réfléchir au timing de ses démarches afin de bénéficier de l’exonération de charges sociales au bon moment. Cela peut le conduire à repousser le démarrage de son activité de quelques mois afin d’être pleinement opérationnel lors de son immatriculation au Registre du commerce et des sociétés.

Cette réforme n’est pas encore adoptée. Si elle entre en vigueur, les créateurs de chambres d’hôtes ou de gîtes auront tout intérêt à revoir le choix de leur statut juridique et fiscal, le régime du micro-entrepreneur perdant un de ses attraits principaux.

Actualité du 25 septembre 2019 – le texte n’est pas voté
Mise à jour du 1er octobre : La mesure est différée, le gouvernement vient d’annoncer l’ouverture d’une concertation interministérielle sur la réforme de l’ACRE. A suivre.
Suivez l’actualité et les conséquences sur l’activité de loueur dans Accueillir Magazine, 6 fois par an dans votre boîte aux lettres.

Chambres d’hôtes, gîtes ou meublés, faut-il vraiment avoir un site internet ?

Ne pas avoir de site internet pour ses chambres d’hôtes ou gîtes, c’est prendre le risque de perdre une partie conséquente de son chiffre d’affaires, dépendre d’un ou deux acteurs qui peuvent changer les règles et taux de commission à leur convenance et accueillir leurs clients et pas les vôtres.

Quand ils ouvrent leurs chambres d’hôtes, gîtes ou meublés de tourisme, de plus en plus de jeunes loueurs se contentent de publier leur établissement sur un OTA (online travel agency) ou centrale de réservation, type Booking ou Expedia. Parfois mais pas toujours, ils l’accompagnent d’une page Facebook. Alors oui, ils remplissent probablement, mais abandonnent à chaque nuitée une somme conséquente, la commission. Est-ce normal de commencer une activité en acceptant d’abandonner entre 15 et 20% de son chiffre d’affaires ?

Nous animons régulièrement des formations dédiées à l’ouverture de chambres d’hôtes et/ou gîtes et meublés de tourisme. Nous y traitons de nombreux sujets, réglementation, urbanisme, gestion, fiscalité, rentabilité…, mais aussi promotion et commercialisation. Souvent les porteurs de projet se posent la question de l’utilité d’avoir un site internet lorsque le projet se limite à un petit hébergement, un ou deux chambres d’hôtes ou seul gîte et je comprends leur question, en revanche je ne comprend pas du tout quand il s’agit d’une maison d’hôtes qui a ouvert avec 5 chambres d’hôtes !

La force des plate-formes collaboratives et des annuaires internet

Les grands sites nationaux et internationaux sont très efficaces pour attirer la clientèle française ou étrangère et de nombreux loueurs de gîtes et meublés de tourisme choisissent de s’y inscrire. Il ne faut pas oublier que les frais d’adhésions et les commissions peuvent être élevés au regard du chiffre d’affaires annuel. Mais surtout, avoir 100% de son chiffre d’affaires qui dépend d’un ou deux sites est très risqué. En cas de litige, de déréférencement voire de forte hausse des tarifs, le loueur peut se trouver dans une impasse et cette stratégie peut être très dangereuse dans un monde dominé par un petit nombre d’acteurs très puissants. Pensez-vous discuter d’égal à égal avec un mastodonte mondial ?

En plus, avec les OTA, ce ne sont plus vos clients mais les leurs, c’est comme cela que les plateformes raisonnent. Un problème ? Aucune discussion possible sans la plateforme qui n’a pas des heures à perdre avec vous et dont vous ne rencontrerez pas les conseillers.

Sans compter qu’un client qui vous connaît et pourrait réserver en direct sera obligé de passer par la centrale de réservation et la commission faute de pouvoir gérer en direct sur votre site internet, dommage de perdre le bénéfice de la qualité de son accueil.

