Hébergements insolites, attention aux règles

L’insolite fait rêver, on en parle beaucoup dans les médias même si au final cela ne représente que peu de lits au regard de l’hébergement marchand en France. Certains créateurs ont pour projet d’installer des yourtes, des tentes ou des bulles, de faire construire des cabanes perchées ou d’installer des roulottes, des chalets ou des cabanes flottantes pour ne citer que quelques exemples. Cela peut être une très bonne idée mais sous réserve de respecter les règles, d’être prudent et de bien s’informer au préalable.

La question de l’urbanisme est centrale

Pour commencer, il faut se renseigner sur les contraintes d’urbanisme et bien comprendre ce qui sera possible ou non. Dans la plupart des cas, il faudra passer par un permis de construire, un permis d’aménager ou une autorisation préalable. Ces autorisations sont délivrées uniquement si le projet respecte les règles fixées par le Plan local d’urbanisme (PLU), le Plan d’occupation des sols (POS), la carte communale ou le règlement national d’urbanisme. Si on achète le terrain, il faut être sûr qu’on pourra y aménager son rêve d’insolite.

Insolite oui mais quelle réglementation ?

Ensuite, il faut être clair sur le projet lui-même. S’agit-il de chambres d’hôtes, de locations saisonnières, d’emplacements de camping ou d’habitations légères de loisirs ? Chacune de ces activités a ses propres règles qu’il faut respecter et dans les faits l’insolite doit se glisser dans un cadre, et c’est bien la difficulté. Il est vrai que les premiers projets il y a sept huit ans se sont construits un peu en dehors de tout cadre réglementaire, chose terminée dorénavant.
Et selon la terminologie retenue, la fiscalité peut différer également.

Enfin, il convient de bien choisir son prestataire, d’aller voir des réalisations déjà effectuées, de demander des références voire de réserver chez des loueurs qui ont fait ce choix pour tester quelques nuits l’hébergement sélectionné.

Installer des yourtes en hébergement insolite

Certains créateurs envisagent d’installer des yourtes en complément de leurs chambres d’hôtes ou parfois comme unique hébergement. Il est vrai que ce type d’habitat séduit une large clientèle de familles ou de couples à la recherche d’expériences insolites et d’une proximité avec la nature et les grands espaces.

Attention cependant à installer ces yourtes sur un terrain adapté. La présence d’arbres et végétaux risque d’abîmer la bâche, il est conseillé de les placer dans des espaces dégagés, comme les yourtes mongoles traditionnelles. Pour ceux qui prévoient d’installer plusieurs yourtes, il faut donc envisager l’achat d’un très grand terrain afin que leurs occupants se sentent en pleine nature et non pas dans un campement. La magie de la yourte pourrait être brisée.

Ne sous-estimez pas les questions réglementaires. Même si la yourte est synonyme de liberté, notre pays dispose de règles dans le domaine de l’urbanisme et de la fiscalité. Il est donc nécessaire de bien vérifier au préalable qu’il sera possible d’installer les yourtes et de choisir une modalité de fonctionnement, camping, parc résidentiel de loisirs…

Reste à choisir le bon modèle. Il existe de nombreux fabricants et importateurs et des modèles de toutes les tailles. On trouve des yourtes à monter pour des budgets abordables, à partir de 2 000 euros hors mobilier pour une surface de 15 m². Même si la yourte n’est louée que quelques mois dans l’année, entre mai et octobre, financièrement, l’investissement est souvent rentable.
Proposer des yourtes à la location est par définition, une activité saisonnière, il faudra donc vérifier que cela permet d’en vivre si c’est au titre d’une activité principale en prenant en compte le fait, que plus que pour tout autre hébergement touristique comme la chambre d’hôtes, l’aléa du temps (climat, pluie, températures) est très fort et une saison vite rétrécie.

Et si vous envisagez roulotte ou cabane

Roulotte et cabane, l’insolite est à la mode

Sauf à vivre dans un monde sans internet, sans magazines grand public et sans guides touristiques, il est difficile d’ignorer l’engouement pour l’insolite. Cabane, roulotte, yourte, bulle en plastique, tipis, tonneaux…, il en naît tous les jours et pourquoi pas. Le public aime et proposer quelque chose d’innovant c’est toujours sympathique. Oui mais, ce n’est pas parce que c’est ludique et sympathique que cela s’exonère de toute réflexion. Il ne suffit pas d’installer une roulotte dans le fond de son jardin pour s’improviser hébergeur touristique et ouvrir des chambres d’hôtes et bien sûr il y a quelques réglementations à respecte, notamment les questions d’urbanisme.

Comme dans tout projet, il y a des aspects réglementaires à regarder évidemment différents selon le type d’hébergement choisi, sa taille, le terrain sur lequel on le place, s’il est mobile ou pas voire démontable une partie de l’année… Les précurseurs, les premiers qui ont eu l’idée de l’insolite se sont installés un peu comme bon leur a semblé en “s’affranchissant” des règles que personnes n’avait encore vraiment réfléchies – pas tous, je connais un propriétaire qui a dû, il y a dix ans,  batailler ferme pour sa roulotte, le maire le regardait comme un martien !

Mais aujourd’hui, l’insolite en roulotte et cabane, n’est plus si unique. Les projets se sont multipliés et  les services de l’Etat s’y sont penchés avec intérêt. Certains fabricants ou revendeurs, pas tous bien sûr, vous assurent la main sur le coeur que vous pouvez faire ce que vous voulez, ce n’est pas tout à fait exact. Vous correz même le risque, la jurisprudence étant passé par là de devoir retirer ou démonter vos équipements. Ce projet de roulotte ou cabane, comme tout autre s’étudie, réglementation, fiscalité, visibilité, ce n’est pas parce que le projet est original qu’il ne respecte pas toutes les étapes de mise en place d’un projet traditionnel !