Pour être honnête, je n’aime pas trop le mot de conseil. Mais je l’emploie quand même à dessein dans ce billet pour parler d’un postulat qui me semble franchement sous-estimé par les créateurs de projet. Quand je dis sous-estimé, c’est que quand j’en parle dans une formation ou une conversation, j’ai toujours l’impression d’enfoncer les portes ouvertes. Et pourtant accueillir des hôtes chez soi, puisque c’est de cela qu’il s’agit, cela ne me semble pas si évident !

Donc, avant de commencer les démarches, recherche d’immobilier, travaux,  études de marché… et quelles que soient les attentes économiques ou patrimoniales que vous avez…

Premier conseil, êtes-vous prêt à changer de vie ?

Pour ouvrir des chambres d’hôtes, il faut être prêt à accueillir des étrangers chez soi. Etre toujours disponible, de bonne humeur quels que soient ses  problèmes personnels, se lever tôt pour les petits déjeuners, passer beaucoup de temps à faire ménage, jardinage, cuisine…  mais aussi comptabilité, fiscalité, passer des heures sur internet, au téléphone…, travailler énormément
Et la famille, parce que enfants, conjoint, chien, chat sont embarqués avec vous, les hôtes seront dans la maison, sur la propriété et même si c’est dans une dépendance, leur vie en sera affectée.
Et il faudra plusieurs fois par semaine, expliquer quoi visiter, répondre à des questions sur ce qu’il y a à faire autour de la maison d’hôtes, parler de sa vie…

En fait, je trouve cela très contraignant et réservé à bien peu de monde. Il faut être plus, bien plus, que sociable, je dirai qu’il faut avoir des capacités d’empathie, aimer les gens a priori.
Il me semble que cela demande réflexion, car c’est quand même un nouveau mode de vie et si on n’y est pas heureux… et bien, c’est l’horreur et les hôtes non plus ne se sentiront pas bien.

Deuxième conseil, la création n’est qu’une étape

Et je rappelle que la création des chambres d’hôtes, ce n’est qu’une étape, une étape enthousiasmante, on achète une maison ou on fait des travaux, on décore, l’adrénaline est là à 120 %, mais après il y aura le quotidien. Il faut avant de démarrer son projet se projeter sur ce quotidien qui sera le sien, jour après jour.

Troisième conseil, autant mener son projet en personne informée

Il y a des réglementations dans notre pays, comme dans tout autre d’ailleurs. Les connaître avant, cela évite de faire de mauvais choix, qui peuvent coûter chers. Autant s’informer en amont, il suffit de lire Accueillir Magazine pour connaître l’actualité du secteur et les réglementations en vigueur, et vous pouvez aussi venir à une de nos sessions de formation, deux jours denses, mais vous repartirez avec un projet sécurisé.

Et ensuite ? Cela boucle avec un dernier conseil pour aujourd’hui,  on vit heureux quand on est en mouvement, les propriétaires que je connais ou avec qui je discute régulièrement par téléphone, mail ou Facebook ont tout le temps des projets, d’autres avaient la création comme projet mais plus rien après, c’est moins top.

Enfin, « les conseilleurs ne sont pas les payeurs », donc vous ferez ce que bon vous semble de ces réflexions personnelles.