Entreprendre, c’est nécessairement prendre des risques, créer des chambres d’hôtes aussi

Créer des chambres d’hôtes, c’est entreprendre et par entreprendre, je ne parle pas du statut juridique du loueur mais du fait de se lancer dans une nouvelle activité. Entreprendre, c’est prendre des initiatives, faire des choix et cela comporte forcément des risques.

Le risque financier

A la question traditionnelle, est-ce rentable, peut-on vivre de ses chambres d’hôtes, la réponse est toujours la même, qui déçoit à chaque fois, je le sais.

C’est possible d’avoir un projet de chambres d’hôtes rentable, mais cela dépend de beaucoup de critères, de la localisation des chambres d’hôtes, de la cohérence du projet, de la capacité à se faire connaître, de la capacité à évoluer dans le temps et avec son temps…
Mais même si vous mettez toutes les chances de votre côté, que vous vous informez, que votre business plan est parfait, rien n’est garanti.
Investir dans une maison en immobilier ou en travaux pour y ouvrir des chambres d’hôtes, c’est nécessairement prendre des risques, calculés certes, mais des risques quand même.

Le risque du changement de vie

Au delà d’être capable d’ouvrir sa maison d’hôtes à l’autre, de mettre sa vie au service de l’accueil, qui demande déjà des qualités personnelles, et qui n’est, j’en suis convaincue, pas la vocation de chacun. Il faut être aussi capable de dormir alors que le cahier de réservation n’est pas encore plein, que le banquier attend le remboursement du prêt, qu’on ne sait pas en début d’année ce que sera la fin.
Tout le monde n’est pas fait pour être entrepreneur, pour prendre des risques, si cela doit vous empêcher de dormir pendant des mois, ce n’est peut-être pas la peine de se lancer dans cette aventure de création de chambres d’hôtes comme source principale de revenus du ménage, il faut peut-être attendre quelques années et en faire un revenu complémentaire comme la grande majorité des propriétaires d’ailleurs. En tout cas cela vaut la peine d’y réfléchir avant.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme

5 réflexions au sujet de « Entreprendre, c’est nécessairement prendre des risques, créer des chambres d’hôtes aussi »

  1. Bonjour, nous avons tout quitté la Belgique notre travail 19 ans dans la société mis notre maison en vente
    Pour reprendre des chambres d’hôtes en Creuse tout le monde nous a dit que il n’y a rien en creuse et bien nous y avons trouvé une qualité de vie et nous espèrons pouvoir avoir nos chambres occupée cette année

  2. Bonjour
    avec la surmédiatisation, on a l’impression que le nombre de maisons d’hôtes augmente en permanence et que les projets de création se multiplient. En fait le nombre de maisons d’hôtes est stable depuis quelques années, voire a reculé légèrement l’année dernière. Les créations réalisées compensent les arrêts de propriétaires installés. En revanche, certaines régions attirent plus que d’autres probablement.
    Caroline

  3. Pour moi, le principal problème à l’heure actuelle lorsque l’on pense rentabilité en chambres d’hôtes, c’est que l’offre est beaucoup plus importante que la demande dans certaines régions. Pourtant, les projets de créations continuent d’augmenter…
    Les clients qui trouvaient notre maison il y a encore 5 ans « sur leur route » entre 2 lieux touristiques séparés de 10kms en pleine campagne passent aujourd’hui devant 3 ou 4 autres chambres d’hôtes, autant vous dire que nous ne comptons plus sur la clientèle de passage !
    Bon courage à tous ceux qui pensaient en tirer un salaire décent !…

  4. Bonjour
    avoir des chambres d’hôtes en activité complémentaire, c’est encore le cas de la très grande majorité des propriétaires de chambres d’hôtes et s’il y a beaucoup qui ont envie d’ouvrir des chambres d’hôtes, peu passent dans les faits à l’acte, le poids de l’immobilier et la disponibilité demandée sont des freins.
    Depuis 3 ans et demi que je tiens ce blog, je suis bien obligée de constater qu’avec les difficultés économiques actuelles et les licenciements en série, on voit désormais de plus en plus de créateurs se poser la question de valider des trimestres de retraite ou d’arriver à dégager un revenu et je crains que cela ne dure encore. Autant leur donner toutes les idées et vos témoignages à tous pour les aider à réussir ou à renoncer à leur projet à temps.

  5. Bonjour,
    Si les chambres d’hôtes étaient restées ce qu’elles étaient censées être(ce qu’elles sont encore pour certains d’entres nous) un « revenu d’appoint », des chambres inoccupées dans la maison familiale et une activité mais surtout pas un « business plan » il n’y aurait pas de soucis…. quand la maison est à soi et pas au banquier (ou que l’on a d’autres revenus pour assurer les traites) alors là c’est possible. Même si on ne devient pas riches on peut en vivre… mais quand la maison est au banquier ??!!! Il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années on comptait environ, selon les régions, entre 130 et 150 nuitées/an et je pense que ce chiffre a du baisser depuis…ça en fait des jours dans l’année sans revenus ! Peut être que toutes ces emissions TV ces derniers temps ont voulu faire croire a beaucoup que c’était facile et (très) rentable que d’ouvrir des chambres d’hôtes mais en réalité ce n’est ni facile ni (très) rentable… même si c’est une activité qui vous rend (très) riches en connaissances, nature et relations humaines, partage, échanges…etc.
    Bon courage à ceux qui s’y lance ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.