Hébergements insolites, attention aux règles

L’insolite fait rêver, on en parle beaucoup dans les médias même si au final cela ne représente que peu de lits au regard de l’hébergement marchand en France. Certains créateurs ont pour projet d’installer des yourtes, des tentes ou des bulles, de faire construire des cabanes perchées ou d’installer des roulottes, des chalets ou des cabanes flottantes pour ne citer que quelques exemples. Cela peut être une très bonne idée mais sous réserve de respecter les règles, d’être prudent et de bien s’informer au préalable.

La question de l’urbanisme est centrale

Pour commencer, il faut se renseigner sur les contraintes d’urbanisme et bien comprendre ce qui sera possible ou non. Dans la plupart des cas, il faudra passer par un permis de construire, un permis d’aménager ou une autorisation préalable. Ces autorisations sont délivrées uniquement si le projet respecte les règles fixées par le Plan local d’urbanisme (PLU), le Plan d’occupation des sols (POS), la carte communale ou le règlement national d’urbanisme. Si on achète le terrain, il faut être sûr qu’on pourra y aménager son rêve d’insolite.

Insolite oui mais quelle réglementation ?

Ensuite, il faut être clair sur le projet lui-même. S’agit-il de chambres d’hôtes, de locations saisonnières, d’emplacements de camping ou d’habitations légères de loisirs ? Chacune de ces activités a ses propres règles qu’il faut respecter et dans les faits l’insolite doit se glisser dans un cadre, et c’est bien la difficulté. Il est vrai que les premiers projets il y a sept huit ans se sont construits un peu en dehors de tout cadre réglementaire, chose terminée dorénavant.
Et selon la terminologie retenue, la fiscalité peut différer également.

Enfin, il convient de bien choisir son prestataire, d’aller voir des réalisations déjà effectuées, de demander des références voire de réserver chez des loueurs qui ont fait ce choix pour tester quelques nuits l’hébergement sélectionné.

Publié par

Caroline Kyberd - Accueillir Magazine

Rédactrice en chef d'Accueillir Magazine, la presse des chambres d'hôtes et meublés de tourisme, j'anime aussi les formations pour ouvrir maisons d'hôtes, gîtes ruraux et meublés de tourisme

136 réflexions au sujet de « Hébergements insolites, attention aux règles »

  1. Bonjour Frédéric
    Nous avons souvent des questions sur les différents types de zones N, zone naturelle. La seule solution est de vérifier ce que permet ou pas le Plan local d’urbanisme (PLU) dans votre zone Ns, sachant que le PLU fournit la liste des activités autorisées et que l’installation de bulles relève généralement de la réglementation du camping. Il faut également prendre en compte la question de l’installation des sanitaires. Vous pouvez contacter les services de l’urbanisme pour avoir plus de précisions sur votre PLU.

  2. Bonjour, merci tout d’abord pour cette mine d’informations, nous avons en projet de réaliser des hébergements bulles premium dans la région Aixoise, nous avons trouvé un terrain magnifique cependant il est classé en zone Ns,avez vous eu déjà ce cas ? Bien amusé destiné à une utilisation sportive et/ou loisirs,est il possible selon que notre projet aboutisse sur ce type de classification de terrain? Merci d’avance pour votre réponse,à bientôt

  3. Bonjour, nous avons comme projet de racheter un château dans Les Landes, qui comporte 10 hectares de terrain. Nous allons exploiter le château en Hotel Restaurant et nous souhaitons installés 6 bulles transparentes… Mais quelle sont les règles à respecter et comment déclarer ceci gîte, chambre d’hôte ? Merci de vos réponses

  4. Bonjour Catherine,
    Lorsqu’il n’y a pas eu création d’un PRL – parc résidentiel de loisirs, l’installation d’une roulotte relève du droit commun de la construction, ce qui implique le plus souvent une déclaration préalable si la surface est comprise entre 5 et 20 m².
    La règlementation ERP est particulièrement complexe mais, jusqu’à 15 personnes, une location – si votre roulotte est destinée à être un gîte – n’est généralement pas un ERP. De nombreux éléments peuvent remettre cela en cause. Vous pouvez contacter le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) pour avoir sa position.

