Cette nouvelle année 2009 démarre. Avec elle, des projets voient le jour. On a un peu tendance, même si on s’en défend parfois, à prendre de bonnes résolutions. Et parmi elles, pourra se glisser celle d’ouvrir des chambres d’hôtes. Loin de moi l’envie de vous en dissuader. Ou plutôt si !
Si vous pensez que vous partez vers un monde merveilleux, digne de la Petite maison dans la Prairie, un monde sans nuage où plein de gentils copains, tout sourire, vous aideront autour d’une table bien garnie, arrêtez tout de suite.
Ouvrir des chambres d’hôtes, ce n’est pas tout rose, comme dans toute activité humaine. Il y aura beaucoup de ménage, de cuisine, de levers matinaux, de couchers tardifs. Et des moments d’angoisse, surtout au début, à attendre le téléphone sonner pour prendre des réservations. Il y aura aussi des hôtes grincheux, peu mais cela arrive, des couples qui se disputeront, des enfants mal élevés.

Il y aura aussi bien sûr des moments de bonheur, de passion, des rencontres, des tables d’hôtes fabuleuses..

Le problème, c’est que j’ai encore au téléphone de doux rêveurs, optimistes – c’est une vertu certes – mais qui sous-estiment le travail et la difficulté parfois de remplir ses chambres surtout quand on a un crédit à la banque, qui pensent qu’acheter une belle maison suffit. Et je sais trop bien ce que cela donne, comme dans toute activité, une grosse déception et des créateurs qui s’arrêtent au bout de deux ou trois saisons.

Alors si j’ai un voeu pour vous créateurs de chambres d’hôtes, pour bien réussir votre projet, soyez réaliste, renseignez-vous, formez-vous, allez en chambres d’hôtes discuter avec les propriétaires, examinez les côtés positifs mais aussi regardez lucidement les aspects moins sympathiques, soyez réalistes et vous mettrez toutes les chances de votre côté.