Avant de fixer ses tarifs, il est important de connaître les prix de revient de sa maison d’hôtes et je parle bien des prix de revient, au pluriel.
Le prix de revient d’une chambre d’hôtes peut se définir par combien va coûter au propriétaire une nuitée en chambre d’hôtes tout compris une fois la maison d’hôtes ouverte.

Petit déjeuner, table d’hôtes, basse saison, long séjour… des prix de revient

Un prix de revient, cela peut paraître simple à mesurer. On part du budget prévisionnel des chambres d’hôtes avec la liste de toutes les dépenses, charges, taxes et cotisations puis on divise par un nombre prévisionnel de nuitées.

En réalité, le prix de revient est bien plus complexe à calculer car toutes les chambres de la maison ne sont probablement pas identiques : superficie, capacité, baignoire ou douche, coût de chauffage… Les coûts varient selon la durée de séjour puisque habituellement le linge de lit n’est pas changé chaque nuit ou selon la saison pour intégrer les coûts liés à la piscine l’été ou au chauffage l’hiver.

Si l’on prend tous les paramètres en compte, il peut être nécessaire de calculer non pas un prix de revient unique mais des prix selon les types de séjour et les périodes : prix de revient d’un séjour d’une nuit avec deux personnes en été dans la chambre avec douche, le prix de revient d’un séjour de deux nuits à quatre dans la chambre familiale avec baignoire en hiver…
On calcule aussi le prix de revient de son petit déjeuner, de sa table d’hôtes, des prestations complémentaires éventuelles.

La marge dégagée par l’activité chambre d’hôtes

Calculer un prix de revient précis, l’exercice est fastidieux mais va permettre de mieux ajuster ses tarifs chambre par chambre et pour la haute et la basse saison, de fixer les remises éventuelles pour les longs séjours voire de déterminer des suppléments : enfants, animaux, accès spa… Au delà, c’est aussi savoir si on va dégager marge et revenus et si l’activité est rentable. inutile d’attendre la fin de la première année pour savoir ce qu’on a dépensé, versus le chiffre d’affaires généré. Inutile de rouvrir la maison d’hôtes pour un week-end en hiver si cela coûte plus cher à chauffer que le montant de la nuitée. Bref penser prix de revient, c’est piloter son activité.

Le prix de revient ce n’est pas que de la comptabilité

Mais cela a aussi une autre vertu qui cette fois n’est pas purement comptable. Comprendre les prix de revient de chaque élément de son activité de loueur, c’est définir ses priorités, repenser ses investissements, c’est se poser la question de la cohérence, et donc c’est aussi repenser son projet, car une maison d’hôtes repose sur la cohérence.