Souvent, le point de départ de ce projet, c’est votre envie de faire chambres d’hôtes. Après arrive la question du comment. Quelles démarches vais-je devoir accomplir ? Par quel bout commencer mon projet ? Ai-je pris en compte tous les éléments ?

Il faut faire preuve d’un peu de méthode. Une des techniques consiste à bien décortiquer le projet pour ne rien oublier. Et notamment les activités que je vais ou que je rêve de mener sur place. S’il y a bien un moment du projet où il faut ouvrir le champ des possibles, rêver sans contrainte, ne se donner aucune limite, c’est bien le démarrage.

Passer du rêve au projet
D’abord, lister son rêve sans se bloquer, sans se mettre de freins, ensuite regarder la faisabilité.
Il y a des règles ou contraintes à connaître. En effet, la chambre d’hôtes, la table d’hôtes, l’accès à une piscine ou un bain à remous, les activités thématiques doivent respecter certaines règles. J’ai donc besoin pour chacune de ces activités de bien m’informer sur les obligations légales. Cela peut m’éviter de faire des dépenses superflues, des choix à revoir en matière d’équipement et surtout cela me permet de penser le projet dans sa globalité et d’anticiper des aménagements ou travaux, même si je ne les mène pas à terme maintenant.
Pendant le montage financier et technique du projet, cela m’obligera certainement à trier, à éliminer ce qu’on ne peut pas faire notamment à cause des coûts, se concentrer sur l’essentiel, reporter quelques investissements à plus tard pour un deuxième temps.

Quand je rencontre des porteurs de projet qui sont encore très en amont de leur business plan, je suis parfois surprise de voir qu’ils se sont eux-mêmes interdits certaines activités ou aménagements, parce qu’ils pensent a priori qu’ils ne sont pas réalisables ou parce que des loueurs en activité leur ont dit que ce n’était pas possible.
Peut-être, mais autant le vérifier, au pire ils auront eu raison et passé quelques heures de travail dessus ce qui n’est de toutes les façons pas une perte de temps, au mieux, ils ont une marge de manoeuvre.
A un moment le rêve doit se confronter à la réalité, – et je suis la première à conseiller étude de marché, business plan avec plan de financement réaliste – mais ne pas se permettre de rêver son projet surtout quand on veut ouvrir des chambres d’hôtes, quel dommage !
Et puis rêver son projet de maison d’hôtes, c’est aussi se donner les moyens de la personnaliser, de la rendre unique et pas de refaire ce qui existe déjà. Après tout quand on se lance dans ce projet de vie, c’est bien qu’on a un grain de folie. Autant qu’il s’exprime, c’est cela aussi la clé des grands succès !

Je vous rappelle que pour vous aider dans le passage à l’acte, nous proposons des stages de formation de deux jours ainsi qu’un guide le Pack du créateur.

Et, comme nous sommes toujours en janvier, je vous adresse tous mes vœux de réussite.