Hébergements insolites, attention aux règles

L’insolite fait rêver, on en parle beaucoup dans les médias même si au final cela ne représente que peu de lits au regard de l’hébergement marchand en France. Certains créateurs ont pour projet d’installer des yourtes, des tentes ou des bulles, de faire construire des cabanes perchées ou d’installer des roulottes, des chalets ou des cabanes flottantes pour ne citer que quelques exemples. Cela peut être une très bonne idée mais sous réserve de respecter les règles, d’être prudent et de bien s’informer au préalable.

La question de l’urbanisme est centrale

Pour commencer, il faut se renseigner sur les contraintes d’urbanisme et bien comprendre ce qui sera possible ou non. Dans la plupart des cas, il faudra passer par un permis de construire, un permis d’aménager ou une autorisation préalable. Ces autorisations sont délivrées uniquement si le projet respecte les règles fixées par le Plan local d’urbanisme (PLU), le Plan d’occupation des sols (POS), la carte communale ou le règlement national d’urbanisme. Si on achète le terrain, il faut être sûr qu’on pourra y aménager son rêve d’insolite.

Insolite oui mais quelle réglementation ?

Ensuite, il faut être clair sur le projet lui-même. S’agit-il de chambres d’hôtes, de locations saisonnières, d’emplacements de camping ou d’habitations légères de loisirs ? Chacune de ces activités a ses propres règles qu’il faut respecter et dans les faits l’insolite doit se glisser dans un cadre, et c’est bien la difficulté. Il est vrai que les premiers projets il y a sept huit ans se sont construits un peu en dehors de tout cadre réglementaire, chose terminée dorénavant.
Et selon la terminologie retenue, la fiscalité peut différer également.

Enfin, il convient de bien choisir son prestataire, d’aller voir des réalisations déjà effectuées, de demander des références voire de réserver chez des loueurs qui ont fait ce choix pour tester quelques nuits l’hébergement sélectionné.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

153 réflexions au sujet de « Hébergements insolites, attention aux règles »

  1. Bonjour Dylan
    Pour installer des tipis, jusqu’à 6 emplacements et 20 personnes, il peut s’agir d’un camping déclaré. Il faut vérifier que les documents d’urbanisme autorisent le camping sur la parcelle. Ceci étant, l’installation de sanitaires peut poser problème puisqu’il s’agit de constructions et qu’il faut probablement un raccordement au réseau public ou un système d’assainissement correct sans risque pour les étangs, il y aura un permis de construire ou une autorisation préalable à demander. Les tentes ne doivent pas être installées à demeure, l’exploitation ne doit pas dépasser six mois par an. Il est également possible de passer par un permis d’aménager et la création d’un PRL (parc résidentiel de loisirs). La démarche est plus complexe mais elle permet d’installer plus de 6 tipis et d’exploiter toute l’année.

  2. Bonjour,
    Je suis en train d’acquérir un terrain de 3ha avec des étangs. 2ha sont agricoles, et 1ha avait obtenu un CU pour être constructible (aujourd’hui le CU est périmé).
    Je souhaite installer sur ce terrain, proche des étangs (zone agricole) des tipis afin de les louer en tant qu’hébergements insolites. La mairie n’y vois pas d’inconvénient du moment où les installations sont considérées comme démontables (tentes). Je ne sais pas sous quelle forme créer ce “parc d’hébergements”. Camping déclaratif ? Si oui, je ne trouve pas la durée maximale d’occupation annuelle… (effectivement je compte louer pendant la période estivale mais aussi pendant la période hivernale puisque proche station de ski avec installation de poeles à bois spécialement conçus pour ce type d’utilisation). Est ce qu’il y a des formes de statut plus adaptée pour réaliser mon projet?
    Merci par avance ! 🙂

  3. Bonjour Elo
    sans plus de précision sur votre projet insolite, c’est impossible de vous répondre. Cependant si par “suite”, vous entendez chambre avec service hôtelier, il faut soit habiter sur place en respectant la réglementation chambres d’hôtes, soit être dans les règles de l’hôtellerie.
    caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.