Créateurs de gîtes et chambres d’hôtes, attention au prélèvement à la source

  • le prélèvement à la source entrera en vigueur en janvier 2019
  • 2018 est théoriquement une année blanche
  • C’est plus complexe, selon le statut juridique et fiscal retenu pour l’activité de gîtes et chambres d’hôtes : entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés, contribuables soumis à l’impôt sur le revenu, sociétés civiles immobilières transparentes, micro-entrepreneurs, entrepreneurs individuels
  • Attention au statut choisi pour l’activité

Comme vous le savez déjà, le prélèvement à la source entrera en vigueur en janvier 2019. L’année 2018 est théoriquement une année blanche, pas d’impôt à payer sur les revenus 2018 !

Continuer la lecture de Créateurs de gîtes et chambres d’hôtes, attention au prélèvement à la source

OTA et chambres d’hôtes, faut-il tout miser sur un seul “partenaire” ?

Gîtes et chambres d’hôtes, gardez votre indépendance sur internet,
c’est vital pour ne pas perdre le contrôle de votre activité et votre marge financière !

Je croise régulièrement des créateurs de gîtes ou de chambres d’hôtes qui m’expliquent que le plus simple est de s’inscrire sur Airbnb ou sur Booking et de ne rien faire d’autre. Pas de site internet, pas d’annonce, pas de présence sur les réseaux sociaux… En un mot, LA solution serait de tout miser sur un seul acteur pour louer son hébergement.

Continuer la lecture de OTA et chambres d’hôtes, faut-il tout miser sur un seul “partenaire” ?

Gîtes et chambres d’hôtes, faire appel au crowdfunding

Dans certaines situations, le financement d’un gîte, de chambres d’hôtes ou d’un hébergement complémentaire peut poser des difficultés : manque de trésorerie, refus bancaire… La situation peut être particulièrement délicate lorsque ce projet est essentiel mais qu’il n’est pas rentable en lui-même : travaux d’urgence (suite à sinistre, sauver une bâtiment, obligation de développer une activité pour garder sa maison…)  Le financement participatif ou crowdfunding est parfois la solution. Plusieurs types de crowfunding sont possibles.

  • les prêts aux entreprises ou aux particuliers avec ou sans intérêt
  • les investissements avec part dans le capital ou versement de redevances
  • les dons avec ou sans récompense

Les différentes formes de crowdfunding

Selon le baromètre de l’association Financement Participatif France, ce mode de financement a contribué à 24 126 projets en 2017. La collecte s’est élevé à 336 millions d’euros, soit 44% de plus qu’en 2016. Ceci étant, ces chiffres regroupent des formes variées : prêts rémunérés ou non rémunérés, apports en capital, dons avec ou sans récompense… Afin de préciser les choses, le baromètre fournit la moyenne des contributions recueillies depuis la création des plateformes de collecte : 62 € pour un don avec récompense, 95 € pour un prêt non rémunéré, 310 € pour un prêt rémunéré et 7 745 € pour un investissement en capital. Il faut aussi savoir qu’une opération sur deux échoue, les porteurs de projet n’arrivant pas à collecter les fonds prévus ou à convaincre suffisamment de contributeurs. Il faut donc choisir la bonne formule.

Les projets finançables

Pour un don avec récompense, il paraît difficile de collecter plus 4 500 €, le nombre moyen de contributeurs étant de 72 par projet. Cela peut permettre de monter une opération ponctuelle, sociale, culturelle, thématique, à dimension environnementale ou peut-être de participer au financement de travaux sous réserve que les récompenses soient à la hauteur.
Il faut bien garder à l’esprit que participatif implique vrai projet et dimension sociale, on est dans une dimension altruiste, dans la solidarité ou dans le partage de valeurs .

Pour un prêt rémunéré, les sommes peuvent être beaucoup plus conséquentes, mais il va falloir convaincre les prêteurs que l’entreprise sera en mesure de les rembourser et leur verser un taux d’intérêt souvent supérieur à des prêts classiques. En raison de ces éléments, il est certainement préférable de rester sur des micro-projets, comme la rénovation d’un bâtiment ou la création d’hébergements complémentaires ou insolites.

Dans tous les cas de figures, le créateur a intérêt à bien préparer sa levée de fonds, sélectionner une plateforme adaptée à son projet, soigner sa présentation et faire une promotion intense sur les réseaux sociaux.

 

Relèvement des plafonds micro, quelle conséquence pour les loueurs ?

Avec le  relèvement des plafonds micro,

  • les revenus des meublés de tourisme classés et des chambres d’hôtes peuvent bénéficier de l’abattement forfaitaire de 71% jusqu’à 170 000 euros de chiffre d’affaires, contre 82 800 euros auparavant,
  • Les revenus des des meublés de tourisme non classés peuvent bénéficier de l’abattement forfaitaire de 50% jusqu’à 70 000 euros de chiffre d’affaires contre 33 200 euros auparavant.

Chaque année voit son lot de nouvelles mesures fiscales. Nombreuses sont celles qui consistent en des ajustements de mesures existantes, certaines ont des impacts plus significatifs.

De nouveaux plafonds micro

A compter de 2018, les plafonds du régime des micro-entreprises sont relevés à 170 000 euros pour l’imposition des revenus de la première catégorie et à 70 000 euros pour ceux de la seconde. En clair, les revenus des meublés de tourisme classés et des chambres d’hôtes peuvent bénéficier de l’abattement forfaitaire de 71% jusqu’à 170 000 euros de chiffre d’affaires, contre 82 800 euros auparavant, ceux des meublés de tourisme non classés de l’abattement forfaitaire de 50% jusqu’à 70 000 euros de chiffre d’affaires contre 33 200 euros auparavant.

