La production de Bienvenue chez nous nous livre une vidéo des dessous d’un tournage . Enfin d’une partie seulement, manque en effet toute la partie montage, celle où la gentille équipe sélectionne les petites phrases assassines pour en faire un gimmick, celle où on choisit le couple qui va devenir la tête de turc de la semaine et se voir ridiculiser et pire sur les réseaux sociaux.
Je n’aime pas cette émission, je l’ai écrit, je la trouve dangereuse. A l’heure des réseaux sociaux, s’exposer aux trolls et calomnies qui polluent le web, c’est risqué. D’autres émissions me plaisent, la Maison France 5 ou Échappées Belles par exemple, les séquences de Télématin ou du 13 heures de France 3. On y présente des réalisations, des projets de vie, des ancrages territoriaux, ce qu’est la maison d’hôtes dans sa diversité.

Revenons à Bienvenue chez Nous, cette vidéo d’une partie de l’envers du décor est très révélatrice. L’équipe est professionnelle, ils sont charmants et le sont certainement dans la vie. Ils le disent, tout est fait pour que les candidats se détendent et se lâchent. Mis en confiance, ils vont parler, trop parler. Et ne savent pas ce qui sera exploité derrière. L’intérêt de la production, c’est l’audimat, le buzz et le coût des nombreux écrans de publicité diffusés entre les séquences. L’intérêt de la production n’est pas le même que celui des maisons d’hôtes, on n’est pas dans le partenariat mais dans la téléréalité.

De mon point de vue, il y a beaucoup plus de raisons à ne pas aller dans cette émission que de prendre le risque de participer. Encore plus lorsqu’on vient d’ouvrir et qu’il y a encore plein de petits réglages et détails à effectuer.
Si vous êtes tenté de la faire, allez jusqu’au bout des repérages. Un tour sur la page Facebook de l’émission vous donnera une autre image de l’envers du décor, la partie où vous êtes lâché à la critique, où votre projet de vie est moqué, massacré, démoli. J’ai eu au téléphone et rencontré des propriétaires qui ont mis des mois à s’en remettre. Quand on ouvre sa maison aux autres, la cruauté peut être plus que déstabilisante, une plongée en enfer dans laquelle on entraîne sa famille, car les voisins aussi auront vu l’émission. Loin des images idylliques de la grande famille gentille de la production !

Je ne dis pas que cela arrive systématiquement. Une maison d’hôtes peut tirer son épingle du jeu, à la condition unique de ne pas chercher à gagner, mais de maîtriser son image et ce qu’on dit, à la condition de ne pas croire le gentil discours de la gentille production.  Cela demande un contrôle certain de soi et son conjoint ou partenaire et une vraie réflexion sur la façon dont on va utiliser l’émission.

Alors avant de signer un contrat que vous ne maîtrisez pas, de prendre le risque de vous exposer à répétition puisque les rediffusions se multiplient, réfléchissez bien, tout ceci en vaut-il la peine ?