Une créatrice m’a contacté hier. Elle était très inquiète sur le fait que le maire de sa commune puisse s’opposer à l’ouverture de chambres d’hôtes dans sa résidence secondaire. Elle avait lu sur un site internet qu’un loueur ne pouvait faire chambre d’hôtes que dans sa résidence principale. J’avais déjà écrit un article sur le sujet,  Des chambres d’hôtes dans sa résidence secondaire, mais il me paraît important de préciser les choses.

C’est inexact. La loi précise clairement que les chambres d’hôtes doivent être situées chez l’habitant. Ni la loi, ni le décret, ni l’instruction ministérielle n’imposent qu’il s’agisse de la résidence principale. En revanche, tous les textes demandent que les chambres d’hôtes soient chez l’habitant. On peut donc en déduire que le loueur doit habiter sur place lorsqu’il fait chambres d’hôtes, mais que cela peut ne porter que sur une partie de l’année. C’est d’ailleurs le cas de nombreuses chambres d’hôtes qui, résidence principale ou pas, ouvrent seulement une partie de l’année.

De façon plus générale, je souhaite en profiter pour mettre en garde sur les informations qui circulent sur internet, y compris sur des sites soi-disant officiels ou venant de personnes ou entreprises qui vendent leurs produits et services et commentent les textes en fonction de leurs intérêts personnels. Nous sommes tous confrontés à internet où il est possible de lire tout et son contraire. Fiscalité, TVA, réglementation, il ne passe pas une semaine sans que je ne lise une information erronée sur les meublés de tourisme et les chambres d’hôtes. Et certaines peuvent être lourdes de conséquences.

Vous êtes en train de préparer votre projet d’ouverture ou d’acheter une maison. Il faut prendre le temps de vous informer et de bien vérifier les informations les plus importantes avant de vous lancer. Cela prend du temps mais c’est un investissement nécessaire. A ce titre, je vous recommande la lecture d’Accueillir Magazine. Pour ceux que cela intéresse, nous proposons une offre spéciale qui vous permet de recevoir en une fois les 12 derniers numéros du magazine. Vous pourrez faire ainsi le tour d’une multitude de sujets d’un coup.