C’est le paradoxe, on ouvre une maison d’hôtes, tout est beau, propre, pensé pour le confort de ses hôtes. On a fait ce projet pour accueillir et on se retrouve « enfermé » dans une prison dorée. Ce billet m’a été suggéré récemment par une créatrice de chambres d’hôtes et elle a raison.

Dans les premiers temps, on est tellement submergé par tout ce qu’on a à faire, travaux, aménagements, accueil, réservations… qu’on ne sort plus de chez soi, que pour faire des courses, liées à l’activité bien sûr. On déjeune travaux, on dîne fiscalité, on dort référencement de sites internet. Certains propriétaires en activité se rappellent probablement même avoir campé dans leur partie privée, parce que pas le temps, ni le courage de reprendre des travaux et de s’aménager son coin à soi alors que tout ce qui est dédié aux chambres d’hôtes est impeccable. Certains même ne se baignent pas dans leur propre piscine ou ne vont pas dans leur spa.

Après quelques saisons, le rythme vient, on connaît ses moments creux et on retrouve un rythme de vie.

Alors cela dépend beaucoup des caractères de chacun, certains ont l’art de garder une vie équilibrée peu importe le stress et la charge de travail, d’autres moins !
C’est important pour celui qui est du style à se plonger corps et âme pour gérer un projet de se forcer à se prévoir une plage de temps pour lui où il va faire quelque chose qu’il aime. Parfois on a envie de lâcher, trop de travail, trop de choses qui tournent dans la tête…
En fait, c’est vous qui faites de votre maison un lieu d’accueil unique et vos hôtes seront heureux si vous êtes disponible dans votre tête, si vous êtes détendu et cela passe sûrement par prendre soin de vous et vous ressourcer en vous livrant à vos activités favorites. En ouvrant des chambres d’hôtes, vous ne signez pas pour renoncer à toute vie personnelle !