Le site internet des gîtes et chambres d’hôtes, c’est aussi son référencement

Les créateurs que je rencontre sont très conscients de l’importance d’internet et de la nécessité d’avoir un site pour présenter leurs chambres d’hôtes et/ ou gîtes.

Ce que vous sous-estimez beaucoup, c’est la problématique du référencement de votre site, autrement dit comment votre site va être trouvé.
Si vous faites le choix d’adhérer à un label, votre site sera présenté sur les différents supports de communication du label.
Vous pouvez aussi prendre des inscriptions payantes à des annuaires spécialisés qui présenteront votre maison parmi d’autres.
Mais quand et comment allez-vous être trouvé en direct sur Google et autres moteurs de recherche ? Et bien pour cela cela prend du temps et demande du travail, il faut penser son site à la fois pour la personne devant son écran qui va le consulter et pour donner de la matière au moteur de recherche en lui donnant un maximum de mots clés, en lui décrivant les images, les liens hypertextes, en rédigeant correctement ses textes avec des règles spécifiques, on appelle cela aussi écrire pour le web…

C’est toute une encyclopédie que l’on peut écrire sur le sujet. Ce dont je suis sûre, c’est que malheureusement la plupart des prestataires qui vous vendent un site clé en main, ficèlent un joli site, agréable à consulter mais inefficace pour les moteurs de recherche et le référencement naturel.

Alors, avant de signer un contrat pour faire réaliser votre site, essayez d’en comprendre les enjeux et posez-vous les bonnes questions, cela ne vous coûtera pas plus cher au final.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

8 réflexions au sujet de « Le site internet des gîtes et chambres d’hôtes, c’est aussi son référencement »

  1. Il est à noter que contrairement à ce qui est indiqué par l’un de vos contributeurs, il est important de se référencer sur les annuaires spécialisés. Ce n’est pas pour rien que les meilleurs référenceurs de France ont un ou plusieurs annuaires généralistes derrière eux pour promouvoir les nouveaux sites qu’ils lancent !!!
    Quand en plus l’inscription n’amène pas à débourser de l’argent- cf : http:// www. chambresdhotes.com – mais il y en a d’autres, que les liens sont en dur (cad sans redirection, mais directement vers votre url), et renvoit 50 000 visiteurs par mois grosso modo, on se demande si la personne qui dit que cela ne sert à rien connait son affaire 😉

    A bientôt !

  2. Bonjour
    vous abordez une question très complexe qui est celle du rachat du fonds de commerce. C’est habituel dans certaines professions comme l’hôtellerie, on évalue la valeur de rachat par multiples du chiffre d’affaires et cela introduit beaucoup de questions juridiques et fiscales.
    Cela l’est beaucoup moins en maison d’hôtes, le faible volume de transaction ne permet pas d’établir une règle. La maison d’hôtes est, contrairement à beaucoup d’autres activités économiques, fortement liée à la personne qui accueille et cela ne se vend pas. Les personnes qui reviennent chaque année, le bouche à oreille, c’est beaucoup sur l’accueil, les confitures maison, la table d’hôtes qui seront forcément différents quand ce sera vous. D’autre part, la plupart du temps quand on achète un fonds de commerce, on achète l’activité économique et pas les murs. Là c’est l’inverse, et le prix de l’achat immobilier sera bien plus conséquent que le coût du fonds de commerce.
    Le propriétaire qui vous vend la maison avec ses chambres d’hôtes a créé une activité économique et il est légitime qu’il ne veuille pas la donner mais estime que ses chambres d’hôtes ont une valeur marchande. A vous de voir si vous pensez qu’une somme supplémentaire est possible parce que vous achetez la maison et ses chambres d’hôtes et un carnet de réservation en cours. Ce que je vois souvent, c’est un accord entre vendeur et acheteur pour céder en plus de la maison tout ou partie du mobilier, du site internet, cela s’estime assez facilement.

  3. j’aimerai savoir comment on évalue le prix d’une maison qui à 4 chambres d’hôtes qui sont prisées, peut-on vraiment considérer cette activité comme “fond de commerce”? exsiste t-il une législation la dessus? merci pour une réponse!

