Protéger, tout prévoir… J’en ai marre de cette litanie dans les journaux. Certains hommes politiques n’ont que ce mot à la bouche. Alors en tant que consommatrice, bien sûr, je veux qu’on veille aux frontières à ne pas faire entrer des produits dangereux, je veux que les jouets des petits soit testés dans tous les sens pour ne pas qu’ils s’étouffent avec une petite pièce et je ne veux pas manger du lait chinois ou des kebabs (re-re-re)congelés ! Mais je veux aussi être libre de choisir, pas de n’avoir que des produits normés, sous vide, inodores, sans saveur !

La schizophrénie des législateurs

On flanque aux professionnels de tous domaines des règlements dans tous les sens, à croire qu’il faut publier sa petite loi tous les jours ! Au nom de la protection des consommateurs, on veut interdire tout ce qui est risqué, demain ce sera l’interdiction de servir de la confiture maison en chambres d’hôtes, après-demain l’obligation de servir de la cuisine sous vide pour protéger ses hôtes et d’ici quelques temps, on nous livrera des poudres à consommer, ! Et ne faudra-t-il pas, comme dans les banques, faire signer en trois exemplaires à toute personne qui passe le seuil de sa porte une décharge dans laquelle elle spécifiera qu’elle a bien compris tous les risques qu’elle prend en venant dormir dans vos chambres d’hôtes !
Dans le même temps, les partisans d’une écologue responsables parlent des circuits courts, de potagers, de cuisiner sans conservateurs, colorants, gélifiants, rehausseurs de goûts…
Oui mais, ces deux visions ne sont pas compatibles !

Quand normer tue l’esprit d’entreprendre

Si vous cherchez des idées pour tuer l’esprit d »initiative, pour donner envie de rester sous la couette au lieu de se défoncer pour travailler, n’hésitez pas, j’en ai à revendre, il reste après tout encore quelques espaces de liberté ! Quand on ouvre des chambres d’hôtes, un restaurant, un hôtel, on a envie de proposer des bons plats et pas de sous-vide, le premier demande passion travail et investissement, le second est tout sauf une envie mais on y vient parfois parce que tout devient trop compliqué. Je ne veux pas que cela arrive en chambres d’hôtes, je veux des gâteaux et confitures maison, des plats cuisinés. Quelque part il faut bien entrer en résistance contre ceux qui en voulant nous protéger nous gâchent le plaisir de vivre !