Faut-il se rémunérer lorsque l’on ouvre gîtes ou chambres d’hôtes ?

J’entends souvent des créateurs de gîtes ou de chambres d’hôtes qui ont un projet professionnel me dire que ce n’est pas grave s’ils ne peuvent pas se rémunérer les premières années. Certains ont des allocations chômage, d’autres ont un peu d’épargne… Je ne partage pas cette approche. Que ce soit une activité professionnelle ou un projet de gîte ou chambres d’hôtes patrimonial, par exemple, pour payer les charges d’une belle propriété familiale, pour une retraite active et le plaisir de recevoir et d’échanges, il faut une juste rémunération de son travail.

Ce n’est pas un projet au rabais

La création de gîtes ou de chambres d’hôtes est un vrai projet. Cela suppose de faire des calculs de chiffre d’affaires, de chercher à augmenter la marge pour pouvoir dégager un revenu, bien sûr probablement pas la première année, a fortiori s’il y a des travaux à effectuer, mais rapidement dès que les premiers clients pourront profiter des lieux. Impossible de rester motivé sur le long terme si l’activité ne permet pas de dégager un revenu même limité. A ce sujet, la question de l’endettement est centrale. Il faut rester prudent, les mensualités d’emprunt doivent rester raisonnables et ne pas absorber toute la marge. Il faut calculer le reste à vivre, dans tous les cas les banques le regarderont lors de la demande de prêt.
Pas question non plus de donner une grande partie de son chiffre d’affaires à une conciergerie ou à des intermédiaires pour se retrouver avec une marge quasi nulle.

Etre un bon gestionnaire

Gérer des hébergements, c’est savoir accueillir des clients et faire que leur séjour se passe dans les meilleures conditions, mais c’est aussi gérer des prix, limiter des coûts, suivre sa capacité de remboursement et faire le point régulièrement sur ses finances. Cela passe probablement par un budget, pas celui du business plan que l’on remet à un banquier pour obtenir un prêt et que l’on laissera dans un tiroir par la suite, mais un outil de pilotage que l’on va utiliser au quotidien afin de prendre les bonnes décisions au fil du temps. Cela inclut un tableau de suivi du chiffre d’affaires et des encaissements, un suivi de trésorerie et un compte de résultat prévisionnel.
Il faut être un bon gestionnaire et ce même au régime micro. Nous sommes parfois inquiets de voir des loueurs qui ne savent pas vraiment ce qu’ils ont gagné car ils ont le chiffre d’affaire comme seul outil de pilotage et ne connaissent pas le montant réel de leurs dépenses et investissements. 

S’adapter et évoluer

La création n’est qu’une étape puisqu’une fois les gîtes ou les chambres d’hôtes ouverts, la vie continue. Il faudra s’adapter aux attentes des clients, faire évoluer son offre et ses équipements et ajuster sa communication, à défaut de quoi les hébergements ne séduiront plus autant et rapporteront moins. Impossible de maintenir des prix élevés si les gîtes ou les chambres d’hôtes ne sont pas au goût du jour et qu’aucuns travaux n’ont été effectués depuis des années. Si vous souhaitez un jour les revendre pour prendre votre retraite ou passer à autre chose, cela sera beaucoup plus difficile.

Les allocations chômage et l’épargne vont aider à passer la phase parfois longue des travaux, mais une fois les chambres d’hôtes ou les gîtes ouverts, il faut pouvoir dégager un revenu et investir régulièrement comme toute entreprise doit le faire qu’elle soit grande ou petite. Investir et pas dépenser bien sûr ! En fonction de l’importance du projet, le revenu sera plus ou moins élevé, parfois un simple complément, mais il est ni plus ni moins que la juste rémunération de son travail.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.