  5. Bonjour,
    je viens d’ouvrir un gîte en juin de 37m2 qui a été loué sans interruption depuis l’ouverture. Je veux maintenant installer une roulotte gitane sur mon terrain. La mairie de mon village ne connait pas se type d’habitat et veut me faire remplir une déclaration de travaux ERP.
    Mon fabricant de roulotte de dit qu’un simple gîte ou une roulotte de 20m2 ne sont pas ERP. Je ne trouve pas le texte de loi qui le prouve et que je pourrai donner à la mairie.
    Pouvez vous m’aider à le trouver.
    bien cordialement.
    Catherine

  6. Bonjour Ivan,
    Depuis la loi sur la croissance de 2015, les plans locaux d’urbanisme peuvent intégrer des assouplissements dans les zones agricoles ou naturelles. Le mieux est de contacter le service de l’urbanisme pour vérifier ce qui est possible tant du point de vue des constructions que des réseaux d’eau et d’assainissement.

  7. Bonjour, bravo pour cette page ainsi que pour toute ces réponses.
    Dans mon cas j’envisage de louer dans un 1er temps 3 tentes (lodge, zome, yourte) sur un terrain agricole(N), bâtiments agricole et d’habitation a proximités
    Voila donc quelques questions qui trottes.
    Est ce que pour les sanitaires, 3 bloc de moins de 5m2 relier a l’assainissement du lieu peut être une solution? Au pire une caravane sanitaire?
    Les tentes non connectés sont elles soumises a la taxe d’aménagement?
    Est ce qu’une kitchenette de camping est considérée comme un amenagement?
    Merci d’avance

  8. Bonjour
    nous sommes toujours sur les questions d’urbanisme et de PLU (plan local d’urbanisme). Il faudra bien construire ou aménager le bloc sanitaire, douche et WC donc un permis de construire ou une déclaration de travaux. Il faut donc que le terrain et le PLU le permette.
    Quant au business plan, je le conseille systématiquement, si ce n’est pour les banques, pour soi. Un business plan, c’est raconter tout ce qu’on va faire, ce qu’on va dépenser, ce qu’on peut espérer comme fréquentation, les prix qu’on peut pratiquer (étude de marché), les investissements qu’on va faire, la rentabilité qu’on peut espérer, et la viabilité économique du projet. Le business plan, ce sont les fondations du projet. Quant aux taxes, impôts, cotisations, cela dépend du projet, de votre statut juridique, du montage fiscal, des services proposés, cela fait partie du business plan.

  9. Bonjour,
    Merci pour cet article ! Je débute tout juste dans mes recherches… J’ai pour projet d’acheter 1 à 2 bulles et d’aménager un petit container (-25m2) en espace douche+wc et coin repas (endroit ou les clients pourront prendre leur petit-déjeuner).
    Je me posais plusieurs questions:
    Sur quel terrain ai-je le droit de faire mon activité ? (terrain agricole, terrain constructible…)
    Quelles genre de taxes vais-je devoir payer pour ce type d’activité ?
    Pensez vous qu’un business plan est nécessaire ?
    Vers qui dois-je me tourner pour lancer les démarches ?
    Je suis un peu perdu et j’aimerai faire les choses correctement . Votre aide me serait très bénéfique. Merci encore. Fabien (de Haute Savoie)

  10. bonjour
    je souhaiterais me lancer pour faire des hébergement en tonneaux je voudrais savoir quelle démarche faut il faire ?
    il y en aurais au maximum 4 de 2 a 4 personnes
    faut il se mettre en auto entreprise ou pas ?
    merci pour vos info car c’est un peut flou pour moi
    cordialement

  11. Bonjour Julien
    Comme tout projet, cela doit intégrer toutes les questions d’étude de marché, de positionnement, de commercialisation, de statut juridique, de réglementation… Trois cabanes, de mon point de vue, c’est un investissement qui demande un business plan.
    Et en plus dans un projet d’hébergements insolites, en l’occurrence vos cabanes perchées, il y a les questions d’urbanisme à prendre en compte et dans ce que vous décrivez, il faudra probablement des permis de construire ou, plus probablement, un terrain qui puisse être aménagé et déclaré en Parc résidentiel de loisirs (PRL). Un simple terrain de loisirs risque de ne pas convenir, ils sont généralement non constructibles.
    L’urbanisme est vraiment central, car vous pourriez ne pas pouvoir construire et pire comme nous l’avons vu pour certains projets être obligés de démolir.