La stratégie du site internet personnel

Disposer de son propre site internet est la bonne stratégie pour tout loueur de maison d’hôtes qui souhaite développer son activité. Acheter un nom de domaine et créer un site internet n’est plus très coûteux, on trouve des solutions abordables et et même très facile à mettre en oeuvre. On parle d’environ 15€ pour le nom de domaine par un an et on trouve des sites dédiés aux gîtes et chambres d’hôtes comprenant un channel manager pour environ 40 euros par mois, parfois moins avec des solutions territoriales ou des outils développés en open source. Il suffit d’écrire ses textes et de charger ses photos. Cela permet de diffuser des informations différentes de celles des grands sites et de créer un lien plus personnel avec ses futurs locataires. Cela va générer des réservations en direct, via un formulaire, un module de réservation en ligne ou tout simplement par téléphone. Et là, c’est 100% de chiffre d’affaires dans votre poche

Développer les ventes en direct est plus que nécessaire, comme dans bien d’autres secteurs d’activité. Il ne faut pas être pieds et poings liés à ses distributeurs mais garder le contrôle de son activité ! En plus, c’est un sentiment de satisfaction bien méritée. Et en prenant le temps de s’informer et de se former, on peut être trouvé sur le net.

Accueillir Magazine, les articles à la une du numéro 83

Le numéro 83 septembre/octobre 2019 vient de sortir.

La rédaction d’Accueillir Magazine vous présente les quatre sujets qu’elle a mis à la une de ce nouveau numéro. 

Un dossier complet sur l’internet des objets

Des innovations ont eu lieu dans le domaine de la domotique grâce à internet. Il est désormais possible de commander ou de contrôler de nombreux appareils à distance facilement. Les usages sont multiples. Les créateurs et loueurs de chambres d’hôtes, gîtes et meublés de tourisme peuvent en tirer parti pour faire des économies ou se simplifier la tâche. N’est-il pas temps de s’y mettre ? La rédaction d’Accueillir Magazine y consacre un dossier complet dans ce numéro.

Un article sur la taxe foncière

De nombreuses taxes locales – taxe foncière, taxe d’habitation… – sont calculées sur la base de la valeur locative cadastrale. Son estimation est complexe, le calcul dépend de nombreux paramètres et certains sont souvent erronés. Nous avons choisi de faire un point précis sur le sujet pour vous permettre de contester son montant.

Le rechargement des véhicules électriques

Faire l’impasse sur les véhicules électriques n’est pas raisonnable. Les loueurs de chambres d’hôtes, gîtes et meublés de tourisme ont tout intérêt à les accueillir. Le magazine fait un point précis sur le coût du rechargement des véhicules électriques pour vous permettre de développer votre activité sans vous ruiner.

Se préparer à la recherche vocale

Internet est en évolution permanente et l’un des nouveaux enjeux concerne la recherche vocale. S’y préparer, faire évoluer son site pour mieux y répondre est décisif pour générer des réservations en direct. Nous avons choisi d’y consacrer un article complet. 

Vous pouvez retrouver le sommaire détaillé du numéro 83 septembre/octobre 2019 sur le site du magazine et vous abonner en ligne. 

Salariés démissionnaires pour reconversion

Le 28 juillet 2019, un décret est venu préciser les conditions d’indemnisation chômage des salariés démissionnaires ayant un projet de reconversion ou un projet de création ou de reprise d’entreprise. Ces mesures peuvent intéresser de nombreux créateurs de gîtes et chambres d’hôtes en cours de réflexion.

La procédure est très encadrée

Pour prétendre aux allocations d’assurance chômage, le salarié démissionnaire doit justifier d’au moins 1 300 jours travaillés au cours des 60 mois, soit cinq ans d’affiliation continue.

Il doit, préalablement à sa démission, demander à bénéficier d’un Conseil en évolution professionnelle (CEP). Actuellement les FONGECIF/OPACIF assurent cette prestation auprès des salariés mais un appel d’offres est en cours et la liste des organismes habilités pourrait évoluer au 1er janvier 2020. Avec l’aide du CEP, le salarié doit présenter son projet de création ou de reprise de gîtes ou chambres d’hôtes à la Commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR). Celle-ci doit se prononcer sur le « caractère réel et sérieux » du projet afin de donner droit aux allocations chômage. Le salarié démissionnaire a alors six mois pour déposer sa demande d’allocation à Pôle Emploi.

