Je rencontre des créateurs de chambres d’hôtes qui ont plein d’idées et c’est tant mieux. Ils veulent sortir des sentiers battus et réfléchissent à des formules originales. Ils imaginent un accueil un peu différent, une configuration des lieux autres…, et pourquoi pas.
Mais attention, cela va parfois jusqu’à vouloir ouvrir son hébergement dans une maison à une autre adresse, avec des petits déjeuners en libre service, avec des durées minimales de séjour…

Loi et décret chambres d’hôtes

Tout ceci est sympathique mais il faut garder à l’esprit qu’il existe un texte de loi et un décret qui définissent l’activité de chambres d’hôtes. Pour mémoire, les chambres doivent être situées chez l’habitant, sur sa propriété dans une dépendance c’est possible. L’habitant assure lui-même l’accueil, il doit fournir systématiquement le petit-déjeuner et le linge de maison et le nombre de chambres est limité à cinq pour une capacité maximale de quinze personnes et il n’y a pas de durée minimale de séjour possible à imposer.

La table d’hôtes, la piscine, le spa et autres aspects sont également réglementés. Rien d’insurmontable mais c’est la loi. Cette législation peut donc limiter la créativité mais il n’est pas possible de s’en exonérer et le fait de se déclarer en mairie en tant que chambres d’hôtes suppose que l’on respecte ces règles.

Ce ne sera pas des chambres d’hôtes

Par conséquent, si l’on souhaite mettre en place un accueil différent, sans petit déjeuner ou aller au-delà de cinq chambres, cela reste possible mais avec une autre appellation que chambres d’hôtes et d’autres contraintes réglementaires.

On peut envisager d’ouvrir un petit hôtel ou un gîte de groupe ou de s’orienter vers une activité de location meublée saisonnière. On peut penser insolite, yourte, roulotte ou cabane, un camping… Il ne faut jamais exclure ces pistes car l’important est certainement de créer un hébergement qui vous ressemble et qui corresponde aux attentes des visiteurs. Attention, le risque c’est que lors de contrôle, l’administration considère que vous n’êtes pas chambre d’hôtes et cela peut avoir de très lourdes conséquences.

Vous voulez sécuriser votre projet, venez à une de nos formations ou achetez le pack du créateur et bien sûr l’abonnement à Accueillir Magazine permet de suivre tout ce qui est réglementation en lisant le numéro reçu chez vous tous les deux mois.