  12. Bonjour Jo,
    Si la tente est équipée, par exemple avec des blocs cuisines ou des sanitaires, elle peut être assimilée à un HLL. Il y aura une taxe d’aménagement à payer. Elle est variable et dépend des taux fixés par les collectivités territoriales. Dans le cas d’un HLL, la valeur est estimée à 10 000 euros, si le taux des taxes est de 6%, cela donne une taxe d’aménagement de 600 euros. S’il n’y a pas d’équipements et qu’il s’agit d’une simple tente, la réglementation est différente car il s’agit de la création d’un camping. attention cependant, vos hôtes devront avoir accès à un point d’eau et donc à de l’eau potable. L’installation de récupérateurs d’eau ne semble pas envisageable. Il peut y avoir des subventions pour financer la création d’hébergements insolites. Généralement, il s’agit d’un pourcentage des travaux et équipements avec un plafond. Vous pouvez vérifier ce point en contactant le conseil régional et le conseil départemental.

  13. J’ai oublié de rajouter que sa serrais pour faire des chambres d hôtes toute l’année.
    Avec salle de bains wc et jaccuzi privatif.
    Quil faudrais électricité eau et égout à proximité.
    Merci

  14. Bonjour, Avec mon mari nous aimerions trouver un terrain pour pouvoir mettre 3 cabanes perchée sur pilotis de 28m2 chacune pour que cela soit un terrain non constructible.
    Quel type de terrain faut til pour un projet comme celui ci ? ( terrain de loisir ? )…
    Pouvais vous me donner tout les renseignent nécessaire pour que notre projet puisse avancer.
    Je vous remercie.

  15. Bonjour!
    Je comptais installer une tente caidale de 50m carré en vue de louer sur un terrain m’appartenant. D’après mes recherches, ce type de logement serait considéré donc comme HLL si je l’équipe entièrement. Je dois donc m’orienter vers une déclaration d’aménager un camping ou même un PRL qui me laisserait la possibilité d’une expansion future. Je peux aussi bien prévoir d’en séparer les coins cuisines et sanitaires. Je comptais aussi pour ces derniers ne prévoir que des toilettes sèches et des douches solaires grâce à des récupérateurs d’eau et l’électricité avec panneaux photovoltaïques pour au minimum pouvoir recharger son téléphone et s’éclairer un minimum.
    Continuant mes recherches je m’aperçois qu’il existe des taxes d’urbanisme conséquentes prévoyant notamment un montant de 10 000€ par HLL, 3000€ par tente ou mobil-homme, de 2000 à 5000€ pour une place de parking, etc…
    1. Existe-t-il des aides ou des subventions à ce projet là?
    2. N’y aurait-il donc pas un moyen « plus privatif » d’installer en toute légalité cette tente en vue de la louer (quitte à en séparer cuisine et sanitaires) ?
    2. Serait-je, même à titre privé et sans louer, obligé de payer une taxe forfaitaire de 3000€ si je l’installe vide?
    Merci!

  16. bonjour Marie et Baptiste
    Il faut pouvoir déposer un permis d’aménager donc qu’une partie du terrain soit constructible ou aménageable. Les problèmes rencontrés pour transformer en PRL sont souvent liés aux zones naturelles, terres agricoles, terrains non constructibles… Mais vous semblez avoir bien conscience des démarches d’urbanisme, alors je croise les doigts, tenez-moi au courant.
    caroline

  17. Génial!!
    Merci pour votre réponse pleine d’enthousiasme!
    Alors la bonne nouvelle c’est que nous avons trouvé le terrain idéal : avec vue et environnement inoubliable, grand (quasi 5 Ha), assez isolé (mais pas trop…).
    La seule grande inconnue : les autorisations!!
    Nous avons lancé un bon paquet de démarches auprès de la com com, ddt, chambre d’agri… et on attend une commission qui devrait statuer sur notre cas!!
    La grande question : vont-ils accepter que nous créions en parallèle du projet agri (qui lui sera autorisé c’est sûr) le projet PRL (agri-tourisme et accueil de stage de santé…).
    Dans quels cas autorise-t-on ou non la création d’un PRL???

    On croise fort les doigts!!