Un fort impact sur la gestion des meublés

Les grincheux diront que les règles relatives à la TVA ne sont pas modifiées. Ceci étant, la plupart des loueurs de gîtes et meublés de tourisme ne sont pas assujettis à la TVA. Le relèvement des plafonds micro va leur simplifier la gestion puisqu’en cas de dépassement des anciens seuils – 33200 euros et 82 800 euros – ils pourront rester dans le régime micro. Ils n’auront plus l’obligation de tenir une comptabilité au réel. Il n’en demeure pas moins que, dans certains cas, le créateur peut avoir intérêt à opter pour le régime du bénéfice réel dès l’ouverture notamment afin de pouvoir déduire ses travaux.

Un impact non négligeable sur les chambres d’hôtes

Comme les règles de TVA ne sont pas modifiées, l’impact pour les loueurs de chambres d’hôtes est moins significatif. Ceci étant, la mesure ouvre l’abattement de 71% au-delà de 82 800 euros. Le loueur n’a pas l’obligation de tenir une comptabilité au réel, avec tous les coûts qui y sont associés. Il va pouvoir lancer son activité et le dépassement du plafond de 82 800 euros s’il intervient ne sera plus un véritable casse-tête. Il faudra uniquement facturer de la TVA sur les séjours et déduire celle réglée sur les achats.

Le relèvement des plafonds micro change la donne pour les créateurs qui ont des projets ambitieux en terme de chiffre d’affaires. Elle est à étudier en détail. Pour tous ceux qui souhaitent aller plus loin, ils peuvent se reporter aux Cahiers Pratiques en vente sur le site internet et remis à jour ce début d’année pour tenir compte de la loi de la Finances votée fin décembre 2017 Ouvrir gîte ou meublé de tourisme, les démarches à la loupe et Chambres d’hôtes, Panorama des solutions juridiques et fiscales. Et bien sûr nous continuerons à traiter ces sujets dans Accueillir Magazine.

Appel à témoin

Ci-dessous, appel à témoin : si cette proposition vous intéresse, je vous invite à contacter directement la journaliste, vous avez son mail dans le texte.

Grands Reportages sur TF1

Bonjour, réalisatrice de reportages long format, je prépare actuellement un projet de film pour l’émission Grands Reportages sur TF1. Ce sont des 60 minutes diffusés soit le samedi soit le dimanche à partir de 13H30.
Le thème du film est la Garonne. Dans ce cadre, je souhaite faire des portrait de personnes qui ont lien avec la Garonne et un projet en lien avec le fleuve. Et je pensais notamment suivre des personnes qui se lanceraient dans l’ouverture d’un gite ou de chambre d’hôtes en bord de Garonne.
Elodie Bonnes
06 12 36 05 19

————————————————————-

Ci-dessous les appels à témoin échus. Ce qui est intéressant c’est de voir combien la chambre d’hôtes a été médiatisée en de 2010 à 2013 et n’est plus du tout dans le viseur des sociétés de production depuis. Ceci dit, il y a aussi beaucoup moins de productions originales et beaucoup de rediffusions.

 

Biba

«Voici le message que je souhaite faire passer :
Pour le magazine papier Biba, je recherche le témoignage de femmes de 35 à 45 ans, qui ont opéré un grand changement dans leur vie ces dernières années : changement d’activité professionnelle (vers les gîtes), changement de résidence, de région etc. L’idée est de recueillir cette histoire de transformation, avec ses points forts et ses points faibles, le recul de quelques années permettant d’y voir plus clair, peut-être, sur les limites, les obstacles, les ressources intérieures et extérieures. Merci beaucoup. Mon mail : anne.ulpat@free.fr »

TF1 Reportage

Bonjour,

Nous travaillons pour l’émission TF1 Reportage. Et dans le cadre d’un magazine découverte de 60 minute sur les hôtels de plage, nous recherchons en priorité des chambres d’hôtes situé en bord de mer. L’idée serait de mettre en avant des nouveaux propriétaires qui serait en phase de reconversion professionnel, et pour qui cette saison 2017 serait une première…

N’hésitez pas à nous joindre au 06 68 45 40 82, ou de nous adresser un mail à amalki@capatv.com

France 3 recherche créateur de gîte et/ou chambres d’hôtes à suivre sur 6 mois pour un documentaire

18 janvier 2017 – France 3 pour un documentaire

“Dans le cadre d’une série documentaire de trois fois 90 min pour France 3 intitulé « Nouveau départ pour une nouvelle vie » nous recherchons plusieurs familles qui vont pour la première fois, changer de cadre de vie par le biais d’une acquisition immobilière spécialisée avec changement régional tel que l’achat d’un gîte, d’un hôtel ou d’une maison d’hôtes. Nous nous intéressons à ces personnes qui ont fait le choix de quitter leur environnement urbain pour une zone rurale.

L’idée de ce documentaire est de retracer au mieux le véritable changement de vie que constitue l’achat d’une vie. Les téléspectateurs français comprendront ainsi les enjeux d’unetelle quête du bonheur.

Ce que nous désirons mettre en évidence, c’est l’organisation nécessaire au déménagement ainsi que les différents intervenants indispensables dans le processus d’acquisition jusqu’à l’installation dans le nouvel établissement.
C’est pourquoi nous comptons filmer la famille pendant les préparatifs d’acquisition, le déménagement, le voyage, mais aussi à l’arrivée et à l’emménagement dans leur nouveau bien et les accompagner lors du lancement de leur nouvelle activité.
La famille sera suivie au total sur 6 mois à 8 mois. C’est ainsi que nous comprendrons au mieux les obstacles, les difficultés, les surprises et les joies auxquelles elle aura été confrontée.”