Les critères de décision sont précis

La présentation du projet est l’élément décisif, et ceci probablement dès les premiers entretiens avec l’organisme habilité qui doit accompagner la démarche, soit bien avant la saisie de la commission paritaire interprofessionnelle régionale. Plus le projet a été préparé en amont, plus il a de chances d’être accepté. Le décret précise que la CPIR doit valider la cohérence et la pertinence de certaines informations à fournir et vérifier leur connaissance par le salarié. Ces informations sont classées en trois catégories :

  • Les caractéristiques et les perspectives d’activité ;
  • Les besoins de financement et ressources financières ;
  • Les moyens techniques et humains.

La préparation du projet est essentielle

Il est probable que certains projets seront rejetés. Et l’on peut deviner d’ores et déjà certaines causes de rejet : manque de préparation ou de motivation du salarié, dossier trop peu détaillé, méconnaissance du secteur des gîtes ou des chambres d’hôtes, manque de réalisme dans les hypothèses de chiffre d’affaires ou de rentabilité, incohérences juridiques ou financières… La préparation du projet est essentielle et la rédaction d’un business plan fortement conseillée.

Le texte entre en vigueur le 1er novembre 2019 et il est probable que les premières décisions des CPIR n’interviennent pas avant début 2020. D’ici là, les porteurs de projet peuvent commencer à rédiger une présentation de leur projet puisque la formalisation écrite sera incontournable.

Suivez l’actualité, abonnez-vous à Accueillir Magazine, 6 numéros par an, pour connaître le secteur des gîtes et chambres d’hôtes, construire votre projet et être prêt à répondre à toutes les questions.

Accueillir Magazine, les articles à la une du numéro 82

Le numéro 82 juillet/août 2019 vient de sortir. La rédaction d’Accueillir Magazine vous présente les quatre sujets qu’elle a mis à la une de ce nouveau numéro.  
Accueillir Magazine 82 avec dossier sur le wifi en chambres d'hôtes et gîtes

Un dossier complet sur la téléphonie et internet 
La qualité de la connexion est une des attentes des clients. Or il n’est pas toujours simple de l’offrir dans certaines zones du territoire et dans certains bâtiments. Et certains usages qui se développent – vidéos, streaming… – sont très gourmands en bande passante. Comment les améliorer, Accueillir Magazine vous présente des solutions. 
Un article sur la taxe de séjour 
Certaines règles en matière de taxe de séjour ont changé en 2019. Leur application soulève des questions : taxe au pourcentage, règle des équivalences, collecte par les plateformes… Des clarifications viennent d’être apportées par les pouvoirs publics. Nous avons choisi de faire un point précis sur le sujet.  
Une fiche pratique sur les mauvaises odeurs
Lutter contre les mauvaises odeurs n’est pas toujours facile et les solutions traditionnelles parfois inefficaces. La fiche pratique de ce numéro présente une solution de traitement de l’air à connaître. 
Un article sur les règles de copyright
La publication sur le site internet de son gîte ou de ses chambres d’hôtes d’une photo copiée sur internet est une pratique à haut risque. Accueillir Magazine vous explique pourquoi et vous décrit les mésaventures vécues par plusieurs loueurs. Vous pouvez retrouver le sommaire détaillé du numéro 82 juillet/août 2019 sur le site du magazine et vous abonner en ligne.

Préparer sa reconversion avec un projet de chambres d’hôtes

Changer de métier est un défi qu’il ne faut pas sous-estimer. Encore plus quand il faut en plus changer de région, déménager sa famille, réinvestir son patrimoine. Les tâches seront bien différentes de celles menées par le passé. Etre à son compte peut être stressant. Et l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs Pour beaucoup de loueurs de gîtes, meublés et chambres d’hôtes, l’activité est une reconversion. A un moment, ils ont éprouvé le besoin de changer de vie professionnelle, voire de vie tout court et l’ouverture de leur hébergement à répondu à cette attente. Mais comment être certain qu’il s’agit du bon projet et du bon moment ?

Continuer la lecture de Préparer sa reconversion avec un projet de chambres d’hôtes

Accueillir Magazine, les articles à la une du nouveau numéro 80

Tous les deux mois, la rédaction d’Accueillir Magazine vous concocte un magazine. Le numéro 80 mars/avril 2019 est sorti il y a quelques jours. Petit tour des quatre sujets que nous avons choisi de mettre à la une de ce nouveau numéro.  

