Dans notre société, on aime bien les sondages, les statistiques et les cases à remplir dans les formulaires  et on étudie les secteurs professionnels sous cet angle, cela permet de publier des enquêtes qui ont leur utilité. Mais dans le secteur des chambres d’hôtes, – si tant est qu’on puisse parler de secteur -, il n’y a pas  d’enquêtes statistiques officielles, on a des retours des labels de chambres d’hôtes et, en tant que journalistes, à Accueillir Magazine, nous passons nos journées à observer, donc nous avons une idée assez précise de ce qui se passe dans le monde des chambres d’hôtes.

Et pourtant, cela reste difficile de répondre à la question favorite de mes confrères journalistes : qui est le créateur ou propriétaire type de chambre d’hôtes.

Qui est-il ? Et bien complexe et unique comme le sont les chambres d’hôtes !
Majoritairement en couple mais il y a aussi des solos qui ouvrent des chambres d’hôtes.
Quand ils sont en en couple, les chambres d’hôtes sont gérées par les deux partenaires ou par l’un des deux, même s’il apparaît évident dans ce cas le conjoint est impliqué à un moment ou à un autre.
Des créateurs ouvrent leurs chambres d’hôtes avec la volonté d’en vivre mais ce n’est pas la majorité, la plupart cherchent un revenu complémentaire ou de plus en plus des trimestres de retraite supplémentaires.
La chambre d’hôtes  permet aussi souvent de garder la propriété familiale en faisant face aux charges croissantes liées à l’immobilier ou d’habiter la maison de ses rêves que sans cela on n’aurait pas pu s’acheter.
Pour rappel, une bonne partie des chambres d’hôtes n’ouvre que quelques mois, cela se comprend notamment aux coûts liés au fait de chauffer un grand bâtiment et aussi parce que de jeunes retraités veulent pouvoir profiter de la vie, se reposer, voyager ou prendre du temps pour leurs activités favorites. Mais cela pose un problème quand on veut mettre la chambre d’hôtes  en corrélation avec un secteur économique.
Autrefois, on ouvrait des chambres d’hôtes à la retraite, maintenant on a aussi des quadras dynamiques – voire plus jeunes – qui y cherchent un projet de vie qualitatif.

Je pourrai continuer, mais en fait le message est que la chambre d’hôtes est un projet atypique, puisqu’elle est avant tout le résultat d’une envie et d’une passion, parce qu’elle se passe chez soi, parce qu’elle implique la famille, parce qu’elle joue sur des valeurs…
Et donc le loueur ou créateur de chambre d’hôtes a des difficultés à se placer dans une petite case de formulaire. De mon point de vue, cela rajoute au charme de cette activité.