45 minutes pour choisir son statut juridique et fiscal, attention trop simple

Le principe d’un site public, en l’occurrence guichet-entreprises.fr, qui facilite les démarches de création d’entreprise est, dans l’esprit, une bonne idée, mais faire croire qu’en 45 minutes on disposera d’un dossier de création de chambres d’hôtes – ou toute autre activité économique d’ailleurs –  prêt à être déposé me laisse sceptique. Parce que si les démarches ont été simplifiées, l’envers du décor ne l’a pas été. Et en fait, je ne suis même pas sûre que la création d’entreprise ait été simplifiée, aller au CFE (centre de formalité des entreprises) n’était pas compliqué et avait l’avantage de permettre de parler à quelqu’un d’averti.

Il ne faut pas négliger la phase préalable, prendre le temps de réfléchir à son projet personnel, étudier toutes les options avant d’opter pour un statut juridique ou un régime fiscal, comprendre la logique des textes qui s’appliquent aux chambres d’hôtes ou aux locations touristiques, – ce qui n’est pas la même chose… Tout ceci demande du temps et doit être vraiment mûri. Laisser croire que tout est facile, que l’on peut se débarrasser du sujet en 45 minutes ne me semble pas un service à rendre aux porteurs de projet, cela peut même être pervers en plongeant des personnes peu averties dans un univers qu’elles ne maîtrisent pas.

Dans le domaine de la création d’entreprise ou du choix d’un statut, les options sont multiples, le vocabulaire complexe pour ceux qui n’y sont pas habitués, les conséquences lourdes. Disons-le autrement, une fois le dossier déposé, il ne sera plus possible de revenir en arrière et c’est à ce moment là que l’on se rendra compte qu’une autre option juridique ou fiscale aurait été plus adaptée. Il sera hélas trop tard et cela coûte parfois très cher. Nous avons parfois au téléphone des personnes qui se retrouvent engagées dans un statut et s’aperçoivent a posteriori que ce n’était pas le statut qui leur convenait ou même qui était possible dans leur cas. Croyez-moi, c’est compliqué à démêler et cela représente une perte d’énergie qu’on n’a plus pour ses chambres d’hôtes, voire un découragement certain quand on se heurte au mur administratif.

Méfiez-vous donc de tous ceux qui vous expliquent que choisir un statut est facile et qu’il s’agit d’une simple formalité. En réalité, il y a des choix à effectuer. Ils dépendent de votre situation personnelle et familiale, dont votre âge et le nombre d’années encore à cotiser, du chiffre d’affaires et du revenu attendu, du type de projet envisagé, de votre passé professionnel… Ils impliquent votre patrimoine, vos revenus, votre fiscalité, votre retraite, les plus-values éventuelles de votre bien immobilier, bref, pas vraiment quelque chose qu’on peut survoler à la légère…

Cela prend un peu plus que 45 minutes ! Ou alors ce sont les dernières 45 minutes d’un long processus, un peu comme la promesse de la couche unique de peinture, unique après toutes les autres !

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

3 réflexions au sujet de « 45 minutes pour choisir son statut juridique et fiscal, attention trop simple »

  1. Bonjour,
    Si le pavillon est sur le même terrain à proximité de votre résidence, il peut s’agir d’une chambre d’hôtes par exemple familiale ou d’un gîte ou meublé touristique.
    S’il est sur un autre terrain, ce ne pourra pas être une chambre d’hôtes située nécessairement sur la propriété où vous vivez. Si ce bien comporte tous les éléments habituels d’une location – cuisine, wc, salle de bains…- il peut alors s’agir d’un gîte. Il faut vérifier que rien n’interdit cette location sur le plan de la sécurité ou de la salubrité des lieux et obtenir un accord écrit du propriétaire pour en disposer, il faudra bien notamment assurer le bien. Concernant le statut juridique et le régime fiscal, il y a de nombreuses options selon que vous vous orienterez vers un gîte ou une chambre d’hôtes sachant que si votre épouse est auto-entrepreneur et que c’est elle qui gère l’activité, elle devra peut-être la rajouter à ses déclarations sociales et fiscales. Tout dépend des modalités que vous allez retenir.

  2. Bonjour,

    Nous avons à disposition gracieusement un petit pavillon, dont nous ne sommes pas propriétaires, dans lequel en accord avec le propriétaire, nous avons la possibilité de faire gite ou chambre d’hôtes pouvant accueillir 4 personnes d’un même groupe ou famille.
    Légalement y a-t-il une possibilité, sachant que ce serait très ponctuel en petit complément de revenus. Nous sommes retraités et mon épouse a déja une petite activité sous le régime auto entrepreneur ? Merci de votre éclairage.

  3. Il faut d’abord trouver de l’aide et ce Blog y contribue largement.
    il faut aussi rêver… ça prend du temps!.. mais c’est pas inutile.
    Puis revenir sur terre , atterrir en douceur avec plein de cartes en main.
    Aller voir des chambres d’hôtes qui tournent dans votre région et vous saurez enfin comment vous lancer.
    AH oui un bon conseil pour finir :les financeurs ne sont pas les meilleurs conseillés, aller plutôt sur le terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.