Je sais, c’est assez provocateur de dire cela à des personnes qui s’engagent dans une activité d’accueil, d’ouverture vers les autres. Et pourtant, c’est indispensable. Parmi tous les propriétaires de chambres d’hôtes que j’ai rencontrés ou à qui j’ai parlé, les trop gentils pouvaient rencontrer des problèmes.

Dire non, ce n’est pas fermer les portes, ce n’est pas être désagréable. Vous allez recevoir tous les types de caractères possibles, c’est la richesse de la chambre d’hôtes, mais cela veut dire aussi que vous aurez parfois parmi vos hôtes, des caractères dominants, moi j’appelle ça « marquer son territoire » !
Ils voudront la place de parking qui convient à leur voiture, votre disponibilité au moment qui leur convient, ils iront si besoin dans votre cuisine chercher un ouvre-bouteille ou prendre quelque chose dans le réfrigérateur, je connais même des propriétaires qui se sont retrouvés avec les enfants à garder pendant que les parents allaient se promener. Pourquoi se gêner après tout, vous êtes tellement gentil(le).

Poser des limites, c’est indispensable, parce que vous avez aussi besoin de vous organiser, d’avoir une vie privée et que en fait voir des personnes abuser de votre gentillesse, ne vous rendra pas heureux.
Les propriétaires que je connais et qui s’en sortent très bien, affirment leurs règles dès le départ, ils repèrent très vite ceux à qui il faut mieux ne pas laisser de latitude. Et en général ce genre de personne respecte assez bien la fermeté et tout se passe très bien ensuite. Il faut juste parfois, en fonction de son caractère, s’entraîner à dire NON et ce n’est pas toujours si facile, mais cela viendra vite à l’usage !