Magali WILFRID – Journaliste à contacter par mail

———————-

Le Mag de l’Aprèm animée par Marc Leval sur la création de chambres d’hôtes

22 avril 2015 – Sud Radio parle des chambres d’hôtes

A écouter une émission sur Sud radio, Le Mag de l’Aprèm animée par Marc Leval sur la création de chambres d’hôtes avec des témoignages de loueurs de chambres d’hôtes. J’ai eu le plaisir d’y participer également.

https://www.sudradio.fr/Podcasts/Le-Mag-de-l-aprem/Les-maisons-d-hotes

———————-

Emission M6 recherche gérants de maisons d’hôtes pour reportages

C’est ma Vie 6 mars 2014

Sonia, journaliste pour l’émission C’est ma Vie de M6 recherche nouveaux propriétaires et gérants de maisons d’hôtes pour reportages.
Je lui laisse la plume pour vous expliquer sa demande, contactez-la directement si vous voulez plus de précision

“Bonjour,
Je suis journaliste pour M6, je travaille pour l’émission « C’est ma vie », présentée par Karine Lemarchand. Je prépare actuellement un reportage de 30 minutes sur les « Maisons d’Hôtes, Gîtes, Château : une nouvelle aventure ! ».

Je suis actuellement à la recherche de couples, de familles ou de groupes d’amis qui se sont lancés dans cette aventure et qui se reconnaitraient dans l’une des descriptions suivantes :
– Vous avez tout abandonné pour vous lancer dans l’ouverture d’une maison d’hôtes, d’un gîte.
– Si vous avez déjà un établissement, vous vous lancez dans une nouvelle activité pour maintenir/sauver votre établissement.
– Vous vous lancez dans la rénovation d’un château, pour y vivre ou en vue d’une ouverture au public.

L’objectif de notre reportage est de comprendre les situations auxquelles ces personnes doivent faire face. Et quels sacrifices elles exigent aussi bien sur le plan financier que personnel et familial.”

Mon mail : sojournaliste@gmail.com

———————-

Appel à témoin pour Enquête d’Action

13 novembre 2013

Une journaliste recherche pour Enquête d’Action des témoignages, je lui laisse la plume pour que vous puissiez la contacter si cela vous intéresse.

“Je suis Journaliste Reporter d’Images et je réalise un reportage de 52 minutes sur «Les maisons d’hôtes» pour « Enquête d’Action » sur W9.

Pour cela, je suis à la recherche de personnes qui se sont lancées dans cette aventure depuis un ou deux ans et qui accepteraient de témoigner. L’objectif est de savoir pour quelles raisons ils ont fait le choix d’ouvrir une maison d’hôtes? Comment se déroulent leurs quotidiens? Quels sont les avantages mais aussi les inconvénients rencontrés? Comment s’en sortent-ils? Quelles sont les solutions qui leur sont proposées ? (formation)

Etant journaliste reporter d’images, je suis à la fois journaliste et caméraman. Je serai donc seule et saurai me montrer discrète au moment du tournage.

Si vous souhaitez des renseignements complémentaires, n’hésitez pas à me joindre par mail : slaine@tonycomiti.com .Je me ferai un plaisir de répondre à toutes vos questions.”

———————-

Appel à témoin pour la Quotidienne de France 5

13 novembre 2013 – Appel à témoin pour la Quotidienne de France 5
La Quotidienne de France 5 cherche des témoignages, c’est assez urgent puisque le tournage doit avoir lieu dans les tous prochains jours. Je laisse ma consoeur expliquer son projet

“Pour l’émission La Quotidienne sur les chambres d’hôte nous recherchons une personne qui a lancé son activité mais qui s’est retrouvé face à des difficultés (désillusion quant à la réalité du métier, problèmes financiers…) et qui tente encore continuer l’aventure ou bien qui depuis a arrêté. Vous pouvez me joindre au 06.33.75.10.28 ou m’envoyer un mail à l’adresse mespinasse@jara-co.com
J’ajoute que je dois avoir tourné au plus tard lundi. Je suis disponible le week-end. De plus, si nous cherchons ce profil ce n’est pas pour aller vers le côté “racoleur” mais bien de montrer que gérer une chambre d’hôte c’est un vrai métier, et que pour le faire, il faut y avoir longuement réfléchi.”

———————-

Appel à témoin d’une émission de France 3 pour suivre un créateur de chambres d’hôtes

06 juin 2013

Je laisse Nadia vous parler de sa demande.

“Journaliste pour la société de production Les Films de l’Odyssée, nous préparons actuellement un documentaire positif et familial de 110′ sur le thème de la reconversion professionnelle pour France 3.

En effet, de nombreux Français désirent tout quitter pour se lancer dans l’aventure de leur vie.

C’est pourquoi, nous souhaitons suivre des personnes à travers ces changements de vie plus particulièrement l’ouverture d’une maison d’hôtes. L’idée est de suivre une personne pendant ses démarches de A à Z.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou informations complémentaires : nadia.saghro@gmail.com
———————-

Appel à témoins, travaux et galères

En quête d’actualité 7 décembre 2012
Ci-dessous, la demande de témoignage de Dominique, journaliste à D8, que vous pouvez contacter en direct si témoigner vous intéresse.

“Dans le cadre de l’émission “En quête d’actualité”, diffusée sur la chaîne D8, je recherche des témoignages de gens ayant entrepris des travaux qui n’en finissent plus, ou qui sont victimes d’entrepreneurs malhonnêtes (malfaçons, chantiers qui s’éternisent…).
– Vous avez débuté des travaux pour ouvrir des chambres d’hôtes et vous n’en voyez pas la fin ?
– Vous êtes victimes d’un maître d’oeuvre peu scrupuleux ?
– Les retards de vos travaux vont mettre en péril l’ouverture de vos chambres d’hôtes ?
– Vous avez entrepris de construire une maison bioclimatique ou écolo, mais vous vous rendez compte que le professionnel auquel vous avez fait appel n’est pas spécialisé dans ce genre de construction ?
– Vous réalisez des travaux de rénovation d’un lieu hors du commun (château, corps de ferme…) et rencontrez plus de difficultés que prévu ?
Venez me raconter votre histoire : temoignagetravaux@yahoo.fr
Et n’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez des informations concernant ce reportage.
Merci et à bientôt !