Accueillir Magazine numéro 80

Un dossier complet sur la fiscalité des gîtes et des chambres d’hôtes  

Alors que de nombreuses mesures fiscales ont été prises ou annoncées au cours des dernières années, il nous a paru utile de revenir en détail sur les règles fiscales applicables aux chambres d’hôtes et aux meublés de tourisme. Facturation, impôt sur le revenu, TVA, contrôle fiscal… le dossier fait le tour des règles à connaître.  

Un article à jour sur les cotisations sociales des loueurs  

Pas une semaine à la rédaction sans recevoir un appel d’un loueur de chambres d’hôtes ou de meublé de tourisme qui a une information incomplète ou erronée car datée sur les cotisations sociales et sur ce qu’il doit vraiment payer. Nous avons choisi de faire un point précis sur ce sujet dans ce numéro.  

Une fiche pratique sur le bruit

La calme est une des attentes majeures des visiteurs qui réservent un gîte ou une chambre d’hôtes. La fiche pratique de ce numéro est consacré à la lutte contre le bruit. Et cela se prévoit dès le début du projet, dans les travaux prévus dans la maison d’hôtes ou le meublé de tourisme.

Un article sur les objectifs du site Leboncoin

Le site plébiscité des Français occupe une place de plus en plus significative dans le secteur de la location de vacances, qu’il s’agisse de gîtes, meublés de tourisme ou de chambres d’hôtes. Nous sommes allés les voir et vous en disons plus sur leurs objectifs pour les années à venir.  

Vous pouvez retrouver le sommaire détaillé du numéro 80 mars/avril 2019 sur le site du magazine et vous abonner en ligne.

Des outils à votre service, les formations et le pack du créateur

La formation, deux jours pour ouvrir sa maison d’hôtes

Vous avez le projet ou tout simplement l’envie d’ouvrir des chambres d’hôtes avec peut-être également un table d’hôtes et un gîte ou un meublé de tourisme. Vous vous posez des questions et souhaitez mettre toutes les chances de votre côté. Notre formation, deux jours pour ouvrir sa maison d’hôtes, vous apporte des réponses précises et des informations fiables. A l’issue des deux jours de stage, vous aurez en mains tous les outils nécessaires pour réussir votre projet et vous lancer dans votre nouvelle vie.

Pourquoi venir chez nous ?

En tant que journalistes, nous sommes des observateurs indépendants. Nous étudions le secteur des chambres d’hôtes, des gîtes et des meublés de tourisme depuis plus de 10 ans. Nous en connaissons les réglementations en détail et savons comment elles sont appliquées localement. Nous visitons de nombreuses maisons d’hôtes dans tous les coins de France, nous avons vu des idées géniales, d’autres moins, des succès et des échecs. Nous vous faisons gagner du temps et éviter les pièges de la création.

Un stage court et complet

Deux jours sont suffisants. En effet, la création d’une maison d’hôtes est un projet à la portée de tous ou presque. Il faut juste être clair sur les points importants, ceux qui pourraient mettre en péril votre projet.
Découvrez le programme, les dates et les prix sur le site d’Accueillir Magazine et inscrivez-vous.

Gîtes, meublés de tourisme, une journée pour tout savoir

Votre projet porte uniquement sur l’ouverture d’un gîte ou d’un meublé de tourisme à la ville ou à la campagne, nous vous proposons une formation d’une journée centrée uniquement sur ce sujet.
Découvrez le programme, les dates et les prix sur le site d’Accueillir Magazine et inscrivez-vous.

Le pack du créateur de chambres d’hôtes

Vous recherchez un guide pratique et complet sur la création de chambres d’hôtes. Nous vous proposons le Pack du créateur de chambres d’hôtes, un ouvrage remis à jour plusieurs fois par an. Il vous apporte un fil conducteur pour réfléchir à votre projet et vous poser les bonnes questions mais également des réponses claires sur le sujet des statuts juridiques et des régimes fiscaux et sur celui de l’étude de marché.
Vous pouvez acheter le Pack du créateur par courrier ou directement en ligne sur notre site internet. En cadeau, vous recevrez le numéro en cours d’Accueillir Magazine !