    Marie et Baptiste

  18. Merci de votre reponse. Oui en effet je suis en attente de savoir si ce projet est realisable ou non. J’ai d’ailleurs fait etablir une clause suspensive dans le compromis, je cite » qu’il soit delivre au nom de l’acquereur un permis de construire autorisant specialement la realisation de l’operation suivante: construction d’une unite d’habitation plain pied d’une surface maximale de 100 m2 avec garage attenant, et deux autres unites d’habitation ossature bois d’au maximum 30m2 chacune separees et independantes »

  19. Bonjour Nathalie,
    Le certificat d’urbanisme dont vous parlez est probablement un certificat d’urbanisme d’information. Il a pour objet de vous renseigner sur les règles applicables au terrain que vous envisagez d’acheter. D’après ce que vous indiquez, il n’est pas certain qu’il soit possible d’installer des cabanes ou d’autres constructions en plus de la maison principale. Pour en être certain, le mieux est de contacter les services de l’urbanisme ou de demander à votre notaire de vérifier ce point avant de signer la promesse.

  20. Bonsoir,

    J’ai l’intention d’acheter un terrain constructible, et d’y faire construire ma maison et 2 cabanes de 25 m2 chacune pour location saisoniere. Je n’arrive pas a savoir dans quelle categorie je rentre, meubles de tourisme comme residence secondaire ou principale, seule l’entree au terrain est commune. Gite, hebergement insolite ? Je suis completement perdue. Est il necessaire d’installer des compteurs d’eau et electricite pour chaque cabane ? La Rt 2012 est elle applicable aux cabanes? Est qu’en est il des normes PMR? Puis je installer un seul assainisssment individuel pour ces trois constructions? De plus le CU mentionne que le terrain est pour un projet de construction d’une habitation. Je ne peux apparemment pas faire de logement attenant si il s,agit de meuble de tourisme car parait il le vis a vis doit etre evite et chaque logement/cabane doit disposer d’espaces exterieur privatif.
    Merci de votre réponse

  21. Bonjour Marie et Baptiste,
    Votre idée est sympathique. La difficulté consiste peut-être à trouver un terrain propice à la fois suffisamment grand mais également aménageable pour y installer les cabanes et le bloc-sanitaire. L’environnement sera certainement décisif pour que l’expérience soit inoubliable. Attention, la formule aire naturelle de camping ne permet pas d’installer des HLL, il faut plutôt vous orienter vers un Parc résidentiel de loisirs.

  22. Bonjour,
    Nous avons un projet global visant l’autosuffisance avec 2 axes principaux : la permaculture et la santé.
    Nous souhaitons nous installer sur un terrain vierge pour ne réaliser que des constructions autonomes (énergie, auto-construction).
    Une habitation simple (pour y habiter dans le cadre de notre projet agri) et ensuite une aire naturelle de camping ou PRL avec bloc sanitaire (douches solaires et toilettes sèches), une « guinguette » (cuisine ouverte) ainsi que 5 HLL insolites de 15 m2 chacune.
    Enfin, un bel espace de travail (kiosque) pour réaliser (sur la période estivale) des stages de santé (car je suis kinésithérapeute : gym du dos), développement personnel, danse, yoga……..

    Que pensez vous de notre projet et quels conseils auriez-vous?
    Merci d’avance.

    Marie et Baptiste

  23. Bonjour,
    Il y a très peu de possibilités d’aménagement en zone naturelle sauf si la commune a défini des zones spécifiques comme les Secteurs de taille et capacité d’accueil limitées (STECAL). Il est important de consulter le PLU car il doit détailler les règles applicables aux différentes zones naturelles ou forestières. Vous pourrez ainsi vérifier la situation du terrain que vous avez repéré.

  24. Bonjour,
    L’idée d’habitat insolite nous trotte également dans la tête depuis un moment.
    Nous venons de trouver un terrain qui se situe dans une zone naturelle (rive de Loire). Le PLU indique que toute construction est interdite. Pensez-vous qu’un habitat type pyramide de verre (toute petite emprise au sol), sur place seulement 3 mois de l’année serait envisageable ?

  25. Bonjour,
    La première étape consiste à vérifier les règles d’urbanisme afin de de vous assurer qu’il est possible d’installer des roulottes sur votre terrain. Par exemple, si le terrain est dans une zone incontructible, cela ne sera pas possible. Une fois ce point éclairci, je vous recommande de réfléchir au projet lui-même. Pour vous y aider, vous pouvez trouver un fil conducteur sur le site d’Accueillir Magazine : https://www.accueillir-magazine.com/createurs/methodologie.html.