  4. Il faut tout simplement analyser le potentiel avec tous les pours et contres. Les sites connus, c’est bien pour attirer le monde mais après vous êtes cachées parmis des dizaines voir centaines de confrères, alors pensez au rapport qualité prix et éssayez de négocier pour ne payer qu’une fois que les résultats sont verifiables. Tout site sérieux est en mesure de vous indiquer le nombre de clients qui se sont intéressé à vous pour décider si ça en vaut la peine. Chaque cas est différent et dépend de votre objet, la présentation (surtout les photos) mais aussi sa cohérence (on voit assez vite dans un texte des promesses éxagerés), la région (touristique ou pas), TOUTE l’offre sur ce territoire, etc. Nous avons éssayé (et été proposé) plusieurs sites, du gratuit, du 1000 Euro/an (2 ans peut-être) pour 4 chambres et tout entre, de loin ce qui à marché le mieux c’était un portail pour la région (non un site dédié au chambres d’hôtes) comprennant tout l’amalgam d’informations pour touristes http://www.camargue.fr le site est assez horrible (son propriétaire l’admet) due à sa vieillesse mais c’est drôlement éfficace.
    Petit avertissement si vous rachetez un activité chambres d’hôtes avec un site internet, faites vous passer tous les droits, contacts et accès à ce site (et changez les mots de passe), vous ne pouvez pas savoir les troubles d’avoir un site qui vous décrit sans avoir le pouvoir de le désactiver (s’il ne vous appartient pas), pensez déja au tarifs affichés que vous seraient obligés de continuer à pratiquer.

  5. Caroline,

    Dans mon commentaire, je mentionne bien “les nouveaux annuaires”, c’est à dire ceux qui n’ont aucune chance d’être bien placé sur les requêtes intéressantes et qui demande bien souvent un lien retour en échange de leur gratuité…

    Bien sûr, il y a de très bons annuaires qui permettent de gagner en visibilité.

    Mais au delà de la recherche de bonne position (pour la première inscription), il est important je pense de savoir calculer ensuite son retour sur investissement : c’est à dire savoir ramener le montant d’abonnement annuel à un pourcentage du chiffre d’affaire généré.

    Exemple pour 10 réservations reçues d’un site avec un panier moyen à 50€ (soit 500€ de chiffre d’affaires), j’ai pu constater que certains propriétaires préfèrent payer un abonnement annuel à 50€ plutôt que l’idée de payer une commission à 6%…

    Peut-être est-ce un sujet à traiter dans votre blog (ou votre magazine si ce n’est pas déjà fait) ? Car le budget publicité étant très limité dans ce type d’activité, il est important de savoir l’utiliser au mieux.

    Sébastien

  6. Merci Sébastien
    je serai un peu plus nuancée, il y a effectivement sur le net, pléthore d’annuaires peu efficaces mais il y en a aussi de très sérieux. Vous proposez avec Hotily un modèle différent.
    A chacun de faire ses arbitrages et de regarder les annuaires proposant des chambres d’hôtes qui sortent en bonne position sur les moteurs de recherche quand on fait une recherche sur sa région.
    Caroline

  7. Bonjour,

    Je rejoins le commentaire de Marie-Aude et j’ajouterai qu’il est même contreproductif de s’inscrire sur les nouveaux annuaires pour référencer sa chambre d’hôtes.

    Chaque jour des annuaires qui n’apportent rien de plus que ce qui existe déjà ouvrent leur porte et propose aux propriétaires de déposer leur annonce gratuitement la 1ère année. Du coup les propriétaires sautent sur l’occasion en pensant qu’ils n’ont rien à perdre… Pendant ce temps, l’annuaire travaille son référencement avec le contenu fourni gratuitement et gagne en visibilité pour justifier ensuite de faire payer la 2ème année : c’est ce qu’on appelle tendre le bâton pour se faire battre. Plus vous multipliez le nombre d’annuaires, plus vous devrez payer d’inscription pour gagner en visibilité.

    Le monde du e-tourisme fonctionne principalement à la commission qui est le seul modèle qui assure un retour sur investissement. Aujourd’hui seul Hotily.com propose un système de réservation en ligne dédiée à la chambre d’hôtes qui fonctionne à la performance : une commission sur les réservations honorées par le client. Vous ne payez que si le client est venu.

    Gagner en visibilité c’est bien, offrir du service au client grâce à la réservation par carte bancaire, c’est encore mieux !

  8. Bonjour,

    je ne peux que plussoyer de tous mes doigts ce que tu as écris. Je réalise des sites dans le domaine du tourisme (essentiellement au Maroc), et c’est ce que je passe mon temps à dire.

    De nombreuses pratiques frôlent l’escroquerie, et la plupart de ces sites clé en main sont inréférençables. En plus il est souvent difficile de récupérer son nom de domaine si on n’est pas satisfait.

    Enfin, surtout “NE PAS PAYER” pour être sur un site. Aucun n’en vaut la peine, les seules propositions à considérer sont les sites qui prennent une commission sur la réservation ferme.

    Au Maroc, il existe beaucoup de portails payants. Je suis toujours affligée de voir certains établissements payer pour être présents sur ces sites, qui en plus sont beaucoup mieux référencés qu’eux sur leur propre marque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.