Chambres d’hôtes, optimisation fiscale et impôts

  • La fiscalité est une partie importante d’un projet de chambres d’hôtes
  • Toutes les solutions sont possibles : SCI, auto-entreprise, EURL, SARL, SAS…
  • Tout dépend de qui on est, de son passé et présent professionnel, des années qu’il reste à cotiser, de son bilan patrimonial…
  • Mais aussi de l’investissement : immobilier et travaux
  • Mais se baser sur la seule fiscalité est toujours un risque car c’est un domaine changeant où rien n’est jamais acquis.
  • Cela va avec le choix du statut juridique.

A Accueillir Magazine, nous sommes souvent interpellés par des créateurs de chambres d’hôtes qui recherchent une optimisation fiscale. Certes cela fait partie des questions à se poser mais ce qui me dérange, c’est l’angle d’approche : “comment je fais pour ne pas payer d’impôts ? ” .

Optimiser la fiscalité certes, construire un projet en fonction, dangereux

On ne crée pas un projet, qu’il soit à titre individuel, sous forme de société ou en entreprise individuelle en pensant d’abord fiscalité, avec comme objectif de ne pas payer d’impôts. On ne choisit pas non plus  un statut, sans en mesurer toutes les conséquences, seulement parce qu’il y a une niche fiscale. Dieu sait si en France, c’est quelque chose de volatile et on pourrait se retrouver dans un statut mal adapté parce qu’il a permis de ne pas payer d’impôts ou d’obtenir un crédit d’impôt pendant quelques mois. Payer des impôts, c’est aussi le signe que votre projet va bien, est sain.  Maintenant, tout entrepreneur réfléchit légitimement sa fiscalité.

Statut juridique d’abord

Alors mon angle d’approche, c’est de poser tout son projet sur la table, de regarder son statut juridique et social, d’étudier les options fiscales, qu’il s’agisse de TVA, d’impôts sur le revenu, d’impôts sur la société, d’ISF, de plus-values… en faisant des simulations sur une évolution de chiffre d’affaires.  Alors, vous verrez si être ou pas en franchise de TVA, être ou pas en régime microbic, créer une SCI ou non… pour pouvoir déduire ses charges vous convient.

La fiscalité, c’est du sur mesure

Selon le chiffre d’affaire attendu, le nombre de trimestres de retraite à cotiser, le fait d’être seul ou à deux à vivre sur l’activité à moins que ce ne soit une activité patrimoniale, selon le montant investi, l’achat immobilier ou pas, la commission de l’agence immobilière avec TVA ou pas, le montant des travaux commandés à une entreprise ou fait en personne, les prestations annexes vendues ou pas, chaque projet de chambres d’hôtes doit être étudié. Et les choix fiscaux et juridiques d’un autre loueur de chambres d’hôtes n’être pas adaptée pour vos chambres d’hôtes.

Ce n’est pas si compliqué, il faut prendre les grands schémas et procéder par élimination. Notre cahier pratique Chambres d’hôtes, Panorama des solutions juridiques et fiscales va vous y aider. On peut aussi faire un bilan patrimonial, – pour rappel, les seules personnes habilités à faire du conseil juridique sont les professions réglementées.

Vous aurez compris votre fiscalité, mais vous n’en aurez pas fait un but en soi, le vrai objectif reste la création de vos chambres d’hôtes, leur pérénité et leur succès.  Vous aurez un projet solide avec la meilleure fiscalité pour vos chambres d’hôtes.

Ce billet a été actualisé  le 29 août 2019

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

10 réflexions au sujet de « Chambres d’hôtes, optimisation fiscale et impôts »

  1. Bonjour Martine
    Une société civile immobilière qui loue des chambres d’hôtes peut perdre son régime fiscal, car sur le plan fiscal la l’activité relève des bénéfices commerciaux et non des revenus fonciers. Par conséquent, il peut être nécessaire de créer une société commerciale, par exemple une SARL ou une SAS, qui va louer une partie du bâtiment à la SCI et exploiter les chambres d’hôtes, facturer les nuitées et régler les achats et charges d’exploitation.
    Caroline

  2. Bonjour
    ce type de rumeur sort chaque année, pour le moment il n’y a pas encore le détail de la loi de finances et on n’est jamais à l’abri d’un amendement quelconque rajouté à tout moment. La fiscalité est un sujet que nous suivons avec attention dans Accueillir Magazine. Maintenant si je recommande de se méfier de ce qui n’est pas officiel, je reconnais qu’il est extrêmement difficile d’entreprendre quand il y a une instabilité fiscale permanente.

  3. bonjour Jean Louis
    je ne comprends pas votre question sur la maison secondaire. Pour ouvrir des chambres d’hôtes, il faut que vous habitiez à cette adresse, vous ne pouvez pas avoir des chambres d’hôtes dans une maison et demeurer à une autre adresse même proche. Seule tolérance, avoir des chambres d’hôtes dans des dépendances de sa propriété. Sinon, cette maison peut devenir un meublé de tourisme.

    Ceci rappelé, mais ce n’était peut-être pas le sens de votre question, votre projet semble possible, ce sera l’activité de votre femme. Il vous faudra déterminer son statut juridique, social net fiscal en tenant compte de la situation de votre couple et la sienne. Maintenant, vous êtes en train d’acheter, à vous de savoir par une étude de marché si l’emplacement où vous êtes va vous permettre d’avoir un taux d’occupation de vos chambres suffisant pour votre objectif économique, si vous en attendez des revenus ou si cela permet de payer la maison.
    Caroline

  4. Bonjour,
    je suis actuellement fonctionnaire et ma femme est sans activité. Je suis en train d’acheter une maison avec des dépendances et je voudrais y ouvrir des chambres d’hotes. Le but étant dans un premier temps d’en faire une activité ponctuelle pour ma femme puis notre activité principale.
    Mon projet vous semble-t-il possible?
    Comment dois-je déclarer notre nouvelle maison comme une maison secondaire?

    Merci

  5. Bonjour Richard
    si vous êtes simple particulier ou en régime micro (RCS et auto-entrepreneur), vous n’êtes pas assujetti à la TVA. Mais en RCS ou si vous avez créé une société, vous pouvez faire le choix d’être assujetti à la TVA.
    La plupart des chambres d’hôtes ont fait le choix de ne pas être assujetti pour se simplifier la vie et la comptabilité. Pour un créateur qui va avoir de nombreuses charges, travaux et qui peut récupérer plus qu’il ne reverse, faire ce calcul peut avoir un sens.

  6. Je croyais que les chambres d’hôtes n’étaient pas du tout concernées par la TVA or vous en parlez. Est-on taxé ? Qu’en est-il ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.