Il existe de nombreux dispositifs d’aide aux créateurs de chambres d’hôtes lorsqu’ils sont demandeurs d’emploi. J’aimerais revenir sur une formule qui peut intéresser certains d’entre eux sans être nécessairement la panacée, l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE).

L’ARCE est un capital versé par Pôle Emploi. Au lieu de demander le maintien de ses allocations chômage, le demandeur d’emploi fait le choix de les recevoir sous la forme d’un capital. Son montant s’élève à 45% des allocations restant à percevoir à la date de début d’activité. Le capital est versé en deux fois, 50% au démarrage de l’activité et 50% six mois après.

L’ARCE peut intéresser des créateurs de maisons d’hôtes dont le projet est mûr et qui ont la certitude d’un démarrage rapide avec chiffre d’affaires puisque, dans ce cas, les allocations qui auraient été reçues de Pôle Emploi auraient été réduites. Pour faire simple, plus le revenu attendu est élevé, plus le choix de l’ARCE peut intéresser un créateur demandeur d’emploi. Il s’agit par exemple du rachat d’une maison d’hôtes en activité ou d’un projet où les travaux ont été effectués et où l’ouverture est déjà annoncée.

Enfin, le versement d’un capital peut permettre au porteur de projet de reconstituer son épargne si elle a été mise à mal, ce qui peut également le sécuriser sur le plan personnel ou financer quelques travaux complémentaires. Le choix de l’ARCE n’exclut pas le recours à d’autres dispositifs d’aide dans le cadre par exemple de l’ACCRE, comme l’exonération de charges sociales pendant la ou les premières années ou la réduction des cotisations sociales des auto-entrepreneurs.