Comment bien planifier l’ouverture de ses chambres d’hôtes ? C’est une question que me posent régulièrement les créateurs qui sont dans leur dernière ligne droite avant d’accueillir leurs premiers hôtes. Evidemment, nous sommes dans le cas où la maison d’hôtes a été achetée ou alors c’est une propriété familiale et les gros travaux sont engagés avec une date de fin réaliste.

Il y a plusieurs aspects à prendre en compte et tout dépend surtout du niveau de préparation du projet que vous avez fait en amont.

Les travaux

Si vous avez déjà étudié les questions de réglementation, vous les avez prises en compte dans les travaux en cours et les quelques formulaires à remplir au moment d’ouvrir ne prennent pas bien longtemps. Dans le cas contraire, il y a même le risque malheureusement de devoir refaire quelques travaux, ce qui peut reporter l’arrivée des hôtes. Il faut être clair de ce côté avant de choisir sa date d’ouverture. Et le point le plus difficile c’est certainement de suivre le chantier et de pallier les mauvaises surprises fréquentes en matière de retard, je dirai qu’il est logique de prendre une marge de sécurité dès lors qu’on dépend d’entreprises et d’artisans extérieurs.
C’est la même chose si vous souhaitez être labellisé, il faut mieux avoir intégré les référentiels avant les travaux et demandé une première visite au risque de mauvaises surprises.

Juridique et fiscal

La question du statut juridique et des choix fiscaux, de mon point de vue, doit être réalisée avant même l’achat de la maison d’hôtes ou la commande des travaux, notamment pour savoir si on va créer une SCI, se mettre au régime micro ou au réel avec dans ce cas l’intégration des coûts liés aux aménagements de la maison d’hôtes. Quant aux déclarations proprement dites d’auto-entrepreneur, au RCS ou de création de société, quand les choix sont faits, c’est immédiat, elles n’ont pas d’incidence sur les plannings.

Les équipements

Les équipements, je pense raisonnable de dire que sous les trois mois, on a le temps d’acheter literie, linge de lit, machine à repasser, aspirateurs, vaisselles…
Petits déjeuner, table d’hôtes, factures, documentation touristique, on a aussi le temps de finaliser leur préparation dans ces 100 derniers jours.
Mais toujours dans l’idée qu’on a déjà fait un business plan et donc regardé et listé en amont ce dont on a besoin et pour quelle gamme de prix.

La communication

Reste l’enjeu du site internet et de sa politique de visibilité. Un site se crée en nettement en moins de trois mois, quelques jours suffisent. Mais pour commencer à être visible sur le net, il faut avoir bien réfléchi sa stratégie, les supports, annuaires, centrales de réservation, offices de tourisme, les actions de référencement, les réseaux sociaux, partout où on veut être visible.
Et c’est bien là la difficulté. les choix sont multiples, les clés difficiles à comprendre, l’enjeu important, cela demande beaucoup de temps et ce n’est pas quand on a tous les autres chantiers à mener en même temps qu’on a le temps de passer des heures devant son ordinateur.
Je commencerai personnellement à mettre en ligne le plus tôt possible, le site, la page Facebook…, quitte à n’ouvrir les réservations que quand je suis sûre que tout est en ordre. Cela permet de valider son site auprès de proches, de modifier les textes, de remplacer les photos au fur et à mesure que je peux en prendre de plus belles, de le faire connaître petit à petit, d’être à l’aise avec ces nouveaux outils.
Sinon, le risque c’est d’être enfin prêt à ouvrir ses chambres d’hôtes mais de n’avoir encore qu’un cahier de réservations vide car personne n’est au courant.

L’enjeu est de savoir quand on peut commencer à prendre des réservations pour ses chambres d’hôtes, ni trop tôt pour ne pas ouvrir la porte à ses premiers hôtes alors que rien n’est fini ou avoir à annuler ses premières réservations avec les préjudices qu’on devine, ni trop tard au risque de perdre une pré-saison intéressante pour se rôder et aussi pour rentrer un peu de chiffre d’affaires et de trésorerie.