J’en profite pour faire un point de la journée passée au Forum de l’Emploi des Cadres et de la Création d’Entreprise hier.
A côté des questions classiques auxquelles nous avons répondu – le nombre maximum de chambres d’hôtes, le fonctionnement du statut d’auto-entrepreneur, la rentabilité des chambres d’hôtes… –  nous avons discuté avec un autre exposant qui accompagne les créateurs d’entreprises et qui est lui aussi confronté à un tabou « l’étude de marché ».

Ces mots font peur à de nombreux créateurs d’entreprises, si bien que certains évitent cette étape, d’autres sont convaincus qu’ils n’en apprendront rien, ils ont déjà tout projeté dans leur tête, ils sont sûrs de connaître leur secteur.
Et pourtant c’est l’étude de marché qui va permettre de faire des choix. Pour les chambres d’hôtes, comment définir ses prix, ses aménagements, ses équipements, ses arguments promotionnels et ses outils de communication sans avoir au préalable analysé le tourisme sur son territoire ?
Faut-il adhérer à un label ? Faut-il avoir un site internet limité à quelques pages ou plus riche et traduit en plusieurs langues ? Il n’y a pas une vérité absolue mais uniquement des vérités relatives fonction du territoire, des hébergements existants et des attentes des visiteurs.

Pour les porteurs de projet qui ne sont toujours pas convaincus de l’utilité de l’étude de marché, un calcul financier peut peut-être les décider à s’y pencher. L’étude de marché va révéler des investissements judicieux qui vont séduire les hôtes mais aussi les dépenses à éviter parce que les aménagements pensés ne sont pas attendus, ce n’est peut-être simplement pas la bonne région ou la bonne maison pour les y proposer.
Faire une étude de marché pour créer sa chambre d’hôtes, peut sembler très compliqué, mais dans les faits, pour ouvrir une chambre d’hôtes, c’est à la portée de tous, cela demande une ou deux journées de travail, un peu de méthodologie et d’organisation, c’est dommage de s’en priver.