Dominique, journaliste.”

———————-

L’émission Capital de M6 recherche maisons d’hôtes

26 avril 2012
Un message de l’émission Capital de M6 qui recherche des maisons d’hôtes, vous pouvez contacter la journaliste en charge de l’émission dont les coordonnées sont en bas du billet.

“Je travaille pour l’émission Capital sur M6. Nous préparons nos émissions d’été dans lesquelles nous allons tourner des plateaux reportages ( le présentateur se rend sur place pour expliquer de manière didactique un concept à la mode).
Nous aimerions beaucoup réaliser un plateau- reportage sur les chambres/maison d’hôtes ! Nous sommes donc à la recherche de deux témoignages distincts :

-1/ une maison qui fait chambre d’hôtes mais dont les propriétaires ont une autre activité professionnelle ( Les propriétaire décident par exemple de devenir maison d’hôtes pendant l’été mais pendant l’hiver ils ont un autre métier)

-2/ Une maison ou les chambres d’hôtes ont un côté original, voir insolite ( concept , décoration ) ou bien encore luxueux.

Nous souhaiterions tourner ce reportage du 16-23 mai et aimerions beaucoup tourner dans le SUD de la France

Je suis joignable à : sybile.penhirin@m6.fr , tel : 01 41 92 39 16″

———————-

Appel à témoins pour Capital de M6

29 mars 2012

Capital, l’émission de M6 recherche des témoignages de personnes qui ont quitté la ville et rencontré des difficultés sur le plan économique ou pour s’intégrer. Vous souhaitez partager votre expérience, contactez samuel.madar@m6.fr

———————-
Appel à témoins Zone interdite

28 juin 2012
Pour Zone Interdite, émission de télévision sur M6, la production recherche une famille nombreuse qui tient des chambres d’hôtes. Si vous êtes intéressé(e), merci de contacter Julie dont les coordonnées sont mentionnées ci-dessous.

URGENT : Portrait d’une famille nombreuse et leur maison d’hôte dans Zone Interdite

Pour son prochain reportage, Zone Interdite recherche un foyer nombreux(au moins 5 enfants), recomposé ou non, qui tient une affaire en famille. Nous aimerions faire un portrait de personnes qui ont décidé de lancer / ou qui tiennent déjà une chambre d’hôte en famille.
Tournage en juillet ou en août. Si vous êtes intéressé, ou pour plus d’informations, contactez-nous très rapidement :
julie@spicaprod.fr ou au 01 77 92 21 45″
———————-

Appel à témoin, émission de télévision recherche créateurs de chambres d’hôtes

Zone interdite 23 février 2012

Comme d’habitude pour ce type de message, je relaye un appel à témoin. Si vous voulez plus d’information ou que cela vous intéresse, contactez Virginie directement.

“Pour l’émission Zone interdite sur M6, nous recherchons des personnes qui se lancent dans l’aventure des maisons d’hôtes.

Si vous avez changé de vie, quitté la ville pour la campagne et vous avez le projet d’ouvrir des chambres d’hôtes, votre témoignage nous intéresse.
Nous souhaitons montrer le long chemin parcouru par les propriétaires avant d’atteindre leur rêve. Des démarches administratives à l’arrivée des nouveaux clients, en passant par les travaux.  ”

Contact : Virginie – 06 88 46 67 32
———————-

Emission de télévision recherche maman entrepreneuse qui ouvre des chambres d’hôtes

9 janvier 2012
Audrey est journaliste et prépare actuellement un documentaire sur les mamans entrepreneuses… et elle est à la recherche de témoignages pour son documentaire.

“Ce documentaire a pour but, durant 90 minutes, de retracer le parcours de mamans entrepreneuses qui, du jour au lendemain, lorsqu’elles sont devenues maman, ont décidé de changer de vie….
Nous sommes dans la narration de cette histoire, le suivi des témoins…ce sont eux, au travers leurs témoignages qui vont nous raconter leur histoire….
Je reste à votre dispJe suis donc à la recherche d’une maman qui, a décidé avec toute sa famille de quitter la ville pour la campagne et d’ouvrir des chambres d’hôtes ou gîtes ruraux…

Je reste à votre disposition par mail audrey.documentaire@gmail.com
———————-

Travaux, constructions et rénovations, reportage cherche témoignage de créateurs de chambres d’hôtes

19 septembre 2011
Pour un reportage, Beril cherche des témoignages de créateurs de chambres d’hôtes, je lui laisse la plume pour qu’elle vous explique son projet. Si cela vous intéresse, contactez-la en direct.

« Bonjour,

Journaliste pour une émission diffusée en prime-time sur une grande chaîne hertzienne, je prépare actuellement un reportage sur les travaux, constructions et rénovations.

