Je sais que sur ce blog, je recommande aux créateurs de chambres d’hôtes de faire un business plan, une étude de marché, de s’informer sur les réglementations, fiscalités, etc. Oui, mais si tout ceci est nécessaire, cela ne suffit pas.  Un business plan, c’est une colonne vertébrale, cela permet de poser les questions, d’apporter les réponses techniques.
Ensuite, il faut presque l’oublier, parce que de toutes les façons, au résultat vos chambres d’hôtes ne seront pas le reflet du business plan. En fait, ce qui est indispensable, c’est la capacité d’adaptation de l’entrepreneur. Et par entrepreneur, j’entends celui qui entreprend, peu importe son statut juridique.

Au-delà du secteur des chambres d’hôtes, j’ai vu au cours de ma vie professionnelle de jeunes entrepreneurs présenter des business plan impressionnants. Sur le papier tout roule, des dizaines de pages, de diagrammes, de camemberts. Ils reçoivent même parfois des prix pour encourager les jeunes entreprises, parce que sur le papier tout est parfait, il y a des réponses à toutes les questions posées. Et pourtant, cela ne marche pas. Et oui, parce qu’il reste  toutes les questions pas posées ou oubliées, tous les tours que la vie s’emploie à déployer, le côté humain imprévisible. Et si l’entrepreneur est psycho-rigide, s’il se rassure en lisant ses prospectives, s’il ne s’adapte pas à la réalité, s’il ne voit pas ses points faibles, s’il s’obstine à dérouler son plan original, il est foutu, parce que autour de lui le monde change et très vite.

Revenons aux chambres d’hôtes. Entre ce qui est prévu et la réalité sur le terrain, une fois les hôtes présents, il faudra adapter. Le petit déjeuner va évoluer, la table d’hôtes aussi, peut-être l’aménagement des chambres, les horaires, les prix, la façon de communiquer, le site internet, les photos… Il y aura des adéquations à faire plus ou moins rapidement, dès la première semaine ou à la fin de la première saison. Il y aura aussi des usages locaux, des demandes des hôtes, la découverte de nouveaux partenaires régionaux. La découverte du quotidien aussi qu’on peut préparer mais qui se révélera forcément différent de ce qu’on aura prévu.

La force vive de vos chambres d’hôtes c’est vous-même, faites-vous confiance, faites confiance à votre intuition, cela a au moins autant de valeur que tous les tableaux de chiffres. Préparation technique associé à intuition et réactivité, c’est le tiercé gagnant à coup sûr pour réussir la création de ses chambres d’hôtes.

Et Horizon Hôtes, une trame de business plan et de budget est offert à toux ceux qui participent à nos formations, 2 jours pour ouvrir ses chambres d’hôtes