Quand j’ai écrit mon précédent billet Chambres d’hôtes et gîtes à vendre, ma réflexion portait sur le prix qu’on peut accepter de payer pour acheter une maison d’hôtes déjà en activité. Je suis passée un peu vite sur un autre aspect. Heureusement Patricia Potier, qui au CDT de Vendée (Comité Départemental du Tourisme) accompagne des créateurs et des exploitants, m’a écrit. En effet, il me paraissait évident, que quand on reprend une chambre d’hôtes en activité, même si on reprend le mobilier et l’équipement, on doit veiller à son niveau de confort, à y mettre sa personnalité, son empreinte, à développer son accueil basé sur sa personnalité. Evident ? Et bien non. Avec son accord, je lui laisse la plume pour partager son expérience sur le terrain.

Je souhaitais réagir à votre article, étant de plus en plus confrontée à ces « reprises ». Il convient en effet d’alerter les repreneurs qui souhaitent racheter pour « faire des chambres d’hôtes » que ces hébergements ne nécessitent certes parfois peu de travaux, mais que cela est très rare.
En effet, il n’est pas rare que les vendeurs soient (en Vendée en tout cas) des retraités, qui ont exploité ces chambres d’hôtes durant de (très) longues années, sans jamais avoir modifié quoi que ce soit…
Très souvent donc, les chambres rachetées ne répondent plus aux attentes des clientèles en termes de confort : une belle et grande salle d’eau (voire de bain) par chambre, de vastes chambres, une déco soignée et mise au goût du jour !!! ce sont peut-être des banalités, mais je reçois beaucoup de coups de fil de futurs propriétaires qui pensent pouvoir poser leur valises « parce qu’il n’y a rien à faire puisque les chambres existent déjà »…. Ils rachètent les meubles, les lits, parfois les dessus de lit et continuent de les mettre à disposition des hôtes (je l’ai vu) !!! Les économies faites en ne faisant pas de travaux peuvent alors être dramatiques pour les repreneurs, et il est primordial de pointer ces détails !

Dans les faits, il existe deux types de maisons d’hôtes à vendre. Celles dans lesquelles l’activité bat son plein avec des outils de communication modernes, dans celles-là il y aura pas ou peu de travaux à faire. D’autres sont des maisons d’hôtes qui ont arrêté récemment l’activité ou dont les propriétaires sachant qu’ils allaient prendre leur retraite n’ont plus investi. Ces maisons d’hôtes, on les achète pour valoriser le foncier, souvent les salles d’eau existent ce qui évite de gros travaux mais on devra refaire la déco, changer les équipements et reconstruire la communication, on est bien sur un achat immobilier et un emplacement qui a tenu ses promesses dans le passé