Vous créez des chambres d’hôtes en famille ou entre amis

Ce matin, je vais jouer les Cassandre. Vous êtes quelques-uns à m’avoir parlé de votre projet cette année. Et vous avez décidé de créer des chambres d’hôtes, dans une maison qui ne vous appartient pas mais est la propriété de quelqu’un de votre famille ou d’un de vos amis. Autre scénario, vous envisagez de créer dans une maison achetée avec un ami. Autre cas, vous êtes en couple mais pas marié. Et si ça se passe mal, comment allez-vous protéger votre activité ?

Cela paraît idéal, les uns ont une propriété qui va être mise en valeur, entretenue et rapporter un loyer, les autres ont une activité, celle de chambres d’hôtes, sans investir tout leur patrimoine mais peut-être quand même une somme d’argent pour travaux, équipements et évidemment tout ce qui est lié au bon déroulement de l’activité.

Amour, amitié, famille et chambres d’hôtes

Les problèmes existent.

Vous investissez dans la maison familiale qui appartient à vos parents, vos frères et soeurs ne disent rien, même sont d’accord, mais au décès de vos parents, que va-t-il se passer ? Votre investissement va-t-il être pris en compte dans votre héritage et si la maison est vendue car nul n’est censé rester en indivision et parfois on a pas le choix car il faut payer les frais de succession, que devenez-vous ? Et s’ils vous réclament un loyer qui n’était pas dans le business plan, est-ce que l’activité de chambre d’hôtes est toujours rentable ?
Et quand vous co-créez avec un de vos amis ou avec votre concubin ? S’il est chez lui et que vous vous disputez, qu’il décide de la sépration ? Ou si votre ami(e) se marie et que la nouvelle pièce rapportée sème la zizanie, veuille récupérer le maison ? Que devenez-vous ?

Je ne vais pas énumérer le catalogue des catastrophes, disputes, divorces, séparations qui peuvent intervenir.

La chambre d’hôtes, c’est votre activité, il faut la protéger

Les couples mariés, ont pu régler le sujet par avance avec leur régime matrimonial, en pensant séparation, communauté, réduite ou non aux acquêts.  Bon, ce n’est pas idéal mais c’est mieux que rien.

Vous allez développer une activité, lui donner de la valeur, faites en sorte que vous n’en soyez pas dépossédé.
Comme je suis pragmatique, je vous dirai qu’en affaires, on prépare les termes de sortie en même temps qu’on s’associe ou qu’on signe un contrat, qu’entre personnes de bonne intelligence, on peut dire les choses clairement et que si cela pose un problème dès le départ, alors mieux vaudrait s’abstenir.

Un passage chez un notaire, un contrat de location avec bail professionnel à votre nom, une SARL avec deux associés, ce peut être des pistes de réflexion. Et cela se décide en amont et pas après, cela sera trop tard !

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

2 réflexions au sujet de « Vous créez des chambres d’hôtes en famille ou entre amis »

  1. Se retrouver seul à gérer une maison d’hotes suite à un divorce
    Bonjour,
    A moi de parler de ma difficulté : j’ai repris voilà 7 ans la grande et belle maison de famille à la campagne avec une structure de 5 chambres d’hôtes de caractère que mes parents avaient créée. Ma femme, après notre mariage, m’a suivi dans ce projet.
    Cette activité fonctionne très bien, avec de magnifiques pièces communes, un étang, un parc, de grands espaces dans une belle région, une ferme attenante qui fournit les produits de la table…Nous avons mis l’accent sur la qualité et la convivialité.
    L’activité, bien que plaisante (avec des hôtes du monde entier, en particulier attirés par le patrimoine et la nature) est aussi prenante et nécessite deux personnes, au moins en période estivale.
    Or, nous voilà en cours de divorce (qui se passe très bien car d’un commun accord) car ce projet de vie ne correspond pas à celui de ma femme. Depuis le début, ce n’est pas son truc…
    Je me retrouve donc seul à gérer cette structure, alors même que j’ai un autre travail à côté.
    A ce stade, il me paraît urgent (d’ici la fin de l’année) de rechercher une gouvernante pour assurer avec moi la charge de cette activité.
    Je serai ravi d’échanger avec toute personne vivant une situation similaire ou intéressée par ce poste de gouvernante.
    nico.100@laposte.net

  2. Bonjour,
    merci pour ce sujet, je n’en suis qu’au stade d’élaboration de mon projet de maison d’hôtes et je suis en union libre. Ayant besoin d’acquérir un bien, je pensais m’orienter vers la création d’une Société Civile Immobilière pour le bâti puis une SARL pour l’activité. Cela me semble compliqué, mais c’est peut-être une solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.