  26. Bonjour
    Je viens de repérer un terrain de 7000 m2 ( une maison de 150m2 qui serait la notre est présente) j’aimerai mettre des roulottes. Comment dois je m’y prendre?

  27. Bonjour Catherine,
    L’installation de la bulle et du tipi peut s’effectuer sur un camping déclaré sous réserve que ces hébergements ne comportent pas de blocs sanitaires à l’intérieur mais celle de la cabane et de la roulotte est plus complexe car il s’agit de constructions mêmes si elles sont démontables. Vu l’ampleur du projet et les services communs qui vont être présents – bloc sanitaire, pièce commune… – le plus logique consisterait à passer par un permis d’aménager et la création d’un Parc résidentiel de loisirs. Au préalable, je vous recommande de vous faire accompagner dans ce projet par un professionnel de l’urbanisme, un architecte par exemple, car il va falloir probablement déposer un permis d’aménager.

  28. Bonjour, je possède avec 4 autres copropriétaires un terrain d’un hectare. Nous sommes donc en copropriété soumis à loi sur l’habitation et pas ERP. Chaque copropriétaire possède sur ce terrain une maison. Ces maisons sont « meublés de tourisme » Nous souhaitons diversifier l’offre y ajouter des logements insolites et des logements éphémères :
    – 1 cabane dans les arbres (autonome)
    – 1 roulotte (autonome)
    – 1 bulle et un tippie avec construction d’un espace sanitaires.
    Je vais donc disposer de HLL et de tentes .
    Comment dois je me déclarer pour ces hébergements supplémentaires?
    Merci

  29. Bonjour
    Les zones ND font parties des zones naturelles. Le classement en ND signifie qu’elles doivent être protégées, si bien qu’en général les Plans locaux d’urbanisme y interdisent les nouvelles constructions ou les changements de destination. Ceci étant, le PLU peut prévoir des dérogations comme par exemple la réhabilitation de bâtiments agricoles désaffectés voire l’extension de bâtiments existants. Il est recommandé de contacter le service de l’urbanisme pour vérifier les règles applicables ainsi que les contraintes qu’il faudra respecter en matière de déserte, de raccordement ou d’assainissement par exemple.

  30. Bonjour,
    Je souhaiterais savoir s’il est autorisé d’exploiter des chambres d’ores dans une zone forestière classée ND1.
    Merci pour votre réponse

  31. Bonjour Béa,

    Je comprends que la cuisine sera partagée entre les trois familles qui occuperont les kotas dans un kota séparé, ce qui est difficilement envisageable dans une offre de gîte ou meublé de tourisme. Cela correspond peut être mieux à des chambres d’hôtes. Ceci étant le kota comme le chalet ou la cabane sont considérés généralement comme des Habitations légères de loisirs (HLL). Vu que vous envisagez d’en installer un certain nombre sur le terrain, votre projet peut relever de la réglementation applicable aux Parcs résidentiels de loisirs (PRL).

  32. Bonjour, j’ai un projet qui me trôte depuis quelques années, ,je souhaiterais installée dans mon jardin des hebergement insolite 3 kota finlandais avec sanitaire incorporé et coin repas de 20 m2 sur mon terrain il y en auras 3 , je mettrais un spa finlandais et un petit kota grill..quelle sont les règles à respecter et comment déclarer ceci gîte, chambre d’hôte ? Merci de vos reponses

  33. Bonjour Jeanne,
    Avant de vous lancer, il faut vérifier que votre terrain peut accueillir des yourtes. Si les tentes sont démontables et qu’elles ne comportent pas de bloc sanitaire, il peut s’agir d’un simple camping déclaré. Il faut vérifier que le plan local d’urbanisme autorise la création de ce type de campings sur la parcelle. Il y a également la question du bloc sanitaire puisque vos hôtes doivrent avec accès à un point d’eau et à des toilettes. L’installation de ce petit bâtiment peut nécessiter une déclaration préalable voire un permis de construire, le service de l’urbanisme de la commune doit pouvoir vous répondre sur la faisabilité de votre projet.

