Les créateurs de chambres d’hôtes viennent souvent vers moi me demander quelles sont les statistiques à utiliser pour construire leur business plan ou leur budget. Et c’est d’autant plus justifié que je leur conseille de faire une petite étude de marché, qui consiste aussi à analyser des données statistiques. Un des objectifs de cette étude de marché : définir un taux de fréquentation cohérent pour leur maison d’hôtes. En plus, c’est rassurant, avant d’acheter un bien immobilier et de faire des travaux, de pouvoir disposer de moyennes constatées dans des chambres d’hôtes de la ville, de la région ou du département.

Etudier toutes les statistiques de fréquentation

Hélas ces statistiques n’existent pas toujours, cela dépend des enquêtes menées localement par les collectivités territoriales, les offices de tourisme ou les associations comme Gîtes de France ou Clévacances auprès de leurs adhérents. Et cela dépend aussi du nombre de propriétaires qui ont accepté de répondre à ces questionnaires, souvent jugés indiscrets. Sans compter que l’activité de chambres d’hôtes est atypique, il y a des maisons ouvertes toute l’année, d’autres non, des propriétaires qui ont un site internet, des inscriptions dans des annuaires, sont référencés dans des guides et d’autres dont les chambres d’hôtes sont seulement présentes sur le site de leur office de tourisme parce qu’ils ne cherchent pas particulièrement un taux de fréquentation important. Faire des statistiques avec des comportements aussi différents est compliqué.
En revanche, il est toujours possible de consulter les statistiques de l’hôtellerie, des campings ou encore des meublés de tourisme et gîtes ruraux gérés en centrale de réservation. Certes ces hébergements sont différents des chambres d’hôtes mais leurs statistiques sont intéressantes si on regarde les évolutions sur plusieurs années, le comportement des uns et des autres selon le niveau de confort ou encore pour bien comprendre quelle est la durée de la saison touristique et la fréquentation hors saison.

Se méfier du taux d’occupation moyen

Il ne faut jamais oublier que toutes ces statistiques ne sont que des moyennes entre des hébergements souvent très différents les uns des autres. Pour ceux qui ont des souvenirs de leurs cours de statistiques, il faudrait disposer de l’écart-type, vous savez cette mesure de dispersion autour de la moyenne qui permet de savoir si tous les hébergements ont des comportements similaires ou non.
En réalité, très souvent, la moyenne est à considérer avec précaution car les taux d’occupation sont peu homogènes d’un établissement à l’autre et varient selon l’emplacement à 10 kilomètres près. Nous avons tous en tête des villes et villages très fréquentés où il est quasi impossible de trouver un hébergement de dernière minute tandis qu’à quelques kilomètres les hébergements sont nettement moins réservés. Il est difficile de comparer le bord de mer à l’arrière pays, la ville à la campagne et la ville à la banlieue, la plaine à la montagne, une zone industrielle à un territoire touristique. Donc, il faudrait arriver à avoir à la fois des chiffres globaux et ceux d’une bande de territoire plus restreint.

Alors pourquoi chercher des statistiques ? Parce que cela donne un point de repère autour duquel construire son projet, parce qu’il faut bien partir d’une hypothèse pour dérouler son projet, parce que si l’ensemble des prestataires sur le territoire ont eu un taux de fréquentation moyen, on peut espérer faire mieux. Il y a tous ceux qui sont au dessus de la moyenne, mais on peut aussi éviter de croire au Père Noël et partir sur des hypothèses de chiffre d’affaires irréalistes.