Le nombre de maisons d’hôtes est stable désormais en France, les ouvertures compensent les fermetures de chambres d’hôtes. Ce n’est pas forcément perceptible tant les médias parlent des créations, des projets, des nouvelles adresses de charme ouvertes et consacrent un espace médiatique important à la chambre d’hôtes. Lors de nos formations pour ouvrir une maison d’hôtes, j’ai régulièrement la question de savoir pourquoi certaines maisons ferment.

Comme toute entreprise

Evidemment, il y a toutes les raisons logiques :
– On arrête l’activité pour la retraite après quelques années voire plus de vingt ans, tout dépend quand on s’est lancé dans l’aventure et quels étaient les objectifs de départ, pour certains, c’était une activité sympathique le temps de compléter quelques années de cotisations retraite aussi.
– Mutation du conjoint, divorce, maladie, raisons familiales, on n’a pas le choix, cela se produit partout malheureusement, en maison d’hôtes aussi.

Mais en chambres d’hôtes comme dans tous les autres types d’activités économiques, il y a aussi des arrêts liés à l’échec. Mauvais taux de remplissage, trésorerie en berne, les causes sont connues et classiques, ce qui est intéressant ce sont les raisons.

La trésorerie

Vu les taux d’intérêts très bas en ce moment, la question se pose d’emprunter un peu plus à son banquier et de garder de quoi faire face aux dépenses les premiers mois.
Notamment quand on crée une maison d’hôtes, les travaux par expérience prennent plus longtemps que prévu, ce qui provoque parfois un décalage du démarrage de la location et ils coûtent aussi plus chers ou il y a des imprévus, donc on vide sa trésorerie ou on doit se réendetter.
Malgré une étude de marché, on n’est pas à l’abri d’un décalage entre les prévisions de fréquentation et les réservations réelles des chambres d’hôtes et locations touristiques. Cela se corrige, se réajuste mais cela demande aussi d’avoir le temps –d’inverser la courbe-, non mauvais choix de mots, de trouver les solutions.

Sous-estimer la communication

Souvent, très très souvent, ont été sous-estimés les efforts à faire pour faire connaître son hébergement touristique, site internet, réseaux sociaux, annuaires, centrales de réservation, pas simple se s’y retrouver et de trouver les bonnes solutions pour sa maison d’hôtes. Si on n’a pas pris le temps de s’y pencher, si le site internet est en ligne seulement avec l’ouverture des chambres d’hôtes, le démarrage peut être plus difficile et donc retour sur la trésorerie défaillante.

La méconnaissance ou le manque d’information

ainsi que le manque de culture entrepreneuriale sont aussi un danger pour toute activité. Je rencontre encore des personnes qui ignorent la fiscalité et ne se rendent pas compte de ce qu’elles vont avoir à payer. Taxe de séjour, prélevée au sou le sou, encore ne faut-il pas oublier de la faire payer, CFE, l’ancienne taxe professionnelle, taxe foncière, cotisations sociales, impôts sur le revenu… Si on ne l’a pas prévu, cela ne va pas passer. Les factures d’eau et de chauffage peuvent faire très mal aussi. En un mot si on s’est lancé sur ses seules prévisions de chiffre d’affaire en pensant que trésorerie égale revenus, cela conduit peut-être à la cessation de paiement ou à la faillite. Et malheureusement je rencontre des porteurs de projet qui sous-estiment l’importance de faire un budget complet et réaliste. Parce que cela semble simple de tenir une maison d’hôtes !

Avoir négligé la réglementation

Cela peut aussi conduire à la fermeture administrative ou à l’impossibilité de menser à bien une partie de son projet, à moins que les coûts engendrés par les erreurs soient impossibles à couvrir.

En dernier et pas le moindre,

L’erreur dans le choix du projet initial

La chambre d’hôtes véhicule une sorte d’imaginaire, – oserai-je dire fantasme ? – qui voit des personnes s’y lancer. Elles sont heureuses le temps de la création, l’adrénaline, la recherche de l’immobilier, l’aménagement, les travaux, la décoration, mais malheureuses quand vient le temps d’ouvrir les chambres d’hôtes, d’accueillir au quotidien, ce qui est bien l’objectif final d’une maison d’hôtes. Ces maisons ouvrent et referment très vite. Ceci dit, j’ai l’impression qu’avec Bienvenue chez nous, l’émission anti-chambres d’hôtes, cet imaginaire est en voie de disparition !

Je vous souhaite de vous épanouir dans votre activité future de loueur de chambres d’hôtes ou locations touristiques, pour cela il faut s’informer et tout mettre à plat. Parce que les mauvaises surprises, il les faut mieux sur le papier que quand on est installé. Et pour bien démarrer un projet, et bien il y a notre pack du créateur et vous pouvez aussi venir nous rencontrer dans nos formations, nous vous parlerons, Charles et moi, de tous les sujets à penser, des pièges à éviter et vous saurez tout des réglementations, de la fiscalité, du budget, du business plan, des moyens de se faire connaître…
Bon courage car un projet bien conçu a toutes les chances de voir la réussite de sa maison d’hôtes.