  34. bonjour,
    je suis au tout début d un projet qui me trotte dans la tête depuis plusieurs années.
    je souhaiterai créer des yourtes d hôtes ( autosuffisante et de bien être ) , avec toilette sèche et panneau solaire
    ( pas plus de trois yourtes pour commencer)
    avec des stages de naturopathie, permaculture, de massage de bien être , montrer qu on peut vivre autrement en étant autosuffisant.. tout en combinant le bien être ..
    j ai trouver un terrain de 1.17 hectares de terre.. j y habiterai
    comment puis je savoir ci cela est faisable??
    merci par avance
    jeanne

  35. Bonjour,
    Nous avons un projet global visant l’autosuffisance avec 2 axes principaux : la permaculture et la santé.
    Nous souhaitons nous installer sur un terrain vierge pour ne réaliser que des constructions autonomes (énergie, auto-construction).
    Une habitation simple (pour y habiter dans le cadre de notre projet agri) et ensuite une aire naturelle de camping avec bloc sanitaire (douches solaires et toilettes sèches), une « guinguette » (cuisine ouverte) ainsi que 5 HLL insolites de 15 m2 chacune.
    Enfin, un bel espace de travail (kiosque) pour réaliser (sur la période estivale) des stages de santé (car je suis kinésithérapeute : gym du dos, développement personnel, danse, yoga……..).
    La grande question : où s’informer pour avoir des infos sérieuses sur la règlementation des PLU pour nos HLL (le prefet restant visiblement le principal décisionnaire même si les mairies sembles favorables) pour une démarche de CU classique ou de STECAL (sachant que notre habitation principale rentrerait dans le cadre de notre projet agri mais pas le volet « touristique » d’après nos sources).
    Hors les démarches du STECAL restent très aléatoires et longuent… Nous avons repéré un terrain mais c’est un peu l’inquiétude du « coup de poker » clairement dans le sens de la réalisation du projet dans sa globalité!
    Merci d’avance pour vos précieuses indications.
    Marie et Baptiste

  36. Bonjour Mathilde,
    Jusqu’à 20 m² d’emprise au sol ou de surface de plancher, il s’agit normalement d’une déclaration préalable. Avant d’acheter la maison et le terrain, je vous recommande de contacter le service de l’urbanisme pour présenter le projet en détail et de vérifier sa faisabilité, notamment le fait de disposer plusieurs bâtiments sur la propriété.

  37. Bonjour, je souhaite acquérir une petite maison sur un terrain de moins d un hectare pour y mettre des roulottes et aménager le garage existant pour les sanitaires. Faudra t il un permis de construire ?

  38. Bonjour,
    Je souhaite acheter un terrain constructible avec une maison pour en faire ma résidence principale. Par la suite, j’ai comme projet de construire des kerterres (logement en forme de dôme de moins de 20m2 en terre) pour les mettre en location lors en saison. Comme ces logements ne sont pas encore très « connus », j’ai beaucoup de mal à avoir des informations…
    De quelles autorisations aurais-je besoin pour cela?
    Merci beaucoup

  39. Bonjour, quelqu’un pourrais me transmettre l’Email de Guillaume SANSON , plus haut en commentaire ? j’aurais la même idée, je souhaiterais qu’on se mette en relation pour des infos,

    cordialement,
    Francis

  40. bonjour
    on est d’abord sur des questions d’urbanisme principalement, il faut d’abord regarder le PLU qui peut interdire des campings dans certaines zones. Et puis sur la question des sanitaires, il faut au minimum l’accès à un point d’eau potable, WC et lavabo, donc on en revient à l’aménagement d’un petit bâtiment, et donc au PLU et au constructible éventuellement.

  41. Bonjour Marie,
    L’installation de cabanes, de roulottes ou de chalets va nécessiter une autorisation d’urbanisme : permis d’aménager, permis de construire, déclaration préalable…. Cela n’est pas toujours possible en zone agricole sauf si le Plan local d’urbanisme prévoit des Secteurs de taille et de capacité d’accueil limitée (STECAL). Je vous recommande donc de contacter le service de l’urbanisme pour connaître les règles applicables à votre terrain. Si l’installation de ces hébergements est possible, leur fonctionnement relève le plus souvent de l’habitation légère de loisirs (HLL) plus rarement de la chambre d’hôtes.