Vous avez acheté une maison ancienne, originale ou un bien d’exception et vous faites actuellement des travaux de rénovations dans le but d’en faire des chambres d’hôtes, un projet de toute une vie, venez me raconter votre histoire, à l’adresse suivante : beril@spicaprod.fr

Racontez nous l’historique de ce projet en vous présentant et la manière dont vous procédez pour le mener à bien : auto-rénovation, avec des artisans locaux, grosses entreprises, ainsi que l’avancée des travaux et les difficultés, imprévus que vous avez pu rencontrer. N’oubliez pas de préciser vos coordonnées. Merci d’avance.
Beril. »
———————-

TF1 recherche des témoignages de créateurs et propriétaires de chambres d’hôtes récemment installés

14 juin 2011
Bérénice, journaliste aux magazines de TF1, prépare un documentaire de 90′ sur “Les chambres d’hôtes, le retour à la nature”
Elle recherche les témoignages suivants :
– un couple, une famille venant de la ville et qui a ouvert des chambres d’hôtes à la campagne dans les 6 derniers mois,
– un couple, une famille habitant en ville et qui décide de changer de vie en ouvrant des chambres d’hôtes à la campagne, quelque soit l’étape (en train de chercher un lieu, ou en train de retaper, ou prêt à ouvrir, ou au moment des premiers clients)
Si vous êtes intéressés, contactez-la : bgilquin.cpi@tf1.fr – 01 41 41 34 11
———————-

Pour France 3, une journaliste recherche une maison d’hôtes récente dans le Pays basque

9 mai 2011
Je relaye la demande de Maud qui cherche un témoignage pour France 3 d’un créateur de chambres d’hôtes qui va ouvrir ou qui vient d’ouvrir dans le Pays Basque.

“Je prépare un reportage de 52 minutes pour France 3 diffusé le 26 août en prime time sur les vacances au Pays Basque.
J’aimerais trouver un propriétaire de chambres d’hôtes qui vient d’ouvrir ou ouvrira sous peu et donc pour qui ce premier été est un moment important.

Je suis joignable par mail mgangler@capatv.com ou au 06 71 82 90 03.”
———————-

Pour France 2, une émission de télévision recherche des témoignages de chambres d’hôtes dans le Sud-Ouest

23 mars 2011
La production de l’émission m’a demandé de relayer ce message. Je transmettrai à toutes les personnes qui me les demanderont les coordonnées de la journaliste en charge de l’émission. Il vous appartiendra ensuite de la contacter et de discuter ensemble.

Je lui laisse la plume ou plutôt le clavier pour expliquer son projet :

“Dans le cadre d’un nouveau magazine d’information, qui sera diffusé sur France 2, l’été prochain, nous souhaiterions réaliser un reportage sur les chambres d’hôtes.
Comment ouvrir des chambres d’hôtes ? Pourquoi se lance t-on dans cette aventure ? Quels plaisirs? Quelles difficultés ?
A travers la visite d’endroits charmants et / ou atypiques, nous souhaiterions vivre le temps de quelques jours au rythme de propriétaires de chambres d’hôtes et de touristes…
Ce reportage devrait être diffusé lors d’une émission consacrée à la région Sud Ouest. Je suis donc à la recherche de contacts de personnes vivant dans cette région…
Il peut aussi bien s’agir de personnes originaires de la région ou récemment installées, de chambres d’hôtes ouvertes depuis des années ou de chambres d’hôtes sur le point d’ouvrir… L’intérêt serait alors de pouvoir suivre les derniers petits travaux ( finitions, décoration, arrivée du mobilier…)
D’autre part, si vous avez connaissance de projets originaux, n’hésitez pas à nous en faire part.
Je suis à votre entière disposition pour tout complément d’informations.”
———————-

Appel à témoin pour C’est ma vie à la télévision, vous ouvrez ou vous fermez vos chambres d’hôtes

1 octobre 2010 
Une émission de télévision “C’est ma vie” de M6 cherche créateur qui vont ouvrir leurs chambres d’hôtes ou propriétaires qui s’apprêtent à fermer.

Je transmets

” Journaliste pour M6, je recherche pour un sujet de 26 minutes pour l’émission “C’est ma vie”, à suivre une famille qui s’apprête soit à ouvrir des chambres d’hôtes ou gîtes en novembre /décembre 2010 ou bien, qui revendent et s’apprêtent à tout quitter.
N’hésitez pas à m’appeler,

Noémie Machado
Journaliste “C’est ma vie” M6
Tel : 01 53 17 99 37
enquetecestmavie@gmail.com

———————-

Appel à témoin, une émission de télévision recherche des témoignages “Repartir de zéro pour changer de vie”

29 septembre 2010
Un appel à témoins que je transmets :

” Nous recherchons des témoignages pour un prochain reportage :
REPARTIR DE ZERO POUR CHANGER DE VIE

Si vous avez décidé de quitter la ville et de vous installer à la campagne ou à l’étranger pour y ouvrir une maison d’hôtes.
IMPORTANT: Vous devez être en travaux ou ouvrir votre maison d’hôte en novembre 2010.

Contactez-nous”

Elise HAGEGE
01 53 84 33 45
Ehagege@reservoir-prod.fr
———————-

Appel à témoin : une émission de télévision recherche des personnes qui veulent ouvrir un hébergement touristique en Italie

15 septembre 2010

APPEL A TEMOIN: OUVERTURE CHAMBRES D HOTES EN ITALIE

Ci-dessous le message de la journaliste en charge de l’émission.

“Journaliste pour M6, je prépare actuellement un reportage sur les Français en Italie. Nous sommes à la recherche de personnes qui ont le projet d’ouvrir une chambre d’hôtes, un agritourisme ou un autre type de structure touristique, en  Italie. Nous souhaiterions les suivre dans leurs démarches dans les prochains mois en venant deux ou trois fois les rencontrer .
Le but du film est de faire découvrir l’Italie à travers des Français en vacances sur place, ou cherchant à s’y installer.
Il sera diffusé à l’été 2011.
Si vous êtes partants pour participer à notre projet et/ou si vous souhaitez davantage d’informations, contactez moi au 06 21 15 84 01.

A bientôt!
Laure
Journaliste Productions Tony Comiti”

———————-

Créateurs de gîtes et chambres d’hôtes, tous nos vœux de réussite !

