Pour les créateurs de chambres d’hôtes et / ou meublés de tourisme qui n’ont pas une propriété adaptée à une activité d’hébergement ou qui veulent profiter de ce projet pour s’installer dans la région de leur rêve, trouver le bien immobilier est compliqué, pour de multiples raisons traitées régulièrement sur ce blog, qui vont, de l’emplacement, de la possibilité de faire les travaux, du prix évidemment…
L’un des autres problèmes en cette période difficile économiquement, c’est aussi que cela peut demander du temps avant d’ouvrir ses chambres d’hôtes, de quelques mois à plusieurs années, selon l’importance des travaux. Ce qui veut dire que pendant ce temps, soit on surveille les travaux à distance ou en continuant son activité, – source de problèmes sauf à avoir une perle rare comme maître d’oeuvre -, soit on ne cotise pas et on perd des trimestres de retraite, ce qui peut être un critère important.

La reprise de maison d’hôtes

Une solution existe, celle de reprendre une maison d’hôtes. Cette tendance a toujours existé, le net rend simplement cela plus visible ou plus facile. Accueillir Magazine avec sa rubrique immobilier par exemple rassemble un choix certain de maisons d’hôtes en vente, mais même si cela n’est pas exhaustif, l’offre immobilière ne fait au total que quelques centaines de maisons d’hôtes à vendre. Je rappelle qu’un millier environ de loueurs s’arrêtent chaque année pour diverses raisons, tous ne vendent pas leur bien immobilier.

Si l’offre est plus visible, c’est aussi parce que des propriétaires qui se sont investis personnellement, tant dans la rénovation, que dans tout ce qui va autour de la maison d’hôtes, notamment la promotion, ont envie de transmettre leur oeuvre, ils ont construit un projet abouti et ont envie de le voir vivre.
C’est également certainement considéré comme un moyen d’optimiser la vente de sa maison, certains loueurs même rêvent de vendre leur maison d’hôtes avec plusieurs années de chiffre d’affaire en plus du prix de l’immobilier, ils déchantent assez vite.
Cela surfe sur une vague de popularité, les agents immobiliers se sont entichés de ce type de formule : « convient parfaitement à un projet de chambres d’hôtes ». Il suffit de faire une petite recherche sur le net pour s’en convaincre. C’est parfois vrai, pas toujours, pas souvent même, mais cela permet aussi en général de justifier un prix élevé et les honoraires espérés !

Le planning de reprise de l’activité de maison d’hôtes

Acheter une maison d’hôtes en activité, c’est nécessairement gagner du temps sur le gros oeuvre, les salles d’eau notamment existent. Cela n’empêche pas de refaire sa propre décoration, de repeindre, mettre ses meubles… Même de changer le nom de la maison et de repartir à zéro niveau notoriété, parfois indispensable, soit parce que la réputation de la précédente n’était pas bonne sur les avis de voyageurs, soit parce qu’on fait une montée en gamme et qu’on ne pratiquera pas les mêmes prix.

Reprendre une maison d’hôtes, c’est la bonne époque de l’année, une signature de compromis de vente, négociation du prêt bancaire et on peut envisager d’ouvrir pour Pâques, de profiter pleinement de la saison touristique et d’avoir le temps de prendre ses marques et son rythme de croisière pour se roder avant la pleine affluence de l’été. Certains créateurs fonctionnent comme cela, ils ferment ensuite quelques mois pour faire leurs propres travaux mais avec le retour d’expérience d’une première saison, ils savent comment s’organiser et quels choix faire.

C’est le bon moment pour visiter, les vendeurs vont avoir plus de temps pour répondre aux questions, parler de la région, expliquer leur fonctionnement, reprendre une maison d’hôtes va au-delà d’un simple achat immobilier, au-delà des gestes techniques, on est dans la transmission d’une expérience.
C’est aussi le moment où de nouvelles maisons d’hôtes vont arriver sur le marché, certains loueurs ayant fait leur dernière saison et souhaitant s’arrêter, ils vont mettre en vente leur propriété dans les prochaines semaines.
Et dans la conjoncture actuelle, ce sont les acheteurs qui ont le pouvoir et une marge de négociation. Alors est-ce le bon moment ? Si le projet est abouti, certainement, il y a de belles maisons d’hôtes à reprendre.