Ce week-end, rencontre avec de nombreux créateurs et deux émissions de radio : BFM Goûts de Luxe, émission du samedi 27 mars et France Inter Au détour du monde du dimanche 28 mars 2010. Créer des chambres d’hôtes est bien toujours le rêve numéro 1 des Français. Petit retour sur des questions ou affirmations entendues ce week-end.

– Il y a de plus en plus de chambres d’hôtes
Non, fermetures et ouvertures s’équilibrent à peu près et le nombre d’adresses ne progresse plus ou à la marge. Ceci dit la couverture médiatique très importante faite autour des chambres d’hôtes  renforce cette impression. Les chambres d’hôtes ne représentent qu’environ 1,5 % de l’hébergement marchand français. Dans certaines régions, si elles n’étaient pas là, il n’y aurait plus de tourisme possible, y compris les déplacements d’affaires indispensables pour l’économie de tout territoire.

– Il n’y a plus que du luxe et des prix très chers
C’est vrai qu’il y a eu une montée en gamme ces dernières années. Mais on voit beaucoup dans les magazines de déco ou féminins ces très belles maisons déco. C’est vrai aussi que dans les zones très touristiques où le foncier est très cher, les prix sont plus élevés. Mais il existe encore bien des maisons d’hôtes pour tous les prix. On trouve encore de nombreuses chambres dont le prix est pour deux personnes, petit déjeuner inclus dans les 40 / 50 euros.

– Ce ne sont plus que des projets immobiliers
Non, il y a une petite partie de créateurs de chambres d’hôtes qui achètent la maison pour faire leurs chambres d’hôtes, mais ce n’est pas la majorité. Beaucoup aménagent leurs chambres d’hôtes dans la propriété familiale ou dans leur résidence, une fois les enfants partis vivre leur vie.

Les créateurs de chambres d’hôtes veulent en vivre
Pas tous et peu y arrivent. C’est encore pour la très grande majorité une activité complémentaire. Mais il faut bien avouer qu’avec le chômage et les quinquas licenciés, certains ont simplement besoin de cotiser quelques années pour compléter leurs trimestres de retraite. Si les attentes économiques des créateurs de chambres d’hôtes sont plus fortes qu’il y a quelques années, c’est peut-être aussi que les exigences des touristes sont plus importantes et donc les investissements plus conséquents. Et puis avec la crise, le chômage, les revenus qui baissent, le besoin d’aider ses enfants ou proches, nous sommes nombreux à faire attention à nos dépenses ou à la rentabilité de nos investissements.