Vous avez envie de changer de vie et de vous mettre à votre compte. Vous hésitez avant de faire le grand saut. Vous vous demandez si c’est le bon moment d’ouvrir des gîtes ou des chambres d’hôtes. Il faut en effet prendre le temps de la réflexion et de préparer ce qui est un grand changement de vie.

Avec le temps, je sais que certaines ouvertures peuvent aller vite car le créateur est prêt, même s’il ne s’en rend pas toujours totalement compte. D’autres projets ont besoin de mûrir, comme le bon vin, pour se réaliser avec succès quelques années plus tard. S’agit-il de chambres d’hôtes ? Avec ou sans table d’hôtes ? D’un gîte ou d’un ensemble de gîtes ? D’hébergements insolites ? Y aura t’il des activités complémentaires ? A chacun de définir le projet qu’il souhaite mener.

Ouvrir des gîtes ou de chambres d’hôtes est une belle aventure : accueillir des visiteurs du monde entier, leur proposer de vivre des moments de bonheur dans une maison où tout a été pensé pour leur confort, partager des repas avec eux en table d’hôtes, leur faire découvrir les produits du territoire ou du potager, leur faire vivre des émotions, des expériences, leur créer des souvenirs… Ouvrir un hébergement marchand, c’est aussi prendre sa vie en mains et lui donner peut-être – probablement – plus de sens. C’est être acteur de sa vie mais également de sa commune et de son territoire, tisser des liens avec les entreprises des environs, faire venir des touristes sur place, générer des retombées concrètes pour l’économie locale…

L’hébergement est une activité millénaire pratiquée par des millions d’individus qui ont ouvert, en leur temps, des auberges, des maisons d’accueil, des relais de poste, des hôtels, des maisons d’hôtes, des gîtes… Vous faites partie de cette longue histoire. Même si elle est millénaire, cette activité est d’une modernité totale. Les loueurs sont directement confrontés aux attentes et outils modernes. Internet, réservation en ligne, équipements, respect de l’environnement et développement durable…, un hébergement qui ouvre en 2018 doit prendre en compte le monde d’aujourd’hui et de demain.

Nous vous adressons tous nos vœux de réussite et vous souhaitons une très bonne année 2018.

Faut-il participer à Bienvenue chez Nous ?

  • Bienvenue chez nous est une émission de téléréalité et pas une émission d’information
  • Les chambres d’hôtes sont choisies en fonction de leur diversité pour susciter des réactions
  • Il y a toujours parmi les couples un caractère fort qui a été choisi par la production pour faire le buzz et qu’on va inciter à se lâcher verbalement
  • L’intérêt et le but de la production ne sont pas ceux des loueurs
  • Pour gagner, il faut être “gentil”, “positif” et pas “juge” ou “critique”
  • C’est une stratégie à réfléchir et il faut anticiper le “pendant l’émission” et “l’après” émission

Ces dernières semaines, l’émission a été très violente pour au moins deux couples de loueurs de chambres d’hôtes lynchés sur le web. Et ce ne sont pas les premiers, poussant même parfois par le passé à la fermeture de la chambre d’hôtes, tant les suites de l’émission sont violentes. Et si les critiques sont si destructrices, c’est bien parce qu’elles attaquent le projet de vie, l’identité même du loueur, de sa famille, son mode de vie, ses choix.

Participer est dangereux, je l’ai déjà écrit sur ce blog. Mais ce n’est que mon opinion et c’est à vous de prendre vos décisions

Pourquoi il ne faut pas y aller

  • Parce que votre métier, ce n’est pas de déjouer les pièges tendus par une équipe de télévision rodée pour faire monter des situations conflictuelles.
  • Parce que garder un micro en permanence veut dire garder le contrôle de ce qu’on dit pendant aussi longtemps.
  • Parce que l’intérêt de la production, c’est de faire de l’audience et les gens heureux n’ont pas d’histoire.
  • Parce que vous ne maîtrisez pas le montage et l’art de sortir en boucle la petite phrase négative en coupant tout le reste des commentaires positifs.
  • Parce que en plus si cela se passe mal, l’émission sera diffusée et rediffusée, réouvrant la blessure à chaque fois – sauf à ce que vous obteniez qu’elle ne soit pas rediffusée.

Mieux vaut qu’on parle de vous en bien ou en mal, est une théorie que je ne partage pas, encore moins dans le domaine de la chambre d’hôtes.
Il suffit d’aller sur la page Facebook de l’émission pour voir des commentaires très tranchés en bien ou en mal, voire parfois un torrent de haine. Pourquoi des personnes prennent au pied de la lettre une émission de téléréalité et ont besoin de la commenter me laisse parfaitement perplexe, mais les réseaux sociaux encouragent ce type de comportement.

Je pense que c’est un gros risque et que si cela se passe mal, il y a beaucoup à perdre pour vous. Je sais que quand la production vous appelle, votre interlocuteur est très positif, insistant, tenace, vante la publicité incontestable que fait l’émission – en bien toujours promet-il – et vous explique combien votre maison d’hôtes est formidable. Je sais combien ils sont convaincants, je les ai eus au téléphone à l’époque où ils voulaient me faire écrire que ce serait positif pour les lecteurs d’Accueillir Magazine de participer ! Sauf que beaucoup de personnes m’expliquent tous les jours combien leurs produits sont les meilleurs, à force, je ne crois plus trop au père Noël !

