La question est fréquente et les réponses parfois un peu stéréotypées car il y a une grande diversité de situations. D’une autre façon, cela pourrait s’intituler projet patrimonial ou économique ? Et on a l’impression à travers les media de ne plus voir que des personnes qui en vivent. Pourtant, pour une très grande majorité des propriétaires, la chambre d’hôtes n’est qu’un revenu complémentaire. Une autre façon de répondre à cette question et de mieux comprendre la diversité des situations consiste à faire quelques calculs.

Dans mon premier exemple, nous allons prendre un propriétaire qui dispose de deux chambres, facturées 60 € la nuitée, petit déjeuner inclus. Supposons qu’il travaille de Pâques à la Toussaint mais que la fréquentation soit essentiellement concentrée en juillet et août plus quelques rares week-ends, soit 50 nuitées par chambre et par an. Le chiffre d’affaires obtenu est de 6 000 € par an (2 chambres x 60 euros x 50 nuitées), soit 500 euros par mois.

Mon second exemple est celui d’une maison de cinq chambres où la nuitée est facturée 80 € petit déjeuner inclus. La maison est ouverte toute l’année et fonctionne à bon régime pendant les vacances, les ponts et tout l’été, soit 120 nuitées par chambre et par an. Le chiffre d’affaires est de 48 000 € par an (5 chambres x 80 euros x 120 nuitées), soit 4 000 euros par mois.

Attention, nous parlons de chiffre d’affaires, pas de revenus nets qui tomberaient dans la poche du propriétaire. Il faudra dessus, acquitter impôts et peut-être charges sociales, fournitures, entretien et aménagement de la maison et même remboursement éventuel de la banque.

Au-delà de ces chiffres, ces exemples présentent deux visions différentes de l’activité. Dans un cas, des propriétaires sur le pont toute l’année avec cinq chambres à faire fonctionner en général, sans pouvoir se faire aider, dans l’autre, une activité limitée à une partie de l’année et où le fonctionnement de deux chambres d’hôtes est moins lourd à porter.