Hébergements insolites, attention aux règles

L’insolite fait rêver, on en parle beaucoup dans les médias même si au final cela ne représente que peu de lits au regard de l’hébergement marchand en France. Certains créateurs ont pour projet d’installer des yourtes, des tentes ou des bulles, de faire construire des cabanes perchées ou d’installer des roulottes, des chalets ou des cabanes flottantes pour ne citer que quelques exemples. Cela peut être une très bonne idée mais sous réserve de respecter les règles, d’être prudent et de bien s’informer au préalable.

La question de l’urbanisme est centrale

Pour commencer, il faut se renseigner sur les contraintes d’urbanisme et bien comprendre ce qui sera possible ou non. Dans la plupart des cas, il faudra passer par un permis de construire, un permis d’aménager ou une autorisation préalable. Ces autorisations sont délivrées uniquement si le projet respecte les règles fixées par le Plan local d’urbanisme (PLU), le Plan d’occupation des sols (POS), la carte communale ou le règlement national d’urbanisme. Si on achète le terrain, il faut être sûr qu’on pourra y aménager son rêve d’insolite.

Insolite oui mais quelle réglementation ?

Ensuite, il faut être clair sur le projet lui-même. S’agit-il de chambres d’hôtes, de locations saisonnières, d’emplacements de camping ou d’habitations légères de loisirs ? Chacune de ces activités a ses propres règles qu’il faut respecter et dans les faits l’insolite doit se glisser dans un cadre, et c’est bien la difficulté. Il est vrai que les premiers projets il y a sept huit ans se sont construits un peu en dehors de tout cadre réglementaire, chose terminée dorénavant.
Et selon la terminologie retenue, la fiscalité peut différer également.

Enfin, il convient de bien choisir son prestataire, d’aller voir des réalisations déjà effectuées, de demander des références voire de réserver chez des loueurs qui ont fait ce choix pour tester quelques nuits l’hébergement sélectionné.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

158 réflexions au sujet de « Hébergements insolites, attention aux règles »

  1. Bonjour,

    Je suis en train de réaliser un mémoire pour ma deuxième année de BTS portant sur une création fictive d’entreprise dans le domaine du tourisme. Je me suis donc intéressée à un projet FICTIF hôtelier de cabanes flottantes en bois éco responsables implantées sur un lac. Mon projet était au départ prévu sur le lac de Ste Croix car j’habite à Toulon , mais on m’a précisé que les embarcations flottantes étaient interdites la nuit . Je me suis donc tournée vers d’autres lacs et étangs de France.

    Cependant, je manque d’informations concernant le coût reversé à une municipalité pour occuper une partie du lac et l’autorisation d’occupation , la règlementation en la matière?

    Pourriez vous m’aider à trouver ces réponses ou m’indiquer où je pourrais trouver ces réponses ?
    Je vous remercie particulièrement car , là , je suis bloquée dans mes recherches et rédactions .

  2. Bonjour,

    Je souhaite créer des hébergements insolites dans une forêt ceci est fictif car c’est pour valider mon diplôme de master de fin d’année. Quelqu’un aurait des compétences en comptabilité et/ou juridiction pour m’aider s’il vous plaît?

  3. Bonjour Maud,
    La question des zones agricoles et de façon plus large la lecture du PLU est une question centrale pour tout achat de maison. Si le notaire, l’agent immobilier voire le vendeur si c’est un professionnel de l’immobilier étaient au courant de votre projet de création d’hébergement insolite et d’espace bien-être, ils ne vous ont pas informé convenablement. Selon les circonstances de l’achat et le préjudice qu’il faut chiffrer, ils peuvent être poursuivis en justice pour défaut de conseil avec demande de réduction de prix de vente ou de dommages-intérêts. Il peut être utile de prendre conseil auprès d’un avocat rapidement.

  4. Bonjour,
    Nous avons un gros souci .
    Nous avons trouvé la maison de nos rêves avec une activité hébergements insolites .
    Le prix est un peu élevé car la maison est très grande et tous les travaux effectués sont de grande qualité .
    Le cadre est superbe et l’activité location insolites ( 4 hébergements ) fonctionne bien et depuis de nombreuses années .
    Le business plan et le prévisionnel ont été élaborés avec 1 hébergement insolite supplémentaire et l’ouverture d’un espace bien-être .
    Tout était prêt et plutôt bien parti .
    Mais là , nous venons de voir que tout est classé en zone agricole …
    Renseignements pris auprès du service urbanisme … la catastrophe !!!
    Nous ne pouvons rien ajouter sur ce terrain , même pas ouvrir une chambre d’hôte dans la maison qui comporte un très grand nombre de chambres … et pas d’ouverture d’un espace bien-être même dans la maison existante puisque le Plui ne permet pas le changement d’affectation en zone agricole.
    Est ce que quelqu’un aurait une solution ?
    Que pourrions nous faire ?

  5. Bonjour je désire ouvrir un endroit insolite avec des petits chalet ou des yourtes pour organiser des stages méditatif . Il serait aussi possible de louer pour des personnes désireuses de se retrouver en contact avec la nature . En temps que naturopathe je suis très attachée au bien être et je pense que se projet est en accord avec mon activité . Ma question est celle si .
    Est il possible de réaliser ce genre d’activité sur un terrain agricole et si oui , ai je le droit de vivre et d’installer mon cabinet ( qui se trouve en ville actuellement ) sur le site . Merci
    Bien a vous

  6. Bonjour Dylan
    Pour installer des tipis, jusqu’à 6 emplacements et 20 personnes, il peut s’agir d’un camping déclaré. Il faut vérifier que les documents d’urbanisme autorisent le camping sur la parcelle. Ceci étant, l’installation de sanitaires peut poser problème puisqu’il s’agit de constructions et qu’il faut probablement un raccordement au réseau public ou un système d’assainissement correct sans risque pour les étangs, il y aura un permis de construire ou une autorisation préalable à demander. Les tentes ne doivent pas être installées à demeure, l’exploitation ne doit pas dépasser six mois par an. Il est également possible de passer par un permis d’aménager et la création d’un PRL (parc résidentiel de loisirs). La démarche est plus complexe mais elle permet d’installer plus de 6 tipis et d’exploiter toute l’année.

  7. Bonjour,
    Je suis en train d’acquérir un terrain de 3ha avec des étangs. 2ha sont agricoles, et 1ha avait obtenu un CU pour être constructible (aujourd’hui le CU est périmé).
    Je souhaite installer sur ce terrain, proche des étangs (zone agricole) des tipis afin de les louer en tant qu’hébergements insolites. La mairie n’y vois pas d’inconvénient du moment où les installations sont considérées comme démontables (tentes). Je ne sais pas sous quelle forme créer ce “parc d’hébergements”. Camping déclaratif ? Si oui, je ne trouve pas la durée maximale d’occupation annuelle… (effectivement je compte louer pendant la période estivale mais aussi pendant la période hivernale puisque proche station de ski avec installation de poeles à bois spécialement conçus pour ce type d’utilisation). Est ce qu’il y a des formes de statut plus adaptée pour réaliser mon projet?
    Merci par avance ! 🙂

  8. Bonjour Elo
    sans plus de précision sur votre projet insolite, c’est impossible de vous répondre. Cependant si par “suite”, vous entendez chambre avec service hôtelier, il faut soit habiter sur place en respectant la réglementation chambres d’hôtes, soit être dans les règles de l’hôtellerie.
    caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.