Si vous décidez de participer à l’émission, établissez une stratégie

Pendant l’émission

  • Tournez toutes vos phrases en positif – entraînez-vous avant
  • Dites-en le moins possible, le silence et le sourire sont efficaces
  • Ne parlez que de ce qui est bien et s’il y a des choses que vous n’aimez pas, n’en dites rien
  • Ne mettez que de bonnes notes, le gagnant c’est le “gentil”, pas forcément celui qui a le chèque en fin de parcours
  • Prenez les critiques en souriant, comme si ce n’était que du positif pour améliorer votre offre

Avant, préparez-vous à une compétition

  • Regardez les émissions, vous verrez le déroulé, vous évaluerez les pièges, vous pouvez vous demander avec votre conjoint comment vous auriez réagi
  • Lisez les commentaires de la page Facebook de l’émission et autres, vous comprendrez vite ce qui déclenche la “fureur” des téléspectateurs et vous pourrez y réfléchir pour l’éviter.
  • Passez du temps à nettoyer vos chambres, il y aura toujours un poil, un cheveu, mais une bonde de lavabo sale ou de la poussière au-dessus des tableaux, ce peut être évité, faites une liste de tout ce qu’il faudra vérifier le matin avant l’arrivée des compétiteurs.
  • Choisissez votre menu de façon à le faire sans même y réfléchir.
  • Je sais que les contraintes que vous donne la production sont importantes dans le choix de l’animation, choisissez quelque chose qui met en valeur votre région, les productions agricoles, un artisan…, travaillez avec l’office de tourisme pour la mise au point

En résumé, restez maître de vos décisions, ne vous laissez pas imposer des choix que vous ne voulez pas.
La production de Bienvenue chez nous présente cela comme une compétition de chambres d’hôtes, préparez-vous comme le fait un sportif de haut niveau ou n’y allez pas. Mais à la 5e saison, on ne peut pas ne pas être au courant des mécanismes de cette émission qui se répète semaine après semaine depuis 2012 .

Créer ou reprendre un gîte de grande capacité, attention aux normes !

  • Sécurité incendie, accessibilité au public…, la mise aux normes ERP d’un gîte de grande capacité génère des coûts conséquents qu’il faut intégrer dans son budget
  • A défaut de respecter les normes ERP, le loueur peut être contraint de fermer une partie des lits pour poursuivre l’activité, ce qui met en danger sa rentabilité
  • En cas d’accident grave, s’il y a infraction, le ministère public peut décider de poursuivre l’exploitant au pénal

Je discute régulièrement avec des créateurs qui souhaitent ouvrir des gîtes de grande capacité. Il s’agit parfois de grands gîtes destinés à accueillir des groupes d’amis ou des cousinades ou parfois de gîtes plus petits pour des familles nombreuses. Ces créateurs méconnaissent souvent les règles en matière de sécurité incendie et d’accessibilité. Or elles ont une importance considérable.

En effet, à partir du moment où le gîte ou le meublé de tourisme a une capacité supérieure à 15 personnes, il est soumis aux normes des établissements recevant du public et sera classé ERP en 5e catégorie avec locaux à sommeil. Ce classement ERP impose de respecter certaines réglementations, notamment dans le domaine de la sécurité incendie mais également dans celui de l’accessibilité au public ou encore de la qualité des eaux chaudes sanitaires.

Ne pas respecter ces normes alors que l’hébergement est un ERP n’est pas raisonnable car c’est de la sécurité des occupants qu’il s’agit. Il faut aussi comprendre qu’en cas d’accident grave, il y aura une enquête de police. Elle ne pourra que constater que l’exploitant s’est soustrait à la réglementation ERP mettant en danger ses hôtes. Il y a alors fort à parier que le procureur de la République décidera de poursuivre l’exploitant du gîte sur le plan pénal. C’est ce qui est arrivé aux deux gérants du bar de Rouen dont l’incendie en août 2016 a fait 14 morts et qui sont poursuivis pour homicides involontaires « par violation délibérée d’une obligation de sécurité ».

Il faut rester logique et faire un choix clair. Le créateur de gîte peut soit rester dans la limitation à 15 personnes, il n’aura pas les règles ERP à respecter mais uniquement celles liées à l’habitation : entretien des cheminées, des chaudières… Il peut aussi décider de dépasser le seuil de 15 personnes et il a alors intérêt à viser bien au-delà de façon à ce que la capacité additionnelle lui permette de couvrir tous les frais liés aux normes ERP. En un mot, pour conclure, il n’y a pas grand intérêt à créer un gîte pour 16 ou 17 personnes.

Literie des gîtes et chambres d’hôtes, des erreurs à éviter

L’enjeu de l’achat de la literie en gîtes et chambres d’hôtes

  • la literie, son sommier et matelas doivent plaire au plus grand nombre
  • Le créateur doit payer son lit au juste prix
  • Le lit doit durer, choix des matières, protections, entretien sont pensés pour un usage professionnel
  • Le niveau de confort de la literie doit être adapté au niveau de confort et au prix de l’hébergement

L’achat des lits et le choix des sommiers et des matelas prend souvent du temps aux créateurs de gîtes et chambres d’hôtes. Il faut dire que l’enjeu est important puisqu’il en va de la qualité des séjours et du confort de ses hôtes. Il n’y a pas une réponse unique, le choix du lit dépendra évidemment du niveau de prix de la chambre d’hôtes ou du gîte, meublé de tourisme, c’est une évidence que tous les loueurs n’ont pas le même budget à y consacrer.

Des milliers de références de sommiers et matelas

Dans le domaine de la literie, il y a des milliers de références. Sur un des grands sites d’ameublement grand public, j’ai recensé 400 références de sommiers et 1 600 modèles de matelas. Faut-il choisir des ressorts ? de la mousse ? du latex ? Faut-il un soutien souple ? ferme ? très ferme ? Faut-il un sur-matelas ?
Vous risquez de passer des heures à comparer les densités, les épaisseurs, les hauteurs de lit… Et, en plus, les prix varient du simple au décuple ! Si vous allez en magasin sans avoir préparé votre visite, cela peut tourner au calvaire entre un commercial qui risque de vous faire essayer n’importe quoi pour, au final, vous vendre la référence sur laquelle il y a le plus de stock ou la meilleure marge. Et dans tous les cas, ces magasins vendent au grand public. Quand on achète une literie pour soi, on l’adapte à sa morphologie. Mais quel intérêt d’avoir un vendeur qui vous demande si vous avez des problèmes de dos et comment vous aimez dormir, vos préoccupations sont autres, notre corpulence, notre santé, nos goûts sont tous différents, la literie est choisie pour un usage professionnel.

