Créer des chambres d’hôtes, c’est entreprendre et par entreprendre, je ne parle pas du statut juridique du loueur mais du fait de se lancer dans une nouvelle activité. Entreprendre, c’est prendre des initiatives, faire des choix et cela comporte forcément des risques.

Le risque financier

A la question traditionnelle, est-ce rentable, peut-on vivre de ses chambres d’hôtes, la réponse est toujours la même, qui déçoit à chaque fois, je le sais.

C’est possible d’avoir un projet de chambres d’hôtes rentable, mais cela dépend de beaucoup de critères, de la localisation des chambres d’hôtes, de la cohérence du projet, de la capacité à se faire connaître, de la capacité à évoluer dans le temps et avec son temps…
Mais même si vous mettez toutes les chances de votre côté, que vous vous informez, que votre business plan est parfait, rien n’est garanti.
Investir dans une maison en immobilier ou en travaux pour y ouvrir des chambres d’hôtes, c’est nécessairement prendre des risques, calculés certes, mais des risques quand même.

Le risque du changement de vie

Au delà d’être capable d’ouvrir sa maison d’hôtes à l’autre, de mettre sa vie au service de l’accueil, qui demande déjà des qualités personnelles, et qui n’est, j’en suis convaincue, pas la vocation de chacun. Il faut être aussi capable de dormir alors que le cahier de réservation n’est pas encore plein, que le banquier attend le remboursement du prêt, qu’on ne sait pas en début d’année ce que sera la fin.
Tout le monde n’est pas fait pour être entrepreneur, pour prendre des risques, si cela doit vous empêcher de dormir pendant des mois, ce n’est peut-être pas la peine de se lancer dans cette aventure de création de chambres d’hôtes comme source principale de revenus du ménage, il faut peut-être attendre quelques années et en faire un revenu complémentaire comme la grande majorité des propriétaires d’ailleurs. En tout cas cela vaut la peine d’y réfléchir avant.