J’ouvre des chambres d’hôtes, est-ce que je dois être labellisé ?

Ou autrement dit, est-ce que je dois adhérer à un label ? C’est une question qui revient souvent et ce qui se cache derrière n’est pas toujours très clair.
Rappel de la définition d’un label : C’est une marque collective se référant à un cahier des charges commun.  Un  label repose sur un référentiel qui décrit les engagements à respecter, le cahier des charges. En l’occurrence pour les labels de chambres d’hôtes, les propriétaires adhérents du label doivent respecter des conditions  quant à l’accueil et au confort de leurs chambres d’hôtes. Le label garantit au voyageur – vos futurs hôtes – un niveau de prestation minimale dans toutes les maisons d’hôtes adhérentes.

Pour les gîtes ruraux et meublés de tourisme, il y a un classement préfectoral  et donc national, en étoiles, de 1 à 5 étoiles. Et on peut à la place, choisir de demander un classement en épis chez Gîtes de France ou en Clés chez Clévacances, ces deux labels – comme Accueil Paysan – ont un agrément pour faire les visites de classement des meublés de tourisme au niveau national.
En revanche, il n’y a pas de classement officiel des chambres d’hôtes en France, autrement dit il n’y a pas de classement préfectoral en étoiles pour déterminer les niveaux de confort. Et donc pas d’agrément national pour les labels qui classent les chambres d’hôtes.

Les deux labels cités ci-dessus, Gîtes de France (environ 10500 adresses de maisons d’hôtes)  et Clévacances (environ 5500 adresses) – les plus gros en termes de nombre d’adresses – ont aussi établi un classement et un référentiel pour les chambres d’hôtes de 1 à 5 épis et 1 à 5 clés.
Il y a d’autres labels, présents au niveau national ou au niveau régional avec chacun leur charte et référentiel (Fleurs de Soleil 550 adresses environ), Bienvenue au Château (dans le grand Ouest de la France), Accueil Paysan (pour les agriculteurs) et d’autres mais je ne peux pas tout citer, à consulter, une liste de labels et associations nationales et locales de chambres d’hôtes sur le site d’Accueillir Magazine.
Adhérer à un  label revient donc à accepter les règles qu’il a définies en matière d’accueil, de confort… et aussi de payer la cotisation.

Je reviens à la question initiale, est-ce que mes chambres d’hôtes doivent être labellisées ?

Ce n’est pas obligatoire sauf si vous recevez des subventions et que dans l’accord figure l’appartenance à un réseau. Il y a environ 23 000 adresses de maisons d’hôtes en France dont 60 % environ sont labellisées et donc 40 % environ n’ont pas fait ce choix.

Dans mes réflexions non exhaustives :
Se labelliser, cela peut rassurer ses hôtes en leur indiquant un niveau de confort.
On peut travailler en réseau, établir des relations avec les acteurs touristiques locaux – parfois les OTSI ne référencent que les chambres d’hôtes labellisées – , partager l’expérience avec d’autres propriétaires de chambres d’hôtes.
On peut recevoir des réservations par le label.
Mais cela peut obliger à suivre un référentiel plus ou moins contraignant
Et son projet peut être atypique ou l’immobilier ne pas avoir les superficies minimales prévues, donc difficilement se plier aux contraintes
Il y a aussi la cotisation à payer.

Etre labellisé a, comme toute chose, avantages et inconvénients,  il appartient à chacun de se faire son opinion en prenant en compte les différents aspects de l’adhésion et de regarder chaque label pour voir avec qui on se sent le mieux.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme. Retrouvez-moi sur https://www.accueillir-magazine.com

8 réflexions au sujet de « J’ouvre des chambres d’hôtes, est-ce que je dois être labellisé ? »

  1. Bonjour,
    Je suis tunisienne et j’ai une maison d’hôte en tunisie à La Marsa (Dar Souad). Elle existe déjà sur booking.
    Est ce que j’ai le droit à demander une visite pour un label ?
    Cordialement
    Raja

  2. Bonjour
    c’est une politique classique chez beaucoup d’offices de tourisme, ils sont garants de la qualité des biens qu’ils proposent à la location et choisissent donc de ne présenter que des maisons d’hôtes labellisées car visitées.
    Certains OT ont leur propre référentiel et visitent les biens, moyennant un forfait de visite.
    Si ce n’est pas le cas du vôtre, il faut leur demander s’il peuvent mettre en place le label chambres d’hôtes référence, la démarche propre aux OT – voir notre article “Chambre d’hôtes référence”, une alternative aux labels ?” du n° 52 juillet / août 2014

  3. Bonjour,
    J’ai ouvert des chambres d’hôtes en 2010, labellisées à l’époque et agréées (déclaration mairie, etc).
    Je n’ai pas réadhéré cette année au label et de ce fait, mes hébergements ont purement et simplement été retirés du site internet de mon comité départemental du tourisme.
    Est-ce normal?, quel recours avons-nous?
    Merci beaucoup

  4. Bonjour
    pour un gîte ou meublé de tourisme, il est possible de demander le classement en préfecture, il faut regarder sur le site de la préfecture quels organismes sont agréés.
    Parmi ceux-ci, on trouve les labels Gîtes de France et Clévacances de votre département.

  5. Pourriez-vous me dire quel organisme d agrement je dois contacté pour agréé notre gîte rural merci pour votre réponse

  6. bonjour
    je viens d’ouvrir des chambres d ‘hotes dans l’herault dans une ancienne magnanerie .apres avoir completement renover du toit au sol la maison (1 ans et demi de travaux)environ 220000€ de travaux maison composé de 250 m 2 au sol sur 2 niveaux .4 chambres d’hotes ,piscine,hamam,et bientot un spa. j’ai un mal fou a me faire labaliser 2 refus de clefs vacances et 1 refus de clefs verte pour la meme raison la maison ce trouve a l ‘entrée de la ville sur la route pourtant ma maison est tres bien isolé phonetiquement, deplus j ai un meublé labelisé sur palavas dans une coproprité de maison a coté du centreville tres bruyant les soirs d’été a cause de la féte foraine et la pas de probleme il m’ont labelisé a clefs vacances 2 clefs a plus rien compandre je voulais vise une clientele haut de game malgré un classement elevé par clefs vacances environ 4 clefs.

  7. Bonjour Richard
    Le cas que vous évoquez, de payer une unique fois pour une visite de classement, comme c’est le cas pour le classement préfectoral des meublés de tourisme, hôtels ou camping, n’est pas possible pour les chambres d’hôtes, puisqu’il n’y a pas de classement national.
    Adhérer à un label, ce n’est pas qu’une question de classement, c’est aussi bénéficier de leurs services comme la promotion, présence dans les guides papier, sur le site internet et si c’est votre choix, présence dans la centrale de réservation. C’est adhérer à une charte. Si vous décidez d’adhérer une année pour avoir le classement et de ne pas renouveler votre adhésion, attention vous ne pourrez plus faire référence à ce label dans vos documents promotionnels ou site internet, donc plus faire état d’un niveau de confort attesté.

  8. Vous n’indiquez pas le montant de la cotisation annuelle des labels, mais elle se monte à plusieurs centaines d’euros chaque année alors que le classement n’est pas modifié. Il ne me paraît pas normal de devoir payer chaque année, j’accepterais de payer pour la visite de classement, comme pour une location de vacances, et ensuite je souhaiterais me débrouiller par moi-même pour la promotion ? Est-ce envisageable ?
    Merci pour votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.