Budget literie à surveiller

En plus, il s’agit d’un budget de plusieurs milliers d’euros et sur lequel cela peut déraper dans tous les sens. On n’a pas le droit de se tromper, il n’est pas question de racheter tous les lits de la maison dans six mois. Au contraire, il faut tout faire pour les entretenir et protéger afin de les conserver plusieurs années et amortir ce qui est un investissement. Si on achète trop cher, c’est de l’argent gaspillé et la multiplication des références a bien pour objectif d’empêcher la comparaison entre les vendeurs de literie et de rendre difficile la notion du juste prix
Acheter cher n’est pas nécessairement la garantie du bon choix, il faut surtout acheter juste, c’est-à-dire la literie qui correspond à son hébergement et qui va plaire au plus grand nombre. C’est une décision à mûrir bien avant l’ouverture du gîte et des chambres d’hôtes.

La literie, avis élogieux ou critiques fréquentes

Lorsque l’on lit les avis de voyageurs, la question du sommeil et de la literie est un des sujets qui revient fréquemment. Soit le lit était confortable, incomparable, soit il était de mauvaise qualité et la nuit a été un enfer. Il y a rarement de demi-mesure sur le sujet et critiques sont souvent très tranchées.
Sachant que les avis de voyageurs ont un impact non négligeable sur les réservations surtout lorsqu’il s’agit de la qualité du sommeil, le créateur ne peut pas traiter ce sujet à la légère. Il ne peut pas prendre le risque de se tromper. Vous même, vous n’avez pas envie de réserver dans une chambre d’hôtes ou une location touristique où vous avez lu que le matelas s’affaisse, que le sommier est pourri, qu’il y a un creux au centre !

Quand on achète une literie pour ses clients en gîtes, meublés de tourisme ou chambres d’hôtes, on est dans une démarche professionnelle, différente des achats que vous avez faits dans votre vie antérieure personnelle. Pour vous aider dans ce choix, vous poser les bonnes questions et vous approprier le vocabulaire du lit, nous avons fait le point. Le numéro 72 novembre/décembre vient de sortir, son dossier est consacré à la literie. Il est en vente sur le site. Lire ce dossier vous fera gagner du temps et de l’argent !

Chambres d’hôtes et permaculture

Dans de très nombreuses maisons d’hôtes, une part plus ou moins importante des produits servis au petit déjeuner ou en table d’hôtes vient du verger et du potager. Fruits et légumes du jardin, confitures, tartes, salades… La demande des hôtes est forte, l’intérêt des loueurs également.

Les hôtes apprécient ces produits cueillis à maturité et dont la production n’a pas nécessité l’utilisation de trop d’intrants, voire d’intrants naturels exclusivement. Beaucoup de jardins potagers sont en effet gérés selon les principes de la permaculture, c’est-à-dire dans une logique de durabilité et de respect qui s’inspire de la nature : préparation du sol, compostage, densification des cultures, association de plantes afin de créer des synergies, rotation des cultures, paillage afin de conserver l’humidité, utilisation optimale de l’eau… Pour rappel, permaculture, c’est la contraction d’ “agri-culture permanente”.

La mise en place du potager va prendre du temps et nécessiter beaucoup d’efforts mais la production peut être importante y compris sur des parcelles de taille limitée. Elle peut permettre de couvrir dès la première année une partie des besoins du loueur tant pour sa consommation personnelle que pour les petits-déjeuners et la table d’hôtes. Elle rassure les hôtes qui sont de plus en plus méfiants face aux productions agroalimentaires et sont en demande d’un retour à la nature. Et si c’était déjà vrai il y a quelques années, les successions de scandales alimentaires que nous vivons quotidiennement ne font que renforcer cette tendance.

Bien sûr, tout cela ne s’improvise pas surtout si l’on a aucune expérience du jardinage. Mieux vaut se documenter, s’informer, se faire aider et se limiter à quelques productions au début. Si on ne l’a jamais fait, on aura peut-être intérêt à commencer par des légumes relativement faciles à cultiver, comme les pommes de terre, les carottes, les radis, les tomates, les pois et les salades. Il ne faut pas non plus sous-estimer le temps qu’il faudra y consacrer et ce soit aussi être un plaisir. Beaucoup parmi les loueurs installés ont appris année après année à gérer de mieux en mieux les quantités, les espèces à associer pour repousser naturellement les nuisibles, pour préparer la terre…

L’intérêt des loueurs est double, déjà faire des économies en produisant soi-même une partie des produits au prix de revient nécessairement moindre que dans le commerce, évidemment je ne compte pas le temps passé dans le potager ! Et remplir ses chambres d’hôtes : venir en chambres d’hôtes c’est rechercher des produits locaux, naturels, sains et si on ne les produit pas soi-même, on peut aussi parler des producteurs voisins chez qui on achète. L’intérêt des loueurs est là aussi, faire une promesse de naturel, de locavore, “de produits de nos grand-mères”, c’est déjà aujourd’hui, et ce sera une demande de plus en plus forte qui fera la différence pour remplir ses chambres d’hôtes.

En amont de son projet de chambres d’hôtes, cela vaut la peine de se former, de s’informer, peut-être de commencer tout petit chez soi pour s’exercer et de prévoir dans les aménagements du jardin le bon emplacement pour son potager.