Hier soir, j’ai parcouru rapidement le Figaro Magazine paru ce week-end. Il présentait « les 200 plus belles chambres d’hôtes ». La sélection des maisons a probablement été faite avec les CDT (comités départementaux du tourisme), enfin c’est ce qui ressort des remerciements présentés à la fin de l’article. Les maisons sont plutôt chères, mais après tout c’est cohérent avec le lectorat visé.

Décoration oui mais avant tout accueil

Ce qui m’interpelle, c’est que dans la presse nationale, on ne voit plus que ces maisons d’hôtes très déco. L’accent est mis sur la maison, les choix d’aménagement, la décoration. Rarement on parle de l’accueil, du projet de vie – sauf quand il s’agit d’un quadra cadre parisien qui a réussi sa reconversion. C’est dommage car ce qui fait la maison d’hôtes, c’est l’accueil et la réduire à son aménagement, c’est lui faire perdre son âme.

Ces maisons d’hôtes existent et elles ont toute leur place et un journaliste est libre de traiter ses sujets comme il l’entend. Mais les chambres d’hôtes, ce n’est pas que cela. Et j’ai peur qu’entre les coffrets cadeaux et les papiers glacés des magazines, le grand public ne voit plus la diversité des prix, des maisons et surtout l’âme et la passion des propriétaires de chambres d’hôtes, c’est encore avant tout, le fait d’être accueilli par quelqu’un chez lui à son domicile.

Angle journalistique mais pas que

Et c’est aussi pour partie votre faute, mesdames et messieurs les propriétaires. Regardez vos sites internet, surtout ceux des maisons d’hôtes qui se sont récemment créées. Bien ficelés, belles photos… Oui mais où êtes-vous sur ce site. On ne voit que la maison et les chambres, mais pas les moments de vie, les petits déjeuners, ou vous tout simplement… Parfois on ne sait même pas chez qui on va à part chez la SARL trucmuche. Il y a des textes bien rédigés, mais à la troisième personne, « la maison vous accueille de 17 à 19 heures… » Où sont les nous, les vous, les je ? Où est l’accueil. Je sais qu’il est là, une fois qu’on est chez vous, mais comment faites-vous pour le rendre perceptible dès les supports de communication. pas facile, non, mais indispensable, sauf à réduire son offre à un bâtî aussi beau soit-il !