Vous avec un projet de création de gîtes et chambres d’hôtes qui vous tient à cœur et vous cherchez la maison à acheter ou vous êtes en train de demander des devis pour chiffrer les travaux nécessaires. Ne mettez pas en danger votre projet en sous-estimant les questions juridiques et fiscales.

Je rencontre hélas souvent des créateurs qui ne s’intéressent pas suffisamment aux questions juridiques et fiscales, qui ignorent les formalités administratives et réglementaires à effectuer ou qui ne connaissent pas les droits et obligations liés à leur future activité. Je pense qu’ils prennent de gros risques. Ce qui a été toléré à une époque va l’être de moins en moins en période de crise, les propriétaires de chambres d’hôtes installés depuis longtemps sont bien conscients de l’évolution de la réglementation et fiscalité qui a eu lieu ces cinq dernières années.

Bien entendu, je vais vous recommander de vous abonner à Accueillir Magazine car cela vous permet de suivre toutes ces questions notamment parce qu’elles évoluent et qu’il faut s’adapter au fil de l’eau à ces évolutions. Mais il faut aussi savoir se faire conseiller lorsqu’un sujet est particulièrement délicat. Consulter un avocat, un notaire, un expert-comptable ou un architecte est parfois essentiel pour sécuriser le projet.

En attendant, sachez que l’UMIH, principal syndicat hôtelier, est, à partir d’aujourd’hui, en train de porter plainte contre des chambres d’hôtes illégales dans plusieurs départements. Sont visés les loueurs qui ne respectent pas les réglementations applicables : chambres d’hôtes non déclarées en mairie, dépassement de la limite de cinq chambres, non respect des normes incendie lorsqu’elles sont applicables, absence de licence…, le détail des plaintes n’est pas encore connu. A suivre dans Accueillir Magazine.