Chambres d’hôtes, revenu principal ou complémentaire ?

La question est fréquente et les réponses parfois un peu stéréotypées car il y a une grande diversité de situations. D’une autre façon, cela pourrait s’intituler projet patrimonial ou économique ? Et on a l’impression à travers les media de ne plus voir que des personnes qui en vivent. Pourtant, pour une très grande majorité des propriétaires, la chambre d’hôtes n’est qu’un revenu complémentaire. Une autre façon de répondre à cette question et de mieux comprendre la diversité des situations consiste à faire quelques calculs.

Dans mon premier exemple, nous allons prendre un propriétaire qui dispose de deux chambres, facturées 60 € la nuitée, petit déjeuner inclus. Supposons qu’il travaille de Pâques à la Toussaint mais que la fréquentation soit essentiellement concentrée en juillet et août plus quelques rares week-ends, soit 50 nuitées par chambre et par an. Le chiffre d’affaires obtenu est de 6 000 € par an (2 chambres x 60 euros x 50 nuitées), soit 500 euros par mois.

Mon second exemple est celui d’une maison de cinq chambres où la nuitée est facturée 80 € petit déjeuner inclus. La maison est ouverte toute l’année et fonctionne à bon régime pendant les vacances, les ponts et tout l’été, soit 120 nuitées par chambre et par an. Le chiffre d’affaires est de 48 000 € par an (5 chambres x 80 euros x 120 nuitées), soit 4 000 euros par mois.

Attention, nous parlons de chiffre d’affaires, pas de revenus nets qui tomberaient dans la poche du propriétaire. Il faudra dessus, acquitter impôts et peut-être charges sociales, fournitures, entretien et aménagement de la maison et même remboursement éventuel de la banque.

Au-delà de ces chiffres, ces exemples présentent deux visions différentes de l’activité. Dans un cas, des propriétaires sur le pont toute l’année avec cinq chambres à faire fonctionner en général, sans pouvoir se faire aider, dans l’autre, une activité limitée à une partie de l’année et où le fonctionnement de deux chambres d’hôtes est moins lourd à porter.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

5 réflexions au sujet de « Chambres d’hôtes, revenu principal ou complémentaire ? »

  1. Bonjour,
    Je crois que la différence se fait avec le lieu que l’on propose, j’ai ouvert en août 2009, j’ai une moyenne d’occupation de 15 nuitées par mois et un revenu moyen de 981€ avec un prix de 65€/nuitée pour 2 personnes.
    Et cela ne fait pas encore 1 an que mes chambres sont ouvertes, cela dit mon mois le plus faible était de 130 € et le meilleur mois fait 34 nuitées avec 3 chambres.
    Je suis plutôt contente mais je vise le 50% de remplissage au moins l’été. Je suis en Rhône Alpes à proximité de la Suisse. Voilà, j’espère que cela pourra aider… Domi

  2. Bonjour Katia
    Je crains que la conjoncture économique ne soit mauvaise pour plusieurs années. De mon point de vue, cela ne doit pas bloquer une envie de mener un projet au bout.
    Les avantages en ce moment pour un créateur : l’achat immobilier est favorisé par une baisse des prix et une marge de négociation. On va continuer à partir en vacances et même plus en France.
    Les inconvénients : les banques sont frileuses et ne prêtent que peu. Il faut veiller à bien positionner ses prix car tout le monde regarde à ses dépenses.
    Je pense que plus encore qu’hier, cela demande à bien préparer son projet, à réfléchir où on s’installe, et à bien définir son projet, il y a moins de place à l’improvisation en période de crise économique mais il y a toujours du potentiel pour de beaux projets de vie.
    Caroline

  3. En ce moment, mon mari et moi cherchons à s’installer CHAMBRES et GITE.Nous voulons être bien sur que c’est le bon moment avec la crise etc(est-ce-queles gens partirons en vacance). Nous voulons reprendres déjà une affaire en dordogne.

  4. Bonjour
    Vous avez raison, il faut prendre en compte dans quelle région on s’installe, quels prix on peut pratiquer et le taux de fréquentation qu’on peut attendre. C’est pour cela que dans plusieurs billets de ce blog, j’insiste sur l’importance de l’étude de marché pour ceux qui attendent de leurs chambres d’hôtes des revenus.
    Dans de très nombreux cas, les chambres d’hôtes ne peuvent apporter qu’un complément de revenu. Et autre point, la perception de beaucoup de personnes, qu’elles soit en projet de création, hôtes ou oserais-je dire, hôteliers, est faussée par la présentation que font les media grand public, télévision et magazines. A force de montrer de magnifiques maison déco, on a l’impression que créer des chambres d’hôtes est la poule aux oeufs d’or.

  5. Je viens de lire, votre article sur la rentabilité des chambres d’hôtes et je trouve que vous tablez encore très haut, car il faut aussi diversifiez les régions.
    Si vous êtes en Alsace, trés haut lieu touristique ou si vous êtes dans le Nord ou les chambres ne peuvent excéder 50 euros la nuitée.
    Nous ne louons que d’Avril à Octobre et pas tous les week ends ni tout juillet et aout car les gens vont sur la côte d’Azur.
    donc pour avoir créer deux chambres, je peux vous affirmer que la rentabilité n’est pas au rendez vous.
    Et 500 euros par mois et encore exagéré.
    Il y a de plus en plus de gens qui veulent faire des chambres d’hôtes car la télé ne présente que de grandes demeures, avec des chambres à 100-200 euros par nuit.
    C’est loin d’être la majorité des cas.
    Arrêtons de rêver et revenons sur la réalité du terrain.
    Avant de commencer, réfléchissez bien à tous les inconvénients car il faut vraiment avoir l’amour de ce que l’on fait pour continuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.