  42. bonjour
    Je souhaites créer une micro structure d’hébergement de type insolite :
    6 tentes non équipés de cuisine ni de sanitaires
    superficie de la tente moins de 20 M2
    pour un accueil de 20 personnes maximum
    exploitation de 8 mois par an
    sur terrain privé de 1 hectare constructible ou pas attenant avec habitation privée
    de quelle autorisation ai je besoin ? pour cette formule
    merci

  43. Bonjour,
    Nous sommes aux balbutiements de notre projet. Je suis en formation de naturopathe iridologue, mon compagnon est maréchal ferrant et commence une reconversion pour être équi-thérapeute. Nous souhaitons acheter un terrain agricole pour y créer au fur et à mesure un lieu de soin, de rencontres et échanges thérapeutiques, avec des logements types : caravane vintage, cabane, roulotte… pas plus de 4 ou 5. Ainsi qu’un élevage de shetlands (4 ou 5 poulinières). A cours terme, nous souhaitons également vivre sur place dans un chalet et des roulottes et à terme construire une maison différente des critères habituels. Voilà en gros nos objectifs.
    Ces logements locatifs pourront-ils être considérés comme des chambres d’hôtes ?
    Je vous remercie de votre réponse, notre projet touche différents secteurs d’activités, celui des logements insolites est également réglementé et je ne sais pas trop comment m’y prendre.
    Le fil rouge est la santé au quotidien, le bio et l’autosuffisance.

  44. Bonjour Perrine,
    Les bulles sont assimilées à des tentes lorsqu’elles ne comportent pas de bloc sanitaire. Pour en installer trois sur votre terrain, cela suppose d’effectuer une déclaration en mairie en tant que camping déclaré. Il faut bien sûr que vos hôtes aient accès à un point d’eau et à des toilettes, ce qui peut nécessiter de construire ou d’agrandir un bâtiment, un permis de construire ou une déclaration préalable sera alors nécessaire pour l’aménagement de ce bloc sanitaire. Il est donc important de contacter le service de l’urbanisme pour vérifier la faisabilité de votre projet.

  45. Bonjour à tous,

    nous souhaitons installer 3 bulles dans notre terrain ou se trouve notre résidence principale. mais avec tout ce que je lis sur la règlementation d’implantation, je ne sais plus dans quelle catégorie on entre? avons nous besoin d’un permis de construire? le terrain doit il nécessairement être constructible? et avons nous obligatoirement besoin de l’accord du maire et de l’urbanisme?

    merci de votre aide, Perrine

  46. Bonjour Guillaume,
    Cela dépend du type d’hébergements que vous envisagez d’installer sur le terrain, puisque les yourtes non équipées peuvent être implantées sur un camping déclaré ou sur une aire naturelle de camping alors que les tonn’homes et les bariques ne peuvent pas y être installées. Elles relèvent du droit commun de l’urbanisme avec permis de construire ou permis d’aménager. Il faudrait donc vérifier auprès des services de l’urbanisme ce qui est possible sur le terrain. De plus, il faudra que les visiteurs puissent avoir accès à un point d’eau et à des toilettes, ce qui nécessite probablement le raccordement du terrain au réseau et peut-être la construction d’un bâtiment sanitaire, sous réserve que le plan local d’urbanisme le permette.

  47. Bonjour, j’ai pour projet d’acheter un terrain pour y mettre des hébergements insolites de type yourte, tonn’home dans le département de la Manche. La superficie du terrain au maximum d’un hectare, en campagne. Ce terrain ne serait pas à proximité de mon habitation mais dans un rayon de 15 kilomètres de celle-ci. Il y aurait à terme au maximum 6 hébergements de type insolite sur ce terrain.
    Aujourd’hui pour commencer ce projet je souhaiterais savoir qu’elle classification aurait mon projet (aire naturelle de camping ou autres).
    Si vous avez des informations je suis preneur. Je vous remercie d’avance.
    Cordialement
    Guillaume

  48. Bonjour Olivier,
    L’obligation de vivre sur place concerne les chambres d’hôtes car il s’agit d’un hébergement chez l’habitant. La présence sur place d’un personnel formé est également exigée pour les hébergements qui relèvent de la réglementation des Etablissements recevant du public mais les habitations légères de loisirs – roulottes, cabanes… – peuvent ne pas en relever.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.